Actualité

Au Gabon, un laboratoire ultra-sécurisé contre le virus Ebola

France 24 - L'info en continu - dim, 06/17/2018 - 13:25

Les chercheurs l'appellent le P4: ce laboratoire hautement sécurisé, l'un des deux seuls en Afrique à traiter les virus les plus dangereux, dont Ebola, est situé bien à l'écart des bâtiments principaux du Centre international de recherches médicales de Franceville (CIRMF) au Gabon.

"Seules quatre personnes, trois chercheurs et un technicien, sont autorisées à pénétrer dans le P4", via un badge d'accès dédié, explique le docteur Illich Mombo, virologue et responsable de ce laboratoire bien particulier, placé sous vidéosurveillance et entouré d'une clôture électrique.

Dans l'immense parc de 40 hectares qui abrite le CIRMF en périphérie de Franceville, chef-lieu de la province du Haut-Ogooué (sud-est du Gabon), le P4 a été installé à 800 mètres des autres bâtiments datant des années 1970. Il est interdit de le photographier ou de le filmer.

Quand il y pénètre pour "inactiver" des virus suspects et dangereux - parmi lesquels celui d'Ebola qui a fait depuis six semaines 28 morts en République démocratique du Congo (RDC) - le docteur Mombo revêt une combinaison qui le protège des pieds à la tête. Celle-ci sera ensuite détruite, une fois son travail terminé. "Même l'air qu'on respire est filtré", détaille-t-il.

Des mesures draconiennes destinées à éviter tout risque de contamination aux effets potentiellement dévastateurs.

- "En alerte" -

Lorsque le virus a été "inactivé", il passe avec d'infimes précautions du P4 vers d'autres laboratoires du CIRMF où sera déterminée avec une extrême précision sa nature, grâce à un matériel moderne et performant dont peu de laboratoires dans le monde sont équipés.

"Entre l'arrivée d'un échantillon suspect et le rendu des résultats du diagnostic, il faut en moyenne de 24 à 48 heures", selon Illich Mombo.

Sur le continent africain, seuls le CIRMF et un centre de recherches de Johannesburg possèdent un laboratoire de ce type.

Face à l'épidémie d'Ebola en RDC et aux risques possibles d'extension à d'autres pays d'Afrique centrale, "nos équipes ont été mises en alerte pour recevoir des échantillons suspects", déclare le directeur général du CIRMF, Jean-Sylvain Koumba, colonel de l'armée gabonaise et médecin militaire.

"Nous sommes un centre collaborateur de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour l'Afrique centrale" pour les fièvres hémorragiques virales et les arboviroses (maladies virales), explique-t-il. "L'OMS nous a contactés pour que nous soyons prêts à recevoir des échantillons de RDC, actuellement traités par l'Institut national de recherche biomédicale de Kinshasa".

Mais le centre de Franceville ne reste pas les bras croisés en attendant l'arrivée éventuelle de ces échantillons: outre le diagnostic sur les virus, il maintient une activité de "veille passive et active", selon Gaël Darren Maganga, coresponsable de l'unité Emergence des maladies virales du CIRMF.

"La veille passive consiste à aller faire un prélèvement sur un animal mort à la suite d'une sollicitation, la veille active à aller nous-mêmes sur le terrain faire des recherches et des prélèvements", explique-t-il.

- Chauves-souris suspectes -

Les équipes du CIRMF, où travaillent et vivent 150 personnes, sont dédiées à 60% à la recherche. Elles s'intéressent aussi de très près aux chauve-souris, "réservoir potentiel du virus Ebola", selon le Dr Maganga. Elles vont ainsi régulièrement en capturer sur tout le territoire gabonais pour leur prélever des échantillons de salive, de matières fécales et de sang.

"Cela reste des hypothèses, mais la transmission à l'homme peut se faire par contact direct, par exemple des griffures dans des grottes, ou par manipulation des grands singes infectés à la suite de la consommation des fruits contenant la salive des chauves-souris", explique le virologue.

La consommation de viande de singe et autres animaux de brousse est courante en Afrique centrale.

Créé en 1979 par l'ancien président gabonais Omar Bongo Ondimba pour étudier l'hypofécondité dans son pays, le CIRMF a par la suite étendu ses activités à la recherche contre le sida, le paludisme, le cancer, les virus et les maladies tropicales négligées qui, selon l'OMS, affectent un milliard de personnes dans le monde.

Il est financé par l'Etat gabonais ainsi que par la coopération française. Sa réputation attire de nombreux chercheurs, étudiants et stagiaires venus d'Afrique, d'Asie, d'Europe et des Etats-Unis.

Catégories: Actualités

MotoGP: le Français Quartararo décroche sa première victoire au GP de Catalogne

France 24 - L'info en continu - dim, 06/17/2018 - 13:24

Le Français Fabio Quartararo (Speed Up) a remporté sa première course en catégorie Moto2, la première de sa carrière toutes catégories de Championnat du monde confondues, lors du Grand Prix de Catalogne, dimanche sur le circuit de Montmelo (Catalogne).

Parti en pole, le pilote de 19 ans a devancé le Portugais Miguel Oliveira (KTM) de 2 secondes 492/1000 et l'Espagnol Alex Marquez (Kalex) de 3 secondes 485/1000.

Quartararo était monté à deux reprises sur le podium en Moto3 lors de la saison 2015 mais avait connu plusieurs années difficiles depuis. Il succède à ses compatriotes Jules Cluzel et Johann Zarco, également vainqueurs dans la catégorie Moto2.

Au classement du Championnat, l'Italien Francesco Bagnaia (Kalex) compte un point d'avance sur Oliveira et 25 sur Marquez.

Catégories: Actualités

Aquarius: la France traitera les demandes "au cas par cas"

France 24 - L'info en continu - dim, 06/17/2018 - 13:20

Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a estimé qu'il était "impossible" de déterminer combien de migrants de l'Aquarius seraient accueillis par la France, qui va examiner les situations "au cas par cas".

"La France a toujours dit que s'il (l'Aquarius) avait été à proximité des côtes françaises, le droit s'imposerait. L'Espagne a pris ses responsabilités, il n'est pas question de concours", a expliqué M. Griveaux dans Dimanche en politique sur France 3.

La France accueillera-t-elle des migrants de l'Aquarius, qui a accosté dimanche à Valence (Espagne)? La France traitera les situations "au cas par cas", selon lui. "C'est impossible" de déterminer combien seront accueillis.

"Ils viennent d'accoster, ça prend du temps de savoir de quelle nationalité ils sont, à quel titre ils demandent l'asile...", a fait valoir M. Griveaux. "On va voir quelles sont les différentes situations, les différentes nationalités, ils viennent d'accoster, ça prend du temps, on est sur de l'humain", a-t-il martelé.

Il faut selon lui "d'abord (régler) la question du traitement médical, de l'accueil, de remettre ces gens d'aplomb et ensuite l'examen" des situations, a précisé le porte-parole.

"La France accueillera s'ils répondent aux critères que nous avons fixés dans la loi, la France prendra sa part", a-t-il assuré.

La France a proposé d' accueillir une partie des migrants de l'Aquarius, avait annoncé samedi le gouvernement espagnol. Une offre saluée par le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez comme un signe de la "coopération" et de la "solidarité" européennes nécessaires face à la crise migratoire.

Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national (ex-FN), s'est dite dimanche "inquiète" que la France en accueille.

M. Griveaux a par ailleurs répondu vertement aux députés LR, dont Sonia Krimi, qui ont critiqué la position de la France au sujet de l'Aquarius. : "un responsable politique doit d'abord ne pas céder à l'émotion (...) J'entends beaucoup d'émotion, pas beaucoup de solutions et d'action", a-t-il cinglé.

Catégories: Actualités

Sujets du bac : quand et comment sont-ils décidés ?

Toutes disciplines confondues, près de 3 000 sujets d’épreuves sont rédigés, testés, validés et diffusés chaque année. Un processus qui nécessite presque une année.
Catégories: Actualités

L'Aquarius: l'odyssée de 629 migrants face au bras de fer européen

France 24 - L'info en continu - dim, 06/17/2018 - 13:10

De leur sauvetage en Méditerranée à la crise diplomatique entre Paris et Rome, l'odyssée des 629 migrants de l'Aquarius, refusés par l'Italie et Malte, ignorés par la France, et finalement arrivés dimanche en Espagne.

- Le sauvetage -

9-10 juin: dans la nuit de samedi à dimanche, l'ONG française "SOS Méditerranée" recueille 629 migrants sur son bateau l'Aquarius au cours de six opérations de sauvetage délicates. A son bord, sept femmes enceintes, 11 enfants en bas âge et 123 mineurs isolés. Le bateau, à l'arrêt entre Malte et l'Italie, attend des instructions pour pouvoir débarquer dans "un port sûr".

- Bras de fer Malte-Italie -

10 juin: les autorités italiennes annoncent la fermeture de ses ports, une décision sans précédent qui émane du tout nouveau ministre de l'Intérieur d'extrême-droite Matteo Salvini. Naples et Palerme affirment toutefois être prêts à accueillir l'Aquarius si le gouvernement l'autorisait.

Malte confirme dimanche soir son refus de voir débarquer le bateau sur ses côtes après un communiqué italien lui enjoignant de le faire.

L'Organisation internationale pour les migrations alerte sur la "situation très vulnérable des migrants".

- La solution espagnole -

11 juin: l'Italien Matteo Salvini n'entend pas plier. "Sauver des vies est un devoir, transformer l'Italie en un énorme camp de réfugiés, non. L?Italie en a fini de courber l'échine et d'obéir, cette fois IL Y A QUELQU'UN QUI DIT NON", tweete-t-il, en utilisant l'hashtag #fermonslesports.

La Commission européenne avance son incompétence en matière de sauvetages en mer mais exige un "règlement rapide"; l'Allemagne en appelle au devoir "humanitaire".

Après deux jours d'impasse, le tout nouveau président du gouvernement espagnol, le social-démocrate Pedro Sanchez, propose le port de Valence à l'Aquarius.

Dans un premier temps le bateau refuse d'entreprendre un voyage de quatre jours vers l'Espagne, à cause d'un manque d'essence, de vivres et des conditions climatiques mauvaises.

Matteo Salvini crie "VICTOIRE" sur Twitter.

- La France botte en touche -

12 juin: "en raison du caractère trop éloigné du port de Valence", le président de l'exécutif corse Gilles Simeoni propose d'accueillir le navire sur l'île française "le temps que la situation se régularise". Le geste du nationaliste irrite Paris resté muet jusque-là.

L'Italie décide de dépêcher deux navires pour transborder des rescapés et faire route avec l'Aquarius vers Valence. Des vivres sont acheminées à bord par Malte et l'Italie. Le convoi se dirige vers l'Espagne.

Critiqué pour son inaction, le président français Emmanuel Macron dénonce la "part de cynisme et d'irresponsabilité du gouvernement italien" et souligne "qu'en cas de détresse, (c'est) la côte la plus proche qui assume la responsabilité de l'accueil".

Rome refuse les "leçons hypocrites" de Paris ou de "pays ayant préféré détourner la tête" du problème migratoire.

- Le ton monte entre Rome et Paris -

13 juin: l'Italie convoque l'ambassadeur de France à Rome.

Matteo Salvini rappelle que la France s'était engagée à accueillir "9.816 migrants" arrivés ces dernières années en Italie mais n'en a accueilli que 640.

Exigeant des "excuses officielles" de la France, il menace d'annuler une rencontre prévue le 15 entre Emmanuel Macron et le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte en vue d'un Conseil européen les 28 et 29 juin.

14 juin: la France est prête à accueillir des migrants "qui répondraient aux critères du droit d?asile" après examen de leur situation sur place par des agents français, fait savoir Paris à Madrid.

- Arrivée à Valence -

Le président Macron assure n'avoir tenu "aucun propos visant à offenser l'Italie et le peuple italien", et Rome et Paris conviennent qu'il est nécessaire de "discuter ensemble" et se verront comme convenu le lendemain.

15 juin: l'Aquarius, dont 500 passagers ont été transférés la veille sur deux navires de la marine italienne, est ravitaillé en mer entre Corse et Sardaigne par les garde-côtes italiens.

16 juin: l'Espagne annonce qu'elle accepte l'offre de la France d'accueillir une partie des migrants de l'Aquarius.

17 juin: l'Aquarius entre dans le port de Valence avec une partie des 630 migrants sauvés au large de la Libye. L'autre partie est arrivée dès l'aube avec le navire des garde-côtes italiens Dattilo.

Catégories: Actualités

L'Aquarius: l'odyssée de 629 migrants face au bras de fer européen

ladepeche.fr - dim, 06/17/2018 - 13:09
De leur sauvetage en Méditerranée à la crise diplomatique entre Paris et Rome, l'odyssée des 629 migrants de l'Aquarius, refusés par l'Italie et Malte, ignorés par la France, et finalement arrivés dimanche en Espagne. Le sauvetage 9-10 juin: dans la nuit de samedi à dimanche, l'ONG française "SOS Méditerranée" recueille 629 migrants sur son bateau l'Aquarius au cours de six opérations de sauvetage délicates. A son bord, sept femmes enceintes,...
Catégories: Actualités

Afghanistan: pas de prolongation du cessez-le-feu, annoncent les talibans

France 24 - L'info en continu - dim, 06/17/2018 - 13:07

Les talibans ont annoncé dimanche qu'ils ne prolongeraient pas le cessez-le-feu de trois jours observé ce weekend face aux forces afghanes à l'occasion de la fin du ramadan et entendaient reprendre les combats à son issue.

"Le cessez-le-feu se termine ce soir et nos opérations reprendront si Dieu le veut. Nous n'avons aucune intention de prolonger le cessez-le-feu", a déclaré le porte-parole taliban Zabihullah Mujahid dans un message transmis à l'AFP.

Le président Ashraf Ghani avait annoncé samedi une prolongation du cessez-le-feu côté gouvernemental et appelé les talibans à en faire autant.

Il s'agit du premier cessez-le-feu formel à l'échelle nationale depuis l'invasion américaine de 2001 et les scènes de joie qu'il a suscitées ont éveillé des espoirs de paix parmi les Afghans épuisés par la guerre.

Il a aussi donné lieu ces derniers jours à d'inédites scènes de fraternisation entre combattants talibans, civils et membres des forces de sécurité. Mais il a été terni samedi par un attentat-suicide qui a fait au moins 25 morts parmi une foule célébrant la cessation des combats dans la province de Nangarhar (est). L'attaque a été imputée au groupe Etat islamique.

L'Etat islamique n'est pas inclus dans le cessez-le-feu.

Catégories: Actualités

Toulouse. Flash Market, le salon controversé du déstockage

ladepeche.fr - dim, 06/17/2018 - 13:06
Flash Market, c'est un événement d'un nouveau genre au Parc des Expos, à Toulouse. A mi-chemin entre la foire expo, la braderie de centre-ville et le village de marques.Un grand salon de destockage de vêtements, chaussures et accessoires, annoncé dans toute l'agglomération, à grands renforts de panneaux publicitaires aux couleurs vives. C'est une société de Malaga en Espagne qui a importé le concept, déjà testé à Marseille en avril dernier. ...
Catégories: Actualités

Griveaux: "on peut mieux faire à Paris"

France 24 - L'info en continu - dim, 06/17/2018 - 13:05

Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement auquel sont prêtées des ambitions municipales à Paris, a estimé dimanche qu'"on (pouvait) mieux faire" dans la capitale, notamment dans les transports.

"J'ai été élu député à Paris (en 2017), je vis à Paris depuis longtemps, mes enfants sont scolarisés à Paris, j'ai un intérêt pour ce qui se passe à Paris", a expliqué M. Griveaux dans Dimanche en politique sur France 3.

"Je veux que Paris retrouve son attractivité en termes économiques, culturels...", a ajouté M. Griveaux, qui lorgnerait sur la mairie de Paris dans l'optique des élections municipales de 2020.

Selon lui, "il y a beaucoup de sujets sur lesquels il y a un désaccord des Parisiens". "On peut mieux faire à Paris, sur les questions du quotidien, sur les questions de transports", a fait valoir M. Griveaux.

"Manifestement, il y a une difficulté sur la question des mobilités", a-t-il aussi relevé, citant les services Vélib', en crise, et Autolib', qui devrait être interrompu dans les prochains jours. Au sujet du Vélib', dont le déploiement des nouveaux vélos est chaotique depuis plusieurs mois, il s'est montré particulièrement critique: "on arrive à casser quelque chose qui fonctionne".

M. Griveaux n'a pas voulu s'exprimer au sujet d'une éventuelle alliance avec la droite parisienne en 2020 ou sur la possible candidature de Gaspard Gantzer, ancien conseiller de Bertrand Delanoë puis de François Hollande.

Un récent sondage Ifop-Fiducial a montré que M. Griveaux était moins populaire qu'Anne Hidalgo, maire PS de Paris. Les seuls sympathisants de La République en marche pencheraient également pour Mme Hidalgo, avec 51% de réponses favorables contre 40% à Benjamin Griveaux.

Catégories: Actualités

"Coffee shop" à Paris: enquête préliminaire ouverte

France 24 - L'info en continu - dim, 06/17/2018 - 13:04

Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire le 11 juin concernant une boutique parisienne vendant un dérivé du cannabis, afin de vérifier si elle respecte la législation, a-t-on appris dimanche de source judiciaire, confirmant une information du JDD.

Les investigations ont été confiées à la Brigade des stupéfiants et du proxénétisme (BSP), alors que des établissements de ce genre, qui commercialisent des produits à base de cannabidol (CBD), se multiplient en France.

Ils profitent d'un flou dans la loi qui autorise le CBD, dès lors que la teneur en THC, composant du cannabis qui a un effet psychotrope, n'excède pas 0,2%.

L'enquête porte sur les chefs d'emploi, acquisition, transport, détention, offre et cession de stupéfiants, a précisé la source judiciaire.

La législation sur les stupéfiants devrait évoluer en France dans les prochains mois: le gouvernement souhaite ainsi que leur usage, en particulier celui du cannabis, soit sanctionné d'une "amende forfaitaire délictuelle" de 300 euros, avait affirmé début avril la ministre de la Justice, Nicole Belloubet.

Le projet du gouvernement prévoit d'exclure les mineurs du champ de cette amende forfaitaire, qui "sera possible y compris en cas de récidive".

Le choix du gouvernement va au-delà des préconisations d'un rapport parlementaire, qui envisageait une amende comprise entre 150 et 200 euros.

Dans un sondage publié lundi dernier, 51% des Français se disaient favorables à "une régulation et un encadrement du cannabis", à condition qu'il reste interdit dans certains cas, notamment au volant et pour les mineurs.

Catégories: Actualités

Mondial-2018: Vitali Moutko présent à l'entraînement des Russes

France 24 - L'info en continu - dim, 06/17/2018 - 13:01

L'ex-ministre russe des Sports Vitali Moutko, au c?ur des accusations de dopage institutionnel visant la Russie, était présent au dernier entraînement des Russes dans leur camp de base de Novogorsk avant leur départ pour Saint-Pétersbourg, où ils affronteront mardi l'Égypte.

Officiellement écarté du dossier sportif dans le gouvernement russe mais toujours membre du comité exécutif de la Fédération russe de football (RFS), Vitali Moutko a passé quelque minutes sur le terrain avec les joueurs russes, large vainqueurs de l'Arabie saoudite (5-0) pour le premier match de la Coupe du monde.

"Je suis satisfait, évidemment, mais c'était seulement le premier match. Le deuxième sera le plus important", a déclaré Vitali Moutko aux journalistes après l'entraînement russe, assurant que "si nous jouons à notre niveau, je ne prévois pas de de problèmes" face aux Égyptiens.

"Il nous a souhaité bonne chance et qu'on obtienne le succès dans le match contre l'Égypte", a déclaré le milieu de terrain Alan Dzagoev, blessé lors du premier match et absent au moins jusqu'aux huitièmes de finale de la compétition.

Vitali Moutko, 59 ans, a été ministre des Sports de 2008 à 2016, année pendant laquelle il avait été promu vice-Premier ministre chargé des Sports.

Vitali Moutko a été montré du doigt par le rapport McLaren de l'Agence mondiale antidopage (AMA) et le Comité international olympique (CIO), qui l'a banni le 5 décembre des Jeux olympiques pour son implication présumée dans le scandale de dopage institutionnalisé qui secoue la Russie.

En mai, il a été écarté du sport dans le nouveau gouvernement de Dmitri Medvedev pour être nommé vice-Premier ministre chargé de la Construction.

En décembre 2017, il s'était déjà retiré coup sur coup de la présidence de la Fédération russe de football et de celle du Comité d'organisation du Mondial-2018, mais il reste officieusement le grand patron du sport russe.

Catégories: Actualités

Yémen: échange de tirs près de Hodeida, poursuite de la mission de l'ONU

France 24 - L'info en continu - dim, 06/17/2018 - 13:00

Les troupes progouvernementales et les rebelles au Yémen ont échangé des tirs dimanche près de l'aéroport de Hodeida et sur la route côtière, au 5e jour d'une offensive qui fait craindre pour les civils déjà éprouvés par plus de trois ans de guerre.

L'offensive des loyalistes pour la reprise de cette ville portuaire clé (ouest), semble néanmoins piétiner alors que l'émissaire de l'ONU Martin Griffiths, poursuit en toute discrétion à Sanaa, la capitale contrôlée par les rebelles, des entretiens sur Hodeida.

C'est principalement par le port de Hodeida sur la mer Rouge, que passe l'aide humanitaire internationale sur laquelle compte une bonne partie des habitants de ce pays pauvre de la péninsule arabique pour survivre.

A la faveur de l'offensive lancée mercredi avec l'aide d'une coalition militaire sous commandement saoudien, les troupes fidèles au président Abd Rabbo Mansour Hadi ont progressé jusqu'à l'aéroport de Hodeida, situé à la limite sud de la ville tenue par les rebelles Houthis depuis 2014.

Dimanche, les protagonistes ont échangé des tirs d'obus près de l'aéroport et sur la route côtière, selon des sources militaires. Des tirs qui perturbent les lignes d'approvisionnement des forces progouvernementales qui assiègent des côtés ouest et sud cet aéroport toujours aux mains des rebelles, ont-elles ajouté.

Les Houthis avaient réussi vendredi à couper la route côtière à 100 km au sud de Hodeida, au niveau de la localité de Tuhaita.

"Les tirs se poursuivent dans ce secteur, ce qui affecte la déroulement de l'offensive et perturbe l'arrivée de renforts en provenance du sud", selon une source des forces progouvernementales.

- Raids aériens -

Dans le même temps, l'aviation saoudienne a continué ses raids sur les positions rebelles dans le secteur de Hodeida, ont indiqué les médias des Houthis.

En cinq jours, les combats ont fait au moins 139 morts: 118 rebelles et 21 soldats, selon des sources médicales.

Dans cette guerre qui a fait près de 10.000 morts en plus de trois ans, la bataille de Hodeida est la plus importante depuis une offensive en 2015 qui avait permis aux forces progouvernementales de reprendre aux rebelles plusieurs régions du sud dont Aden, la deuxième ville du pays où siège le pouvoir.

Après l'assaut sur Hodeida, par où transite l'essentiel des marchandises importées, la communauté internationale a dit craindre une interruption de l'aide internationale, essentielle pour un pays frappé par "la pire crise humanitaire du monde" selon l'ONU.

Mais l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, un autre pilier de la coalition dont les troupes aident au sol les loyalistes, ont cherché à atténuer ces craintes en promettant une aide "par air, par mer et par voie terrestre aux civils".

Pour ces deux pays, l'offensive se justifie à deux égards: pour empêcher selon eux que le port soit utilisé pour lancer des attaques contre la navigation internationale en mer Rouge. Et pour mettre fin à l'acheminement selon eux d'armes iraniennes aux Houthis.

- L'ONU discrète -

En dépit des démentis iraniens sur un transfert d'armes aux Houthis, un rapport confidentiel de l'ONU consulté par l'AFP a établi que des composants de missiles tirés sur l'Arabie saoudite par les Houthis ont été fabriqués en Iran, mais leur date d'envoi au Yémen n'a pas pu être déterminée.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a demandé jeudi que le port de Hodeida reste ouvert pour éviter une aggravation de la crise humanitaire.

Arrivé samedi à Sanaa, l'émissaire de l'ONU pour le Yémen, Martin Griffiths a appelé à la retenue et indiqué être en contact avec toutes les parties en conflit en vue de parvenir à une trêve.

Mais ses contacts avec les dirigeants rebelles ont été entourés d'une discrétion totale. Aucune indication n'a été donnée par les services des Nations unies ou les médias rebelles sur sa visite.

La coalition militaire est intervenue au Yémen en mars 2015 pour aider le pouvoir à stopper la progression des Houthis qui s'étaient emparés à la faveur d'une offensive d'envergure de vastes pans du territoire dont Sanaa. Avec cette opération de la coalition, l'Arabie saoudite sunnite a dit vouloir stopper "l'influence" de l'Iran chiite.

Catégories: Actualités

A la recherche de l'ADN du monstre du Loch Ness

France 24 - L'info en continu - dim, 06/17/2018 - 12:56

Et s'il y avait un fond de vérité aux histoires de créatures géantes surgissant des eaux sombres du Loch Ness? C'est ce que va tenter de découvrir un scientifique néo-zélandais en analysant l'ADN des eaux de ce lac écossais célèbre dans le monde entier.

Neil Gemmell a fait le voyage depuis l'université d'Otago à Dunedin pour prélever des échantillons d'eau dans l'espoir d'en savoir plus sur les créatures qui habitent les profondeurs du "loch".

"Plus de 1.000 personnes affirment avoir vu un monstre. Peut-être qu'il y a quelque chose d'extraordinaire là-dessous", dit-il à l'AFP en plongeant une sonde de cinq mètres dans le lac.

L'objectif de M. Gemmell est avant tout d'analyser la biodiversité du lac grâce aux techniques dites d'ADN environnemental, qui consiste à séquencer un échantillon d'eau. Mais bien sûr, il garde l'oeil ouvert à toute découverte concernant "l'ADN du monstre".

Un habitant du cru, Adrian Shine, estime que les recherches du scientifique pourraient contribuer à son propre projet, le Loch Ness Project, prolongement des recherches d'explorateurs comme l'Américain Dan Taylor qui, à la fin des années 1960, a sondé les eaux du lac à bord de son sous-marin jaune inspiré de la chanson des Beatles.

"Je suis sûr que nous trouverons certaines espèces qui n'ont probablement jamais été décrites. Ce seront plus probablement des bactéries", estime-t-il. "Si on découvre autre chose, et je dis bien si, alors on aura une bonne idée de quelle sorte de créature ou animal on a affaire".

Les théories abondent sur la nature du monstre, allant du reptile marin préhistorique au poisson géant en passant par un oiseau aquatique ou... le mouvement des vagues sous l'effet du vent.

"La moindre chose inexpliquée aperçue sur le lac peut se transformer en monstre du Loch Ness du jour", s'amuse Adrian Shine.

- Brouillard et mystère -

La première mention de la créature du Loch Ness est attribuée à Saint Colomba, évangélisateur de l'Écosse au VIème siècle. La dernière remonte au 26 mars dernier, par un couple d'Américains en visite sur les ruines du château de Urquhart.

"Ils ont décrit une grande ombre se mouvant sous les eaux, dont ils estiment qu'elle mesurait 9 mètres de long", dit Dave Bell, capitaine du bateau de touristes "Nessie Hunter", ou "chasseur de Nessie" - Nessie étant le surnom donné au monstre.

"L'an dernier, nous avons eu un record de vues, onze au total", affirme-t-il.

Lui n'a pour sa part jamais rien observé malgré les nombreuses années passées sur le lac, qui s'étire sur 39 km de long et seulement 1 à 3 km de large. Rien n'ébranlera toutefois sa conviction que quelque chose se cache bien dans les profondeurs.

"C'est dur d'imaginer que plus d'un millier de personnes puissent se tromper", dit-il. "Trop de gens rationnels et équilibrés ont dit avoir vu ce qu'ils pensent être une créature dans le lac".

Les Highlands écossais connaissent un boum touristique qui n'est pas entièrement lié à la quête des monstres de légende.

Inverness, la capitale culturelle de la région, constitue la porte d'entrée pour le North Coast 500, un sentier de 500 milles (800 kilomètres) surnommée "la route 66 d'Écosse" et qui a attiré 26% de touristes supplémentaires l'an dernier.

"Il y a beaucoup de monde dans les parages", constate Joanna Stebbings, chef des opérations au centre de secours marin du Loch Ness qui a effectué un record de 33 interventions l'an dernier.

Andrea Ferguson, 56 ans, une enseignante originaire du Missouri (États-Unis), a réservé une place sur le "Nessie Hunter", pour essayer de voir le monstre qui la fascine depuis l'enfance.

"Tant de gens l'ont vu qu'il peut bien avoir un petit fond de vérité", glisse-t-elle à l'AFP. "Le lac est énorme, beaucoup plus grand que je ne le croyais. L'eau est sombre, très mystérieuse, il y a beaucoup de brouillard et de grandes montagnes drapées dans les nuages qui lui donnent un air de majesté et de mystère. C'est beau".

Catégories: Actualités

Afghanistan: pas de prolongation du cessez-le-feu, annoncent les talibans

ladepeche.fr - dim, 06/17/2018 - 12:54
Les talibans ont annoncé dimanche qu'ils ne prolongeraient pas le cessez-le-feu de trois jours observé ce weekend face aux forces afghanes à l'occasion de la fin du ramadan et entendaient reprendre les combats à son issue."Le cessez-le-feu se termine ce soir et nos opérations reprendront si Dieu le veut. Nous n'avons aucune intention de prolonger le cessez-le-feu", a déclaré le porte-parole taliban Zabihullah Mujahid dans un message transmis à...
Catégories: Actualités

La procureure générale de Paris alerte sur "la prostitution des cités"

L' Essentiel - SudOuest.fr - dim, 06/17/2018 - 12:52

Catherine Champrenault appelle à la vigilance de tous face à "l'image d'une prostitution anodine".
La procureure générale de la cour d'appel de Paris Catherine Champrenault alerte sur l'augmentation des faits de "proxénétisme des cités", touchant de jeunes femmes, parfois mineures, et appelle à la "vigilance" notamment des... Lire la suite

Catégories: Actualités

Vidéo. Un taxi renverse des piétons à Moscou, faisant au moins sept blessés

L' Essentiel - SudOuest.fr - dim, 06/17/2018 - 12:46

Le conducteur d'un taxi qui a fauché samedi des piétons sur un trottoir à Moscou, faisant au moins sept blessés en pleine Coupe du monde de football, a déclaré à la police qu'il avait travaillé 20 heurs d'affilée avant l'accident.
Samedi, un taxi a renversé des piétons en changeant brusquement de direction. Dans une... Lire la suite

Catégories: Actualités

La SPA dans la tourmente, perd sa présidente

France 24 - L'info en continu - dim, 06/17/2018 - 12:40

La vénérable Société protectrice des animaux (SPA) se retrouve au coeur d'une nouvelle tourmente, avec le départ annoncé de sa présidente après plusieurs mois de crise.

Natacha Harry a annoncé dans le JDD de dimanche qu'elle présenterait sa démission le 16 juillet lors de l'assemblée générale.

"Je fais ce choix d'abord pour protéger l'association des violentes attaques dont je fais l'objet", déclare-t-elle.

"Une poignée de personnes mènent depuis quelques semaines une campagne insensée à mon encontre qui est de nature à fragiliser la SPA. Il est responsable, je crois, de me mettre en retrait de cette maison où je me suis investie bénévolement depuis 2013", explique-t-elle, dénonçant des "attaques ignobles et mensongères".

La SPA traverse depuis plusieurs mois une crise en son sommet, marquée par le licenciement, décidé en début d'année, de plusieurs responsables - notamment des directeurs général, administratif et financier.

"Ces personnes ont adopté des attitudes incompatibles avec leurs fonctions et l'éthique de la SPA. Elles ont fait preuve d'un intolérable irrespect envers des donateurs, des salariés, des bénévoles et moi-même. Leur licenciement a été décidé à l'unanimité en conseil d'administration", affirme Mme Harry, précisant que des recrutements sont en cours.

Pour Joël Pain, l'ex-directeur général de la SPA, les accusations portées à son encontre pour justifier son départ sont "diffamatoires".

L'ancien responsable, en mars, avait assuré payer par son licenciement les doutes qu'il aurait "émis sur le bien fondé de dépenses de communication payées depuis 2014" et sur le "caractère irrationnel et coûteux de certains investissements".

Journaliste, productrice de télévision, Natacha Harry préside la SPA depuis 2013, et avait été réélue en 2016 jusqu'en 2019.

Elle assure que sa décision n'est pas liée au contrôle en cours de l'Agence française anticorruption, dont le rapport est attendu à l'automne.

"Ces contrôles sont classiques et normaux pour une grande association reconnue d'utilité publique avec 650 salariés et un budget de fonctionnement de 67 ?millions d?euros. Ils nous permettent aussi de progresser", déclare-t-elle au JDD.

Elle ajoute que sous sa présidence, l'association a réalisé près de 50.000 adoptions d'animaux de plus que lors des cinq années précédentes.

- Labrador présidentiel -

Mais la fronde est aussi alimentée par le licenciement de la directrice du refuge d'Hermeray (Yvelines) -- la même qui a fourni le croisé labrador griffon Nemo au couple Macron.

La SPA a déposé en mars à Versailles une plainte contre X pour "faux et usage de faux", "usurpation d'idendités", "atteinte volontaire à la vie d'un animal et mauvais traitement", accusant le refuge d'avoir procédé à des euthanasies d'animaux sans respecter la procédure imposée.

Mais les 19.000 signataires d'une pétition réclamant la réintégration de la directrice, dénoncent une "affaire Nemo" derrière ce licenciement, liée selon eux à l'attention reçue par la responsable du refuge.

Pour la SPA convalescente, c'est une crise de plus.

L'association avait été fortement critiquée par la Cour des comptes en 2002, puis en 2009 elle avait été placée sous administration judiciaire pendant plus de trois ans (novembre 2009-juin 2013).

En mars 2017, la Cour des comptes avait jugé le contrôle interne des dépenses encore insuffisant, estimant toutefois "l'emploi des fonds collectés globalement conforme aux objectifs poursuivis par l'appel à la générosité publique". La Cour regrettait aussi qu'un nécessaire plan de rénovation des refuges n'ait pas été lancé.

La SPA, plus ancienne association de protection animale en France, créée en 1845, recueille chaque année plus de 45.000 bêtes et ses 64 refuges sont saturés.

Ces dernières années, elle indique avoir connu un pic d'abandons d'animaux et reçu en 2017 un nombre record de signalements de maltraitance (plus de 8.900, soit +36% par rapport à 2016).

L'association, qui compte 650 salariés et s'appuie sur 4.000 bénévoles, tire une très grande partie de ses ressources de legs et dons.

Depuis que la crise a éclaté au grand jour, elle souligne que "ses comptes ne sont pas fragilisés".

Catégories: Actualités

Mondial-2018: Pogba voit "90% de chance" dans son but

France 24 - L'info en continu - dim, 06/17/2018 - 12:33

Paul Pogba a considéré dimanche qu'il y avait "90% de chance" dans le but qu'il a marqué samedi pour donner la victoire à l'équipe de France lors de son entrée en lice dans la Coupe du monde contre l'Australie (2-1).

"Je le compte pour moi, mais j'ai eu 90% de chance. J'étais vraiment content que la balle entre et qu'on gagne le match. On a eu les trois points, c'était ça l'objectif", a déclaré le milieu de terrain sur TF1 dans l'émission Téléfoot.

Pogba a vu sa touche de balle prolongée par l'Australien Aziz Behich à la 81e minute, offrant la victoire aux Bleus après deux penalties réussis par Antoine Griezmann pour l'ouverture du score (58e) et Mile Jedinak pour l'égalisation (62e).

"Dans ma prestation, il y a des bons et des mauvais moments. J'ai eu la chance d'être décisif, c'est important. On peut et on doit faire mieux", a-t-il ajouté.

"Pour moi, tant que je suis sur le terrain, ça va. Jouer une Coupe du monde, c'est un rêve. C'est le terrain vert qui parle et parlera toujours. Je suis passé du plus gros transfert du monde à joueur le plus critiqué du monde. Devenir le patron, je l'ai dit, je veux le devenir. C'est des paroles. Ça reste sur le terrain (que ça se décide, ndlr). C'est quelque chose que j'ai dans le coeur, je ne joue pas un rôle. Ça se fait naturellement, il ne suffit pas de le dire", a-t-il également avancé.

Pogba s'est aussi exprimé sur Blaise Matuidi, remplaçant au coup d'envoi: "C'est un leader. Il est entré en montrant qu'il était professionnel, que c'est un leader. Il a réagi comme le coach le voulait. Il a apporté quelque chose, couru, fait des appels vers l'avant. On a besoin de voir ça. Pour un milieu titulaire qui commence sur le banc peut-être pour sa dernière Coupe du monde et entre dans le match, c'est vraiment un exemple. Tout le monde doit faire comme ça".

L'équipe de France, première du groupe C devant le Danemark (vainqueur du Pérou 1-0 samedi), affrontera le Pérou jeudi à Ekaterinbourg.

Catégories: Actualités

Le terroriste d'extrême droite, une menace "grandissante" au Royaume-Uni

France 24 - L'info en continu - dim, 06/17/2018 - 12:32

Le Royaume-Uni, frappé il y a un an par une attaque contre des musulmans à Londres, est confronté à une menace terroriste "grandissante" venue de l'extrême droite et alimentée par la prolifération de discours haineux, qui force les autorités à réagir.

Dans un pays touché par cinq attentats en 2017, ayant fait 36 morts, "la menace la plus importante vient du terrorisme islamiste", a déclaré le ministre de l'Intérieur Sajid Javid début juin. Mais "le terrorisme d'extrême droite constitue aussi une menace grandissante", a-t-il ajouté, en annonçant une nouvelle stratégie anti-terroriste.

Au cours des cinq dernières années, quatre attentats terroristes au Royaume-Uni ont été perpétrés par des "acteurs solitaires motivés à des degrés divers par des idéologies d'extrême droite", indique le rapport gouvernemental dévoilant cette stratégie, baptisée Contest.

Parmi eux, Darren Osborne, un Gallois de 48 ans qui, le 19 juin 2017, avait projeté sa voiture sur un groupe de musulmans près de la mosquée de Finsbury Park, à Londres, tuant un homme et en blessant douze autres. Ce père de famille s'était radicalisé en quelques semaines, développant une obsession pour les musulmans, nourrie de la consultation compulsive de contenus haineux sur internet.

En outre, quatre attaques terroristes d'extrême-droite ont été déjouées depuis 2017, avait révélé en février Mark Rowley, à l'époque chef du contre-terrorisme britannique, qualifiant de "préoccupante" la croissance du terrorisme de droite.

"Il y a une nette augmentation à la fois du rythme des attaques menées par les extrémistes de droite et de la gravité, de la létalité, d'une telle violence", souligne Matthew Henman, chef du centre international d'analyse du terrorisme Jane, à IHS Markit, interrogé par l'AFP.

- Prêcheurs de haine en ligne -

Si, il y a quelques années, l'extrême droite se limitait à de petits groupes anti-immigration aux membres vieillissants, qui présentaient selon les autorités un très faible risque pour la sécurité nationale, de nouveaux groupes ont émergé comme l'organisation néo-nazie National Action, ou les groupuscules Britain First ou Generation Identity et une nouvelle génération d'extrémistes, plus jeunes et connectés, a vu le jour.

Trois des cinq "prêcheurs de haine" les plus suivis dans le monde sont britanniques, cumulant chacun plus d'un million d'abonnés sur différents réseaux sociaux, relève l'organisation anti-racisme Hope Not Hate. Il s'agit de Stephen Lennon, connu sous le nom de Tommy Robinson, fondateur de l'English Defense League, qu'il a quittée en 2013, de Paul Joseph Watson, un jeune Anglais dont les vidéos font des centaines de milliers de vues et de Katie Hopkins, qui avait scandalisé l'opinion en traitant les migrants de "cafards" dans les colonnes du tabloïd The Sun.

Pour Hope Not Hate, "les autorités ne parviennent pas à prendre la mesure et à s'attaquer à cette menace d'extrême droite en ligne croissante et à la haine anti-musulmans en général".

Le Conseil musulman du Royaume-Uni (MCB), organisation représentative des musulmans britanniques, a aussi dénoncé un climat islamophobe, couvant au sein même du Parti conservateur au pouvoir.

De son côté, Matthew Henman estime qu'il y a eu des "signaux encourageants" des autorités qui ont déjoué des complots terroristes et interdit National Action en décembre 2016, quelques mois après l'assassinat de la députée travailliste Jo Cox par un sympathisant néo-nazi. Un acte perpétré peu avant le référendum sur le Brexit qui avait libéré la parole xénophobe au Royaume-Uni.

Mais National Action continue d'?uvrer dans l'ombre. Mardi, un de ses membres présumés, Jack Renshaw, 23 ans, jugé à Londres, a plaidé coupable d'avoir fomenté le projet d'assassiner une députée travailliste.

Pour Matthew Henman, "les politiques s'attaquent aux symptômes de l'extrême-droite et pas à la cause" et, plutôt que de prendre des mesures de rétorsion, devraient développer une "approche plus globale". Il pointe aussi du doigt "des éléments dans les médias de droite et les politiques gouvernementales radicales qui ont contribué à favoriser un environnement dans lequel l'extrémisme de droite peut prendre racine et se propager".

Les autorités promettent vouloir agir en amont, en repérant des jeunes sensibles à cette propagande, et en développant des "discours alternatifs" à ceux des extrémistes, qu'ils viennent de l'islam radical ou de l'extrême droite.

Catégories: Actualités

Mondial-2018: Griezmann "doit faire plus", exige Deschamps

France 24 - L'info en continu - dim, 06/17/2018 - 12:29

L'attaquant français Antoine Griezmann, très décevant lors de la pâle victoire contre l'Australie (2-1) "doit faire plus" et "lui aussi, il en est conscient", a déclaré le sélectionneur Didier Deschamps dimanche sur la chaîne TF1.

"Antoine, c'est Antoine. C'est notre leader d'attaque et il le restera. Il était peut-être un peu moins bien aussi", a tempéré Deschamps, qui a sorti le chef de file des Bleus dès la 70e minute pour faire entrer Olivier Giroud, lors de ce premier match des Bleus dans le Mondial-2018.

"Que quelqu'un soit déçu quand il sort... C'était une décision ponctuelle sur ce match", a affirmé le technicien français dans l'émission Téléfoot.

"C'est vrai qu'il (Griezmann) était un peu fâché, c'est normal, c'est un joueur très ambitieux, mais dans le vestiaire, le bus et le camp de base, il était content", a expliqué en conférence de presse le défenseur Lucas Hernandez, qui connaît bien Griezmann avec qui il joue à l'Atletico Madrid.

Lucas Hernandez a assuré que Griezmann n'avait pas été perturbé par le long feuilleton sur son avenir en club et sa décision tardive de rester à l'Atletico malgré les avances du FC Barcelone.

"Son choix de rester à l'Atletico, il l'a fait il y a un mois. La vidéo est sortie il n'y a pas longtemps, mais dans sa tête il était bien, motivé à 100%", a assuré le défenseur français.

Jeudi soir, après une longue séquence digne d'une téléréalité sur ses états d'âme, Griezmann avait fini par expliquer qu'il restait à l'Atletico, à grand renfort de mise en scène. Pas forcément idéal à moins de 48 heures d'un premier match de Coupe du monde où il a été trop éteint.

Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur - Actualités