Actualité

Girondins : Michel Preud'homme annoncé, Gourvennec vers la sortie

L' Essentiel - SudOuest.fr - il y a 10 heures 13 min

Le quotidien belge "Le Soir" annonce ce mercredi matin la prochaine arrivée du technicien belge sur le banc. "Je ne suis pas au courant" répond Nicolas de Tavernost, patron de M6, propriétaire des Girondins.
C'est le quotidien belge "Le Soir" qui a divulgué indirectement l'information. Après la défaite à Caen mardi, les... Lire la suite

Catégories: Actualités

Notre-Dame-des-Landes: l'heure du choix a sonné

France 24 - L'info en continu - il y a 10 heures 15 min

L'exécutif va annoncer mercredi sa décision d'abandonner - ou non - le projet très controversé d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, tandis que l'opération d'évacuation du site se profile avec l'arrivée de renforts de gendarmes et CRS.

Le choix est à l'ordre du jour du Conseil des ministres qui a débuté mercredi à l'Elysée et Edouard Philippe s'exprimera à la sortie "pour présenter la décision prise par le gouvernement sur l'avenir du projet aéroportuaire du Grand Ouest", a annoncé l'Elysée.

En cas d'abandon, très probable selon plusieurs sources, l'alternative serait de choisir des travaux d'aménagement de l'actuel aéroport Nantes-Atlantique, comme l'envisageaient des médiateurs dans leur rapport remis le 13 décembre.

A huis clos devant les députés LREM, Edouard Philippe a reconnu qu'après l'ultime consultation d'élus menée par l'exécutif depuis début janvier, il n'était "pas forcément plus facile de se prononcer". "Quelle que soit la réponse, elle sera mauvaise" car elle fera des mécontents, a-t-il admis.

Quelle que soit la décision, l'exécutif prévoit d'évacuer la "Zad" cette vaste "zone d'aménagement différée" de 1.600 hectares, rebaptisée "zone à défendre" par les opposants, actuellement occupée par 150 à 200 personnes qui, selon les autorités, en ont fait un "camp retranché".

La Zad sera "évacuée des éléments les plus radicaux", a prévenu le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb.

L'option la plus probable est celle d'une forme d'ultimatum pour permettre aux volontaires de quitter les lieux, avant une intervention dans quelques jours, selon un proche du dossier.

Qu'ils soient pour ou contre l'aéroport, la quasi-totalité des élus locaux défendent son évacuation, cinq ans après le fiasco d'une première tentative en octobre 2012, l'opération César. Même si la priorité affichée par l'exécutif est d'éviter un drame comme celui du militant écologiste Rémi Fraisse tué en 2014 lors d'affrontements avec les forces de l'ordre sur le site d'un projet de barrage controversé à Sivens (Tarn).

Des renforts de sept escadrons de gendarmerie mobile, soit plus de 500 hommes, sont attendus mercredi sur place, selon une source proche du dossier, avec pour objectif de quadriller la zone et procéder à des contrôles afin d'éviter l'arrivée de civils dans la Zad.

Plusieurs compagnies de CRS seront, elles, à Nantes et Rennes afin d'assurer le maintien de l'ordre en cas de manifestations.

Le mouvement anti-aéroport s'est donné rendez-vous mercredi à 18H00 à "La Vache Rit", une grange servant de lieu de rassemblement en plein coeur de la Zad.

- Atermoiements -

Imaginé dans les années 60, relancé en 2000, attribué à Vinci par appel d'offres en 2010, le projet d'aéroport du Grand Ouest a traversé un demi-siècle pour finalement devenir le symbole des atermoiements du quinquennat Hollande.

Malgré la victoire du "oui" (à 55,17%) au référendum consultatif organisé en Loire-Atlantique en juin 2016, l'exécutif socialiste avait renoncé à expulser les zadistes, ces opposants qui occupent illégalement les lieux.

Plutôt favorable à l'aéroport et au respect de cette consultation, Emmanuel Macron avait toutefois proposé durant la campagne présidentielle une médiation pour tenter de sortir de l'impasse.

Le rapport remis le 13 décembre par les médiateurs est venu changer la donne: tant Notre-Dame-des-Landes que l'extension de l'actuel aéroport nantais de Nantes-Atlantique sont décrits comme des options "raisonnablement envisageables". Une conclusion vivement contestée par les pro-NDDL et qui a remis en selle le second scénario.

"Si jamais on abandonne le projet de Notre-Dame-des-Landes, c'est que les zadistes auront gagné", a estimé mercredi le président des Républicains, Laurent Wauquiez.

L'évacuation, qui mobiliserait au minimum 2.000 gendarmes mobiles, s'annonce beaucoup plus aisée si le projet d'aéroport est abandonné.

"Il y a d'abord un encerclement, il y aura sans doute quelques jours de donnés à ces zadistes pour évacuer, et ensuite il y aura un renfort d'escadrons pour l'évacuation", a affirmé le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau, un des grands soutiens de l'aéroport.

Un éventuel abandon du projet soulève la question de l'indemnisation prévue pour Vinci qui, selon les rapporteurs, pourrait aller jusqu'à 350 millions d'euros.

Le PDG de Vinci Xavier Huillard a évoqué mardi un contrat "béton" après des rumeurs démenties de contestation de certaines clauses du contrat par l'État.

Catégories: Actualités

Ligue 1: Paris doit gérer, Lyon doit se reprendre

France 24 - L'info en continu - il y a 10 heures 20 min

Tranquillement en tête de la Ligue 1, le PSG doit composer avec un calendrier chargé et gérer son effectif face à Dijon, mercredi (21h00) au Parc lors de la 21e journée de Ligue 1, alors que Lyon va vouloir se reprendre après son nul contre Angers (1-1).

. Un record pour Cavani ?

Pour le PSG, tout est affaire de doigté dans cette période où les matches s'enchaînent. Il faut éviter un faux pas ou des blessures et monter en puissance pour le rendez-vous crucial du 14 février, le 8e de finale aller de Ligue des champions contre le Real Madrid.

En attendant, la réception de Dijon peut permettre à Edinson Cavani de devenir le meilleur buteur de l'histoire du PSG. L'Uruguayen a marqué 155 buts toutes compétitions confondues et n'est plus qu'à une longueur de Zlatan Ibrahimovic (156).

Egaler ou dépasser le géant suédois lui permettra de faire oublier sa rentrée ratée. "Edi" a rejoint le club avec plusieurs jours de retard, ce qui a suscité des crispations en interne.

Au mois d'octobre, les Parisiens avaient souffert pour s'imposer chez les Dijonnais et leur gardien Baptiste Reynet. C'est finalement le Belge Thomas Meunier qui avait libéré les siens en signant un doublé, dont un deuxième but dans le temps additionnel.

. La bagarre derrière

Derrière Paris, la bataille s'annonce serrée entre Monaco, Lyon et Marseille pour les places sur le podium. Seule de ces trois équipes à jouer mercredi, l'OL doit absolument se ressaisir après le nul à domicile contre Angers (1-1).

Cette "mauvaise opération (...) nous oblige à gagner un match de plus à l'extérieur pour rester sur un rythme de quatre points sur deux matches, qui est notre tableau de marche de la saison", a prévenu Jean-Michel Aulas, le président du club.

Le voyage à Guingamp est donc important, et pas forcément évident face à des Bretons qui restent sur sept matches sans la moindre défaite, toutes compétitions confondues.

Autre rencontre à suivre mercredi, le déplacement de Rennes à Lille, et son nouvel entraîneur Christophe Galtier, en pleine mission redressement.

Jusqu'ici, tout va bien pour le technicien du Losc, qui a remporté deux victoires au Mans, en Coupe de France (4-2), et à Caen en Ligue 1 (1-0). Mais la réception de Rennes ressemble à son premier vrai test, d'autant que les Rennais ont besoin de se relancer en championnat après la sèche défaite contre Marseille (3-0).

De son côté, Saint-Etienne, très actif au mercato avec la venue de Yann M'Vila et Paul-Georges Ntep, se rend chez la lanterne rouge Metz, tandis que Toulouse, en grande difficulté, reçoit Nantes.

Programme de la 21e journée:

Joué mardi:

Bordeaux - Caen 0- 2

Marseille - Strasbourg 2 - 0

Monaco - Nice 2 - 2

Mercredi:

(19h00) Amiens - Montpellier

Angers - Troyes

Guingamp - Lyon

Lille - Rennes

Metz - Saint-Étienne

Toulouse - Nantes

(21h00) Paris SG - Dijon

Catégories: Actualités

Rugby: l'ex-Wallaby George Smith arrêté à Tokyo pour avoir agressé un chauffeur de taxi

France 24 - L'info en continu - il y a 10 heures 22 min

L'ancien international australien George Smith a été arrêté à Tokyo, après avoir prétendument refusé de payer un taxi et agressé le chauffeur.

Le troisième ligne aile âgé de 37 ans est soupçonné de s'être enfui sans régler une note de taxi d'environ 10.000 yens (73 euros), près de son domicile le 31 décembre, selon la police de Tokyo.

Le chauffeur a poursuivi l'ancien Wallaby qui l'aurait alors frappé au visage, causant "des blessures nécessitant deux semaines de repos", a expliqué à l'AFP le porte-parole de la police Naoto Wakabayashi.

Smith, international aux 111 capes qui joue désormais pour l'équipe japonaise de Suntory Sungoliath, était ivre au moment de l'incident et fut arrêté sur le champ, a détaillé le porte-parole.

Le joueur réfute les allégations.

"On s'excuse sincèrement auprès de la victime pour cet incident", a indiqué le sponsor du club japonais dans un communiqué, assurant qu'il n'était au courant d'aucun autre détail de l'affaire.

Catégories: Actualités

Française retrouvée morte en Croatie : "La vérité, nous ne la connaissons toujours pas"

L' Essentiel - SudOuest.fr - il y a 10 heures 25 min

Si la famille D'Anne-Cécile Pinel est désormais certaine que les ossements découverts appartiennent à leur fille, disparue en 2014, les causes du décès demeurent inconnues.
Les proches d'Anne-Cécile Pinel attendent toujours de connaître les raisons de la mort de la jeune Française, qui avait disparu en 2014 en Croatie et... Lire la suite

Catégories: Actualités

Affaire Mathieu Gallet : l’exécutif met le CSA en difficulté

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel doit se prononcer à la majorité sur le sort du président de Radio France condamné pour favoritisme à un an de prison avec sursis.
Catégories: Actualités

Corse: record absolu avec des rafales à 225 km/h

France 24 - L'info en continu - il y a 10 heures 30 min

Des rafales de vent record soufflant jusqu'à 225 km/h ont été enregistrées dans la nuit de mardi à mercredi en Corse, placée depuis mardi en alerte orange pour vents violents, a indiqué Météo-France dans son dernier bulletin, publié à 06h00.

Etienne Kapikian, un ingénieur prévisionniste de Météo-France, a indiqué sur Twitter que les rafales à 225 km/h enregistrées à 01H00 au Cap Corse constituaient "un record absolu, battant les 216 km/h enregistré le 9 décembre 1993".

Le vent a également soufflé très fort entre 100 et 130 km/h sur la Balagne. Les rafales observées sont allées jusqu'à 167 km/h sur le littoral de Balagne, 172 km/h à Conca, 198 km/h au cap Sagro et 225 km/h au Cap Corse, selon l'institut qui prévoit pour mercredi des rafales de 200 km/h voire plus sur l'Ile de Beauté.

Mercredi matin vers 06h00, un départ de feu a eu lieu à Sisco, dans le Cap Corse, donnant lieu au déploiement rapide d'une centaine de pompiers qui ont finalement "circonscrit" l'incendie à 09h00, malgré des vents à 200 km/h, a indiqué le Centre opérationnel départemental d'incendie et de secours (Codis) de Haute-Corse à l'AFP. Deux hectares ont été brûlés.

Près de la Côte d'Azur, on a relevé dans la nuit de mardi à mercredi 122 km/h dans l'arrière pays niçois, 138 km/h sur le Mercantour et 130 km/h dans la région de Fréjus. Le vent devait se renforcer dans la nuit pour atteindre localement les 150 km/h.

Outre la Corse, les Alpes-Maritimes et le Var ont été placés mercredi en vigilance orange pour vents violents.

La fin de l'alerte pour les quatre départements est prévue mercredi 16h00.

Le vent violent est à l'origine de fortes vagues qui pourraient engendrer un risque de submersion sur les parties exposées ou vulnérables du littoral de la Corse.

- Etablissements scolaires fermés -

Les préfectures de Corse du Sud et de Haute-Corse ont annoncé mardi soir que "compte tenu de ces conditions météorologiques très défavorables", les établissements scolaires resteront fermés mercredi et les transports scolaires seront suspendus sur l'ensemble de la Corse. Pour la même raison, l'Université de Corse, située à Corte, dans le centre de l'île, a également annoncé sur Twitter fermer ses portes mercredi.

La compagnie maritime Corsica Linea a annoncé que la traversée Bastia-Marseille de mercredi était remplacée par une traversée Ajaccio-Marseille avec la mise en place d'une navette pour les voyageurs sans voiture afin de les acheminer de Bastia à Ajaccio. Le même aménagement avait déjà eu lieu mardi.

Du côté du transport aérien, le vol Air Corsica reliant Calvi à Marseille mercredi a été annulé, a annoncé la compagnie. "Les passagers ont été réacheminés par car vers l'aéroport de Bastia" où ils ont pu embarquer sur le vol Bastia-Marseille prévu à 07H15, a-t-elle précisé.

Plusieurs vols au départ ou à l'arrivée de Calvi et de Figari ont déjà été annulés mardi. Les voyageurs ont été acheminés à Bastia ou enregistrés sur des vols mercredi. Des cars au départ ou à destination de ces deux villes ont été mis en place.

Catégories: Actualités

Blocage des prisons : les surveillants font une pause dans leur mobilisation

L' Essentiel - SudOuest.fr - il y a 10 heures 31 min

Les surveillants de prison attendent maintenant de connaître l'issue des discussions engagées avec l'administration pénitentiaire.
La mobilisation des gardiens de prison, lancée après une série d'agressions de surveillants, marquait une pause mercredi dans toute la France, alors que des discussions étaient engagées avec... Lire la suite

Catégories: Actualités

Notre-Dame-des-Landes: Philippe annoncera la décision à l'issue du Conseil des ministres

France 24 - L'info en continu - il y a 10 heures 31 min

Edouard Philippe annoncera la décision de l'exécutif concernant le projet controversé d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes mercredi à l'issue du Conseil des ministres, a indiqué l'Elysée.

"Le Premier ministre, M. Edouard Philippe, s'exprimera pour présenter la décision prise par le gouvernement sur l'avenir du projet aéroportuaire du Grand Ouest", en présence des ministres Gérard Collomb (Intérieur), Nicolas Hulot (Transition écologique et solidaire), Elisabeth Borne (Transports), Nicole Belloubet (Justice) et Benjamin Griveaux (porte-parole), a précisé la présidence de la République dans un communiqué.

Catégories: Actualités

Pierre Joxe assigne Alexandra Besson en diffamation

L’ancien ministre de l’intérieur est accusé par la jeune femme d’agression sexuelle lors d’une représentation à l’Opéra Bastille, en  2010.
Catégories: Actualités

La Bourse de Paris évolue en petite baisse

France 24 - L'info en continu - il y a 10 heures 41 min

La Bourse de Paris évoluait en petite baisse (-0,21%) mercredi matin, subissant le contrecoup de l'inversion soudaine de tendance la veille à la Bourse de New York, celle-ci n'étant pas parvenue à conserver ses impressionnants gains de début de séance.

A 10H00 (09H00 GMT), l'indice CAC 40 reculait de 11,75 points à 5.502,07 points. La veille, il avait fini stable (+0,07%).

Après une ouverture en trombe mardi ayant propulsé le Dow Jones au-dessus des 26.000 points pour la première fois de son histoire, Wall Street a vu sa fulgurante progression rapidement s'essouffler, entraînant les indices européens dans son sillage.

"Il n'y avait pas de catalyseur immédiat pour la forte baisse d'hier mis à part une certaine faiblesse des marchés de matières premières, mais l'incapacité des marchés américains à conserver ces gains pourrait suggérer un repli à venir, après le fort démarrage de cette année", a estimé Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

Toutefois, "le retour de la prudence à très court terme n'est pas un signal d'alerte dans l'immédiat, en tout cas pas tant que les marchés ne s'emparent pas d'une thématique potentiellement baissière", ont tempéré de leur côté les stratégistes du courtier Aurel BGC.

Sur le front des indicateurs, l'inflation du mois de décembre (deuxième estimation) en zone euro, la production industrielle aux Etats-Unis pour ce même mois et le Livre Beige de la Fed seront au menu de la séance.

"La publication de l'inflation en zone euro ce matin (à la fois IPC et inflation sous-jacente) aura un intérêt certain pour les investisseurs puisqu'il s'agit d'une énième statistique prompte à influencer la Banque centrale européenne", a souligné Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

Pour la première fois depuis dix ans, les immatriculations de voitures neuves dans l'Union européenne ont franchi en 2017 la barre des 15 millions, en hausse de 3,4% par rapport à 2016, selon les statistiques de l'Association des constructeurs européens (ACEA) publiées mercredi.

En matière de valeurs, Europcar bondissait de 5,95% à 10,59 euros après avoir réitéré son ambition d'atteindre au moins 3 milliards d'euros de revenus et 14% de marge d'exploitation Ebitda ajustée d'ici la fin de 2020.

Fnac Darty s'enfonçait à l'inverse de 7,41% à 93,05 euros à la suite de l'annonce d'une opération financière sur ses titres, dite de "couverture", par Vivendi (-0,76% à 23,62 euros).

Casino reculait de 4,30% à 48,56 euros, lesté par un chiffre d'affaires 2017 de 37,8 milliards d'euros, en croissance de 5%, mais inférieur aux attentes.

Alstom prenait 0,67% à 36,05 euros alors que le constructeur ferroviaire a publié mercredi un chiffre d'affaires en hausse de 6% pour son troisième trimestre décalé 2017/18, à 1,761 milliard d'euros, et a confirmé ses objectifs pour 2020.

Airbus ne profitait pas (-0,30% à 89,70 euros) d'une commande de 80 avions A320 pour un montant de 9,3 milliards de dollars par la compagnie aérienne mexicaine Volaris.

Ingenico ne bénéficiait pas (-2,61% à 90,98 euros) de l'annonce mercredi de la signature d'un accord en vue du rachat du réseau de paiement néo-zélandais Paymark pour un montant de 190 millions de dollars néo-zélandais (environ 112 millions d'euros).

EDF progressait de 1,67% à 10,99 euros. L'énergéticien et le groupe d'Abu Dhabi Masdar ont annoncé mardi qu'ils envisageaient de travailler ensemble dans le domaine de l'électricité en Afrique sub-saharienne.

Virbac se repliait de 3,47% à 116,80 euros, malgré le fait que le groupe de santé animale est parvenu à tenir son objectif d'un chiffre d'affaires globalement stable sur un an en 2017, à taux de change constants, à la faveur de ventes dynamiques au quatrième trimestre.

Pierre et Vacances/Centers Parcs gagnait 1,85% à 44,00 euros, profitant d'une progression des ventes du groupe de 5,4% au premier trimestre (octobre-décembre), à 306,7 millions d'euros, la société prévoyant déjà une activité touristique en progression sur le trimestre suivant.

GL Events grappillait 0,19% à 26,05 euros. Le groupe spécialisé dans la logistique des grands événements a désormais le milliard d'euros d'activité en ligne de mire après être parvenu à stabiliser son chiffre d'affaires pendant l'année 2017.

Catégories: Actualités

Migrants: Macron et May annonceront jeudi un "nouveau traité" pour "compléter" les accords du Touquet" (Elysée)

France 24 - L'info en continu - il y a 10 heures 41 min

Emmanuel Macron et Theresa May annonceront jeudi, lors du sommet franco-britannique, un "nouveau traité" pour "compléter les accords du Touquet" sur la gestion des migrants qui veulent aller au Royaume-Uni, a indiqué l'Elysée mercredi.

Ces engagements, "encore en cours de finalisation", formeront "un nouveau traité" franco-britannique qui portera principalement sur les mineurs isolés, les demandes d'asile et le regroupement familial "avec des engagements précis de délais pour examiner les demandes en quelques jours", a précisé l'Elysée, ainsi qu'"un volet financier" avec une nouvelle contribution britannique "importante".

Catégories: Actualités

Notre-Dame-des-Landes: Philippe annoncera la décision à l'issue du Conseil des ministres

LCP Assemblée nationale - il y a 10 heures 43 min

Edouard Philippe annoncera la décision de l'exécutif concernant le projet controversé d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes mercredi à l'issue du Conseil des ministres, a indiqué l'Elysée.

"Le Premier ministre, M. Edouard Philippe, s'exprimera pour présenter la décision prise par le gouvernement sur l'avenir du projet aéroportuaire du Grand Ouest", en présence des ministres Gérard Collomb (Intérieur), Nicolas Hulot (Transition écologique et solidaire), Elisabeth Borne (Transports), Nicole Belloubet (Justice) et Benjamin Griveaux (porte-parole), a précisé la présidence de la République dans un communiqué.

Catégories: Actualités

A la recherche d’un plan pour fermer Fessenheim

Le gouvernement installe un comité de pilotage sur la reconversion du site nucléaire, le plus vieux du parc.
Catégories: Actualités

Un an après, Trump toujours indissociable de ses affaires

France 24 - L'info en continu - il y a 10 heures 45 min

Il y a un an, Donald Trump promettait de ne plus s'occuper de son empire immobilier, cédant les rênes de la Trump Organization à ses deux fils ainés tout en restant propriétaire - une première pour un président américain.

Aujourd'hui, ses clubs de golf de Floride et du New Jersey, où il a passé plus de 80 jours en 2017, font partie intégrante de la présidence. Et ses adversaires dénoncent sans relâche, y compris devant les tribunaux, les liaisons opaques entre la Maison Blanche et la Trump Organization.

Pour beaucoup, un exemple flagrant de ce dangereux mélange des genres est celui de l'hôtel Trump International de Washington, tout proche de la Maison Blanche.

Avant la victoire du milliardaire, beaucoup doutaient du succès de cette ancienne poste transformée en hôtel de luxe. Aujourd'hui, ses chambres, restaurants et salles de conférences fourmillent de diplomates étrangers et de lobbyistes.

"C'est devenu une annexe de la Maison Blanche où, moyennant 27 dollars pour une margarita, on peut parler à des gens qui verront le président le lendemain (...) un moyen d'approcher des responsables de l'administration Trump", affirme Austin Evers, directeur de l'ONG American Oversight, créée pour dénoncer les dérapages éthiques de l'administration Trump.

Il cite comme autant de soupçons les séjours à l'hôtel de délégations saoudienne et malaisienne ou un congrès de lobbyistes pour la cigarette électronique juste avant que l'administration n'abroge certaines règles de ce secteur.

- Apparitions surprise -

Les propriétés du président sont d'autant plus visibles qu'il continue, comme avant son élection, d'y faire des apparitions surprise, pour la plus grande joie des clients.

"Le bonus a été lorsque POTUS (président des Etats-Unis) et FLOTUS (Première dame) sont apparus tout près de ma femme et moi", se réjouissait récemment un client australien prénommé David, dans une évaluation en ligne de l'hôtel de Washington.

Pour autant, la présidence n'est pas synonyme de croissance pour le groupe Trump, qui a décliné une demande d'interview de l'AFP.

Dans un récent entretien au New York Times, Eric Trump - qui gère les affaires avec son frère Donald Jr - assurait qu'ils avaient renoncé à lancer de nouveaux projets pendant la présidence de leur père. Pour éviter la controverse et honorer la promesse faite en janvier de s'abstenir de nouveaux développements à l'étranger.

A New York, le groupe s'est récemment désengagé d'un hôtel-résidence du quartier huppé de SoHo, boycotté par plusieurs célébrités après l'élection.

Selon des médias américains, plusieurs propriétés du groupe situées dans des bastions démocrates, comme New York et Chicago, seraient victimes d'une désaffection.

Fin 2016, la Trump Organization a d'ailleurs annoncé le lancement de la chaîne d'hôtels Scion, dont le nom est exceptionnellement dépourvu de toute référence à Trump, visant une clientèle moins fortunée.

- Faveurs non déclarées -

Le premier établissement devrait ouvrir en 2018 à Cleveland, petite ville de l'Etat républicain du Mississippi (sud), seul nouveau projet connu du groupe depuis l'investiture.

Mais, croissance ou pas, le problème n'est pas là, soulignent les détracteurs du président.

Le simple "potentiel" qu'a Trump de faire profiter ses affaires de sa présidence et celui qu'ont des gouvernements étrangers de l'influencer via ses affaires suffisent à créer d'innombrables conflits d'intérêts, souligne M. Evers.

Dans une plainte déposée en justice en juin, le sénateur démocrate Richard Blumenthal et 200 autres élus citent plusieurs exemples de "faveurs" accordées par des gouvernements étrangers à la Trump Organization. Comme l'enregistrement après l'élection de marques en Chine que le groupe demandait depuis des années.

M. Blumenthal souligne que tout revenu ou contrat accordé à la Trump Organization par des gouvernements étrangers devrait être "soumis à l'accord du Congrès, qu'il contrôle, avant de les accepter", conformément à une clause de la Constitution américaine sur les "émoluments".

Le refus du président, qui a aussi toujours rejeté la publication de ses déclarations d'impôts, "soulève de vraies questions sur ce qu'il essaie de cacher", selon le sénateur.

La Trump Organization, société familiale non cotée, n'est pas tenue de communiquer sur ses résultats.

Des documents publiés en juin par le Bureau d'éthique gouvernementale indiquaient simplement que M. Trump avait perçu entre 600 et 650 millions de dollars de revenus de ses actifs sur la dernière année fiscale. Ses revenus de Mar-a-Lago, son club de Floride réservé à de riches membres et devenu la "Maison Blanche d'hiver", étaient en hausse de 30 à 37 millions de dollars.

"Il y a toutes les raisons de penser qu'il y a beaucoup de choses encore que nous ne savons pas et les choses que nous ne savons pas sont probablement les plus troublantes", relève M. Blumenthal.

Catégories: Actualités

ZOOM Fnac Darty perd près de 7% après une opération financière sur ses titres

France 24 - L'info en continu - il y a 10 heures 47 min

Le groupe Fnac Darty chutait de près de 7% mercredi à la Bourse de Paris après une opération financière dite "de couverture" réalisée sur ses titres par le géant des médias Vivendi.

A 10H24 (09H24 GMT), l'action Fnac Darty reculait de 6,82% à 93,65 euros, dans un marché en repli de 0,28%.

"C'est lié au placement de Vivendi qui a fait une opération de couverture", a expliqué auprès de l'AFP Marco Bruzzo, directeur général délégué de Mirabaud Asset Management.

Le géant des médias Vivendi a en effet annoncé mardi procéder à une opération de couverture, avec Société Générale, afin de sécuriser sa participation de 11% au capital de Fnac Darty.

Cette opération consiste pour le groupe à céder provisoirement ses titres, en se réservant le droit de récupérer ultérieurement une somme d'argent ou les actions, au plus tard au second semestre 2019.

De son côté, Société Générale, pour garantir sa propre couverture, a démarré le placement privé d'un bloc de 2,94 millions d'actions Fnac Darty auprès d'investisseurs institutionnels.

"Comme ce placement a été effectué à 91 euros, le cours de l'action s'aligne sur ce prix", d'où la baisse du titre en Bourse, a indiqué M. Bruzzo.

Catégories: Actualités

Vidéos. Coups, cris, humiliations : les violences éducatives dénoncées dans une campagne

L' Essentiel - SudOuest.fr - il y a 10 heures 48 min

Deux clips vidéos de la Fondation de l'enfance sensibilisant les parents aux risques des violences éducatives vont être diffusés à la télévision et sur internet dès cette semaine. .
Où s'arrête l'éducation et où commence la violence ? Une campagne de sensibilisation lancée cette semaine sur les réseaux sociaux et... Lire la suite

Catégories: Actualités

Avortement: manifestations en Pologne contre le durcissement de la loi

France 24 - L'info en continu - il y a 10 heures 50 min

Des organisations féministes et des défenseurs du droit à l'avortement organisent un "mercredi noir" de manifestations à travers la Pologne contre une tentative des ultraconservateurs de limiter encore le droit à l'IVG déjà très restreint dans ce pays.

"Nous savons quel est l'enjeu: l'interdiction totale de l'avortement en Pologne", affirme dans un tract la Grève des Femmes, une des organisations à l'origine de l'appel à une marche à Varsovie. Des manifestations similaires doivent avoir lieu dans plusieurs villes de province, dont Cracovie, Lodz, Wroclaw et Szczecin.

La semaine dernière, plus d'un an après "la protestation noire" des femmes qui avait fait échouer une démarche similaire dans ce pays catholique, le parlement dominé par le parti conservateur nationaliste Droit et Justice (PiS) a envoyé en commission un texte qui supprime la possibilité d'interrompre la grossesse en cas de malformation du f?tus.

Si l'amendement à la loi actuelle - fruit d'un compromis laborieusement atteint en 1993 - proposé par le Comité "Stop Avortement" est adopté, l'IVG ne sera plus autorisée que dans deux cas: risque pour la vie ou la santé de la mère et grossesse résultant d'un viol ou d'un inceste.

Ces deux cas représentent un petit pourcentage des avortements légaux, la malformation du f?tus étant à l'origine de 1.046 avortements, soit 96% des IVG pratiquées légalement en Pologne en 2016, selon Stop Avortement.

- Débat houleux -

Un deuxième projet d'initiative citoyenne, libéralisant l'IVG, a lui été rejeté après un débat houleux de quelques heures.

Ce texte, qui avait réuni plus de 400.000 signatures, prévoyait l'accès à l'IVG jusqu'à la 12e semaine de grossesse pour des raisons psychologiques et sociales, ainsi que l'introduction de l'éducation sexuelle dans les écoles et un accès libre à "la pilule du lendemain".

L'abstention ou l'absence d'une quarantaine de députés de l'opposition centriste et libérale lors de ce dernier vote (alors qu'il aurait suffi qu'une dizaine votent pour envoyer le texte en commission) ont provoqué la colère des milieux favorables au droit à l'avortement.

Elles ont déclenché une crise au sein de l'opposition qui, depuis plus de deux ans, cherche à trouver une réponse adéquate aux changements controversés introduits par le PiS, dont certains sont perçus à Bruxelles comme une menace contre l'Etat de droit en Pologne.

Aussi les manifestants doivent-ils s'en prendre à tous les principaux partis politiques, commençant leur marche mercredi soir devant le siège de la Plateforme civique (PO, centriste, opposition), avant d'aller devant celui des libéraux de Nowoczesna et arriver devant le QG du PiS, ouvertement favorable à la nouvelle restriction.

"Après les votes sur le projet +Sauvons les femmes+ nous nous considérons comme laissées à nous-mêmes", dit le tract de la Grève des Femmes.

Le texte envoyé en commission qui doit interdire "l'avortement eugénique", celui décidé en raison d'une malformation du f?tus, avait été signé par 830.000 personnes, selon Stop Avortement.

- Syndrome de Down -

Le président Andrzej Duda, proche de l'Église catholique, s'est engagé en novembre à promulguer la loi une fois adoptée, "pour supprimer le droit de tuer des enfants atteints du syndrome de Down" (trisomie 21).

La nouvelle proposition est moins restrictive que celle qui avait provoqué en 2016 de grandes manifestations de femmes vêtues de noir dans plusieurs villes de Pologne et qui avait finalement été rejetée par le Parlement.

Ce texte prévoyait des peines allant jusqu'à cinq ans de prison pour les médecins et autres personnes participant à l'IVG, y compris pour les patientes elles-mêmes, mais autorisait le juge à renoncer à punir ces dernières.

Depuis leur arrivée au pouvoir il y a deux ans, les conservateurs ont notamment mis fin dès mi-2016 au programme de financement de la fécondation in vitro par l'État. En mai 2017, il a limité l'accès à "la pilule du lendemain", désormais accessible uniquement sur prescription médicale.

Les adversaires de l'IVG mènent parallèlement une autre tentative de l'interdire: une centaine de députés ont demandé au Tribunal constitutionnel de dire si l'avortement eugénique ne viole pas la loi fondamentale et notamment le droit à la vie qu'elle garantit.

Catégories: Actualités

La France envisage de prêter la Tapisserie de Bayeux au Royaume-Uni mais "pas avant 2020"

France 24 - L'info en continu - il y a 10 heures 50 min

Emmanuel Macron et Theresa May annonceront jeudi lors d'un sommet franco-britannique un programme d'échanges d'oeuvres dont "un possible prêt de la Tapisserie de Bayeux" mais "pas avant 2020", a annoncé l'Elysée mercredi.

"Ce prêt est envisagé car il y aura des travaux de restauration du musée de Bayeux pendant quelques mois", a précisé l'entourage du président de la République devant la presse. Mais "ce ne sera pas avant 2020 car c'est un objet patrimonial extrêmement fragile qui fera l'objet de travaux de restauration très importants avant quelque transport que ce soit".

Catégories: Actualités

Automobile: Renault-Nissan-Mitsubishi revendique la place de numéro un mondial en 2017

France 24 - L'info en continu - il y a 10 heures 50 min

L'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi revendique la place de premier constructeur automobile mondial en 2017, hors poids lourds, avec 10,6 millions de véhicules vendus, a déclaré mercredi son patron Carlos Ghosn.

"L'alliance, avec 10,6 millions de véhicules vendus en 2017, est le premier groupe automobile mondial, ça vient d'être confirmé", a-t-il indiqué lors d'une audition à l'Assemblée nationale française.

"Il n?y a plus de discussion possible, ce n'est pas un objectif mais c'est une satisfaction", a estimé M. Ghosn.

Volkswagen affiche 10,74 millions d'unités vendues mais avec 200.000 poids lourds qui ne doivent pas être comptabilisés, selon M. Ghosn.

L'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi est au coude-à-coude avec Volkswagen, qui a enregistré des livraisons record l'an dernier, mais également avec Toyota qui tablait sur 10,35 millions de véhicules vendus en 2017.

Au sein de l'alliance dirigée par Carlos Ghosn, le seul groupe Renault (Renault, Dacia, Samsung Motors, Alpine et Lada), qui a récemment dévoilé ses chiffres mondiaux, a affiché une solide progression de 8,5% de ses ventes l'an dernier grâce en particulier aux marchés russes et iraniens.

Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur - Actualités