Agrégateur de flux

Admission post-bac : la plateforme Parcoursup ouvre lundi, voici les dates à retenir

L' Essentiel - SudOuest.fr - il y a 12 min 46 sec

Les lycéens de terminale pourront s'inscrire et lister leurs voeux dès lundi sur la nouvelle plateforme post-bac. Attention à respecter les échéances. .
Adieu APB, bonjour Parcoursup. La nouvelle plateforme post-bac a été lancée mi-janvier, mais c'est seulement à partir de lundi que les lycéens de terminale vont pouvoir... Lire la suite

Catégories: Actualités

Ski alpin - CM (F) - Sofia Goggia se rate, Lindsey Vonn s'impose

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - il y a 15 min 21 sec
A Cortina D'Ampezzo, l'Italienne Sofia Goggia a manqué la passe de...
Catégories: Sport

Open d'Australie (H) - Open d'Australie : Juan Martin Del Potro sorti par Tomas Berdych en trois sets

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - il y a 19 min 21 sec
Le Tchèque, 20e mondial, a dominé l'Argentin, 10e à l'ATP, en trois...
Catégories: Sport

Foot - L1 - Ligue 1 : flambée de penalties pour l'Olympique de Marseille

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - il y a 33 min 21 sec
Lors de ses sept derniers matches de Ligue 1, Marseille a obtenu...
Catégories: Sport

Ski: Lindsey Vonn décroche sa 79e victoire lors de la descente à Cortina

France 24 - L'info en continu - il y a 34 min 24 sec

L'Américaine Lindsey Vonn a remporté samedi la deuxième descente de Cortina d'Ampezzo, signant sa 79e victoire en Coupe du monde et la 12e dans la station italienne.

Vonn, qui avait pris vendredi la deuxième place de la première descente, a devancé la skieuse du Liechtenstein Tina Weirather et une autre Américaine, Jacqueline Wiles.

Catégories: Actualités

Foot - ANG - Les psychologues au chevet des patients anglais

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - il y a 39 min 21 sec
La psychologue Pippa Grange épaule depuis début janvier l'équipe de...
Catégories: Sport

Golf - PGA Tour - Brooks Koepka, blessé au poignet, sera absent deux mois et demi

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - il y a 40 min 21 sec
Blessé au poignet gauche, Brooks Koepka va manquer deux mois et demi...
Catégories: Sport

Aéroport de Nantes-Atlantique : les travaux de modernisation débuteront avant 2022

L' Essentiel - SudOuest.fr - il y a 41 min 25 sec

Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a annoncé que les travaux de l'aéroport de Nantes débuteraient "avant la fin du quinquennat".
Suite logique à l'abandon du projet de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), les travaux d'aménagement de l'aéroport Nantes-Atlantique commenceront avant 2022, a annoncé... Lire la suite

Catégories: Actualités

Inondations : quatre départements de la Nouvelle-Aquitaine en vigilance orange

L' Essentiel - SudOuest.fr - il y a 44 min 38 sec

La Corrèze, la Dordogne, les Landes et les Pyrénées-Atlantiques ont été placés en vigilance orange inondations en raison des fortes précipitations.
Météo France a placé pour la journée de samedi 18 départements en vigilance orange pour vent violent, neige et verglas ou inondations. Parmi eux, quatre départements de la... Lire la suite

Catégories: Actualités

Basket - NBA - La nuit des Frenchies : retour fracassant mais perdant pour Rudy Gobert

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - il y a 45 min 21 sec
De retour après plus d'un mois d'absence, Rudy Gobert a signé un...
Catégories: Sport

Procès en appel pour corruption : Lula face à la justice

France 24 - L'info en continu - il y a 49 min 52 sec
24h/24, 7j/7, toutes les demi-heures un bulletin d''informations est présenté en direct depuis la rédaction.
Catégories: Actualités

A Paris, les "vélos flottants" veulent résister malgré vandalisme et incivilités

France 24 - L'info en continu - il y a 54 min 16 sec

Des vélos en libre-service "flottants", sans station et connectés: de plus en plus répandus dans Paris depuis l?automne, plusieurs services promettent de moderniser le cyclisme urbain, mais sont confrontés au vandalisme et aux incivilités, qui ont déjà coulé des tentatives similaires à Lille et Reims.

Venues d?Asie, les bicyclettes jaune citron pour la start-up Ofo, vert pomme pour Gobee.bike, ou orange chez Obike sont séduisantes. Disséminées en ville, géolocalisables via une application pour smartphone, elles se louent en scannant un code-barre, qui déverrouille l'antivol, moyennant 50 centimes la demi-heure. L?usager dépose ensuite le vélo où il le souhaite, sans l'attacher.

Le modèle doit encore "trouver ses marques" mais "a un avenir", s'enthousiasme Laurent Kennel, le directeur général d'Ofo, qui entend servir de "levier" aux ambitions de la ville: faire passer la part de déplacements à vélo de 5% à 15% avant 2020.

Légers et pratiques, ces engins sont toutefois peu robustes, donc exposés au vol et au vandalisme. Pionnière en France, la start-up Gobee a dû se retirer de Lille et Reims en janvier. Avec 80 à 90% des vélos dégradés, les pertes étaient insurmontables, a-t-elle confié au Parisien.

A Paris, quelques minutes de marche suffisent pour apercevoir les épaves de vélos démembrés. Sur Twitter, des internautes signalent chaque jour des vélos "privatisés" dans des cours d'immeubles ou "inutilisables", aux roues et chaînes arrachées, jetés au milieu de détritus, d'une gare ou d?un rond-point.

Pourtant, le démarrage à Paris est "encourageant", assure M. Kennel. L'opérateur chinois, qui gère 10 millions de vélos dans 20 pays, revendique déjà "plusieurs milliers de trajets" quotidiens sur ses mille vélos parisiens. S'il reconnaît "quelques cas" de vandalisme "isolés", il assure que le modèle deviendra rentable "à grande échelle" et "sur le long terme".

"Il faut s'occuper en permanence d'un tiers du parc" mais les dégradations "font partie du business model", renchérit Alban Sayag, directeur général d'Obike France. Présente dans 24 pays, la société singapourienne possède 2.000 vélos à Paris et compte agrandir son parc "progressivement", s'appuyant sur un vélo "plutôt robuste".

Avec une municipalité qui encourage le cyclisme et des usagers "habitués" au vélo-partage grâce au Vélib', le contexte parisien était "favorable", analyse-t-il.

Heureux hasard, le déploiement a coïncidé avec le changement d'opérateur très chaotique du Vélib, de JCDecaux vers Smovengo.

Mais les opérateurs nient toute volonté de "concurrence frontale". L'offre est "complémentaire", visant uniquement "de petits trajets, souvent inférieurs à 10 minutes", affirme M. Sayag.

- Encombrement de l'espace public -

Des élus parisiens de tout bord s?inquiètent du stationnement gênant de ces vélos, hors des parkings. "Ils ne jouent pas vraiment le jeu", s'agace le maire du IIIe arrondissement Pierre Aidenbaum. "Deux vélos sont restés huit jours devant la mairie ! Ils sont partout, sur des trottoirs de 60 cm de large", où piétons et poussettes "ne peuvent plus circuler".

Les start-ups assurent faire preuve de "pédagogie", avec des mesures "incitatives", comme des bonus/malus attribués en fonction des comportements. "Une trentaine" d'agents repositionnent aussi les vélos, précise Ofo.

Cette activité demande "beaucoup de moyens" logistiques et humains et "des vélos solides", ce qui "n'est pas encore vraiment le cas", estime David Belliard, co-président du groupe écologiste.

La mairie de Paris, qui a promis "d'encadrer et réguler" le service, espère financer de nouveaux "emplacements dédiés" grâce à une redevance imposée aux opérateurs. Le tarif serait "similaire" à celui de Lille -11 euros par vélo/an- et pourquoi pas "progressif" en fonction du nombre de vélos, précise Christophe Najdovski, adjoint EELV aux Transports. Chez Obike, on craint "l'ampleur" de cette taxe, qui pourrait "couler le secteur".

La ville a aussi demandé au gouvernement d'instaurer "une licence d?exploitation", définissant des obligations en matière de maintenance, transparence, ou qualité de service.

En attendant, start-ups et mairie doivent toujours définir un "code de bonne conduite", pour lequel une réunion est prévue mercredi.

Catégories: Actualités

Non le vélo n'a pas d'effets négatifs sur l'érection

La pratique du vélo n'a pas un effet négatif sur les fonctions sexuelles et urinaires, contrairement à ce qu'affirment plusieurs études récentes.
Catégories: Sciences

Facebook va vous demander quels sont les médias dignes de confiance

Le patron de Facebook explique que les médias seront désormais classés en fonction de la confiance qu’on leur accorde. Pour la déterminer, le réseau social va demander leur avis aux utilisateurs.

Catégories: High-Tech

Open d'Australie: Kerber élimine Sharapova au 3e tour

France 24 - L'info en continu - il y a 57 min 3 sec

L'Allemande Angelique Kerber, 16e mondiale, a éliminé samedi la Russe Maria Sharapova (48e) au troisième tour de l'Open d'Australie en deux sets 6-1, 6-3.

Le match opposait deux anciennes N.1 mondiales et deux anciennes championnes à Melbourne (Sharapova en 2008 et Kerber en 2016). Kerber affrontera la Polonaise Agnieszka Radwanska (35e) ou la Taïwanaise Hsieh Su-Wei (88e) en huitièmes de finale.

fbx

Catégories: Actualités

Première tournée au Proche-Orient sous tension pour Mike Pence

France 24 - L'info en continu - il y a 57 min 5 sec

Le vice-président américain Mike Pence entame samedi au Caire son premier déplacement au Proche-Orient, une tournée marquée par les vives tensions nées de la décision controversée de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël.

Initialement prévu fin décembre, le déplacement de M. Pence avait été repoussé après la décision unilatérale du président Trump qui a rompu avec des décennies de diplomatie américaine et avec le consensus de la communauté internationale.

Cette fois, malgré la persistance des crispations doublée d'un contexte politique explosif aux Etats-Unis, la visite a été maintenue.

"Les rencontres du vice-président avec les dirigeants d'Egypte, de Jordanie et d'Israël font partie intégrante de la sécurité nationale de l'Amérique", a fait valoir vendredi son porte-parole.

Accompagné notamment de son épouse Karen, M. Pence doit rencontrer dans l'après-midi le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, avant de se rendre en Jordanie puis à partir de dimanche soir en Israël, dernière étape de sa tournée.

Sa visite au Caire survient au lendemain de l'annonce par le président Sissi, un allié des Etats-Unis qui dirige l'Egypte d'une main de fer, de son intention de briguer un nouveau mandat en mars 2018.

Mais la toile de fond reste avant tout l'annonce américaine sur Jérusalem, qui a provoqué un tollé général dans la région et la colère des Palestiniens.

En réaction, ces derniers clament que les Etats-Unis ne peuvent plus prétendre à un rôle de médiateur dans le processus de paix que Donald Trump rêvait de relancer.

Le statut de Jérusalem est l'une des pierres d'achoppement du processus de paix avec Israël, au point mort depuis 2014. Les Palestiniens entendent faire de Jérusalem-Est, occupée et annexée par Israël, la capitale de l'Etat auquel ils aspirent.

Donald Trump a aussi annoncé son intention de transférer à Jérusalem l'ambassade des Etats-Unis en Israël, qui se trouve à ce jour à Tel-Aviv, comme c'est généralement le cas des missions diplomatiques étrangères.

Les relations entre Washington et les Palestiniens ont encore été aggravées par la décision des Etats-Unis, cette semaine, de "geler" plus de la moitié de leurs versements prévus à l'agence de l'ONU pour les réfugiés de Palestine (UNRWA). Elle concerne une grande partie des plus de cinq millions de Palestiniens enregistrés comme réfugiés dans les Territoires palestiniens, en Jordanie, au Liban ou en Syrie.

- 'Sentiments' -

Les Palestiniens ont fait savoir qu'ils boycotteraient la visite de Mike Pence qui ne rencontrera donc pas le président Mahmoud Abbas, contrairement à ce qui était initialement prévu en décembre.

La décision du président Trump sur Jérusalem avait provoqué des manifestations dans de nombreux pays arabes et musulmans, dont l'Egypte, où le grand imam d'Al-Azhar a annoncé en décembre son refus de recevoir M. Pence. "Al-Azhar ne peut pas s'asseoir avec ceux qui falsifient l'histoire et volent les droits des gens", a-t-il affirmé.

Le pape des coptes (chrétiens) d'Egypte, Tawadros II, a lui aussi exprimé son refus de rencontrer le vice-président américain, en arguant que M. Trump a "fait fi des sentiments de millions d'Arabes".

Mais les régimes arabes alliés de Washington sont tiraillés entre leur opinion publique hostile et leur puissant partenaire américain. C'est le cas notamment de l'Egypte et de la Jordanie, qui ont établi des liens géopolitiques ou de dépendance financière vis-à-vis de Washington.

Dans un pays qui a connu la destitution de deux présidents depuis 2011 et se trouve en proie à une crise économique aiguë, tout facteur d'instabilité potentiel est regardé de près par Abdel Fattah Al-Sissi, qui a pris le pouvoir après le renversement du président islamiste Mohamed Morsi à l'été 2013.

L'aide militaire américaine, qui atteint 1,3 milliard de dollars par an, est jugée cruciale par le régime sécuritaire de M. Sissi, d'où la réaction prudente du Caire à l'annonce d'un futur transfert de l'ambassade américaine à Jérusalem.

L'Egypte avait alors estimé que ce choix risquait de "compliquer" la situation.

Après l'Egypte, et la Jordanie, M. Pence doit se rendre en Israël les 22 et 23 janvier pour des entretiens qui s'annoncent chaleureux avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président Reuven Rivlin.

Au-delà d'un discours au Parlement, il doit également se rendre au Mur des Lamentations dans la Vieille ville de Jérusalem et au mémorial de l'Holocauste Yad Vashem.

Catégories: Actualités

Haïti: élimination possible du choléra en 2018

France 24 - L'info en continu - il y a 57 min 55 sec

L'épidémie meurtrière de choléra qui sévit en Haïti depuis l'automne 2010 pourrait s'achever en 2018, selon l'Unicef, au regard du faible nombre de malades recensés à travers le pays en ce début d'année.

Seule une centaine de cas suspects par semaine ont été enregistrés en janvier, ce qui constitue le plus faible niveau depuis le début de l'épidémie. Par ailleurs, même lors de la saison des pluies, aucune flambée de cas n'avait été répertoriée en 2017.

"Il est possible d'éliminer le choléra cette année: c'est maintenant ou jamais et c'est une opportunité que l'on ne doit pas rater", veut convaincre Marc Vincent, représentant de l'Unicef en Haïti.

"Nous avons demandé au gouvernement de convoquer tous les partenaires pour voir comment nous pourrions vraiment profiter de ce moment historique pour arriver à l'élimination", ajoute M. Vincent, espérant une réponse rapide des autorités haïtiennes.

Le choléra est apparu en Haïti en octobre 2010 suite à la contamination d'une rivière par des Casques bleus népalais déployés dans le cadre de la mission onusienne Minustah.

La propagation de l'épidémie a été fulgurante compte tenu des conditions sanitaires très précaires: encore aujourd'hui, plus de la moitié des habitants des zones rurales n'ont pas accès à de l'eau potable et seuls 25% des Haïtiens ont accès à des toilettes.

Depuis l'apparition du choléra, environ 10.000 Haïtiens sont morts de la maladie et plus de 800.000 personnes ont été contaminées.

La réduction de la prévalence observée actuellement est le résultat du travail de proximité réalisé par les Haïtiens, tant sur le plan de l'intervention que sur celui de la prévention et de l'éducation aux bonnes pratiques d'hygiène.

"Toutes les équipes de réponse rapide sur le terrain sont composées d'Haïtiens qui sont engagés car ils veulent éliminer le choléra eux-mêmes: ils font ça pour leurs enfants, pour leur communauté", tient à saluer Marc Vincent.

Pour l'heure, le financement de ces actions au niveau de chaque commune n'est assuré que pour les six mois à venir.

"Nos inquiétudes sont que, si l'on ne continue pas à financer ces équipes jusqu'au dernier cas de choléra, on risque d'avoir alors une flambée, une explosion de cas", alerte le représentant de l'Unicef.

Les précédentes campagnes pour éliminer le choléra en Haïti n'ont jamais été suffisamment financées, les bailleurs internationaux répondant davantage aux levées de fonds d'urgence, quand les cas se multiplient.

En s'excusant auprès des Haïtiens pour sa responsabilité dans l'introduction de l'épidémie, l'ONU avait lancé, en octobre 2016, un appel à financement international pour éliminer le choléra. Actuellement, sur les 400 millions de dollars nécessaires, seuls 10% ont été versés par les pays membres des Nations unies.

Catégories: Actualités

Open d'Australie (F) - Open d'Australie : Angelique Kerber élimine Maria Sharapova au 3e tour

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - il y a 58 min 21 sec
L'ancienne numéro un mondiale russe, désormais 48e mondiale, a été...
Catégories: Sport

Pour Marcio, la vie de château (de sable) à Rio de Janeiro

France 24 - L'info en continu - il y a 59 min 1 sec

Sa couronne de roi sur la tête, Marcio Mizael Matolias s?affaire à réparer son château, malgré les 40 degrés qui assomment les baigneurs sur la plage de Rio de Janeiro en cet après-midi de janvier.

Il retouche ici un donjon, là une porte majestueuse. Il arrose aussi sa forteresse pour qu?elle ne s?effondre pas.

Depuis 22 ans, Marcio vit dans un château de sable.

Dans ce quartier chic de Barra da Tijuca, dans la zone ouest de Rio, les riverains et amis de Marcio l?appellent "le roi". Il en joue pour attirer les curieux et se prête volontiers à des séances photos en s?asseyant avec un sceptre dans le trône qu?il a installé devant son château sur la plage.

Ce Carioca blagueur qui va fêter ses 44 ans assure qu?il ne pourrait pas vivre autrement.

"J?ai grandi dans la baie de Guanabara (près de Rio, ndlr), j?ai toujours vécu à la plage. Les gens paient des loyers exorbitants pour habiter en face de la mer, moi je n'ai pas de factures et ici j?ai la belle vie", dit-il en montrant l'immense plage de sable fin et les deux belles petites îles à l?horizon.

Sa demeure, grandiose vue de l?extérieur, se limite à l?intérieur à un espace d'environ 3 mètres carrés. Marcio, célibataire et sans enfant, y a entassé des dizaines de livres et quelques clubs de golf, ses passions avec la pêche.

Son lit? Un sac de couchage posé par terre. Sa salle de bain? Le poste de pompiers situé à une trentaine de mètres qui dispose de toilettes et douche pour moins d?un euro.

Marcio considère qu?il a tout ce qu?il faut.

Son seul vrai problème, c?est la chaleur étouffante. "Le sable retient toute la chaleur, alors parfois la nuit je n?arrive pas dormir ici, je vais passer la nuit chez un ami, mais je préfère ici même si je dois m?allonger dehors au bord de la mer".

Avant de s?installer sur cette plage, Marcio a habité à différents endroits du littoral carioca. Il a quitté son quartier natal très pauvre de Duque de Caxias (au nord de Rio de Janeiro) pour la zone sud de Rio, où il vivait dans la rue.

- Attraction touristique -

Un jour, un ami lui a appris à construire une pyramide de sable. Il n?a plus jamais arrêté ses sculptures éphémères. "J?ai beaucoup appris dans les livres et mon château mêle les styles, de Niemeyer à Gaudi", explique-t-il à propos de son abri royal, consolidé avec des sacs de sable et des rondins.

La mairie ne lui a jamais posé de problème. "Je suis devenu une attraction touristique en quelque sorte et un service social aussi", plaisante-t-il en évoquant sa bibliothèque de rue.

Marcio a installé un stand de livres à quelques mètres de son château. Il ne demande pas d?argent, mais seulement aux gens de donner des livres et de prendre ceux qu?ils veulent.

Pour gagner quelques sous, il ne compte que sur la "caisse" à l?entrée de sa construction de sable. Mais de la vingtaine de passants qui se sont arrêtés prendre des photos tout au long de l?après-midi, personne n?a laissé la moindre pièce.

Marcio ne semble pas s?en offenser : "On me vole même régulièrement la caisse. Avant ça m?énervait, je voulais dormir avec une pierre à la main pour ne pas laisser faire. Mais je commençais à vivre dans la parano, je ne veux pas ça, je fais ça par plaisir".

De temps en temps, un centre commercial le paie pour faire une de ses magnifiques sculptures de sable dans le hall, lors d?événements spéciaux.

Mais Marcio aimerait parfois que ses oeuvres ne soient pas aussi éphémères. Il peut passer 10 ou 20h de sa journée à ciseler les tours de son fort qui peuvent être détruites à tout moment par la pluie.

Un jour, la marée est même montée jusqu?à l?intérieur de "chez lui". Il voudrait pouvoir sculpter et fabriquer des oeuvres avec d?autres matériaux que le sable, dans un vrai atelier. Optimiste par nature, Marcio espère pouvoir réaliser ce rêve "l?année prochaine, dans le local d?un ami".

En attendant, il continue inlassablement de tailler son fragile palais au couteau ou à la pelle. A l?instar de Gaudi, architecte qui l?a influencé, sa création est en perpétuels travaux.

Catégories: Actualités

Hippisme - Coulisses - Prix de Cornulier, 3 femmes dans la course

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - il y a 1 heure 4 min
C'est l'une des particularités de ce sport. Aux courses, les femmes...
Catégories: Sport

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur