Actualité

Compagnie des Alpes : à quelle hauteur ?

Le Boursier - il y a 3 heures 56 min
Consultez cet article sur Boursier.com

valorisation en question

Le Boursier - il y a 3 heures 56 min
Consultez cet article sur Boursier.com

Bordeaux: Gourvennec limogé, Preud'homme pressenti

France 24 - L'info en continu - il y a 3 heures 57 min

Après 2 victoires seulement sur les 16 derniers matches toutes compétitions confondues, Bordeaux s'est résolu jeudi à ce qu'il aurait dû faire depuis bien longtemps: se séparer de Jocelyn Gourvennec.

C'est l'un de ses adjoints, Eric Bedouet, qui assurera l'intérim au poste d'entraîneur dès le déplacement à Nantes, samedi, en attendant la nomination d'un successeur. Michel Preud'homme, qui se trouve déjà résider à Bordeaux, est favori selon la presse belge.

Elu meilleur gardien de la Coupe du Monde 1994, Preud'homme (58 sélections en équipe de Belgique), qui fêtera ses 59 ans la semaine prochaine, n'est paradoxalement pas totalement libre: pour son départ l'été dernier du FC Bruges, il a obtenu de "faire une pause" mais reste toujours juridiquement sous contrat pour deux ans avec son club! Une contrepartie négociée afin que Bruges touche un dédommagement au cas où Preud'homme soit recruté par un autre club.

Celui qui s?assiéra à la place de Gourvennec aura un sacré défi à relever: avec 23 points au compteur, à deux points de la place de barragiste, les Girondins doivent décrocher l'équivalent de sept victoires pour être sûrs de se maintenir en élite en mai prochain...

La mise à l'écart de Gourvennec a eu une répercussion inattendue jeudi après midi: son capitaine Jérémy Toulalan a demandé à ses dirigeants de rompre son contrat, qui court pendant encore six mois, en solidarité avec son entraîneur qui l'a fait venir en Gironde il y a 18 mois.

Au regard de son bilan comptable famélique, le couperet aurait pu tomber bien plus tôt pour Gourvennec. Sous contrat jusqu'en 2020, l'entraîneur était chahuté depuis des semaines par une partie des supporters --les Ultramarines-- réclamant sa démission.

- Granville, la gifle -

Mais le Breton était soutenu en interne -- même si un rassemblement de tous les salariés du club sur le terrain à l'entraînement il y a une semaine était peut-être poussé par les déclarations de l'ancien coach Willy Sagnol, qui les accusait de s'arc-bouter sur les 35h.

La direction, coupable d'atermoiements aux yeux des ultras, avait même conforté le coach de 45 ans à la trêve malgré une 15e place peu flatteuse.

Après le camouflet de Granville (club de 4e division, vainqueur 2-1 a.p.) en Coupe de France, l'éclaircie fut de courte durée avec un succès à Troyes (1-0), bien vite balayé par le revers contre Caen mardi (2-0).

C'est donc la fin de l'histoire Gourvennec à Bordeaux, qui avait bien commencé. Arrivé sur les bords de la Garonne en 2016 avec une flatteuse réputation glanée à Guingamp (montée de National en L1, victoire en Coupe de France en 2014), l'ancien meneur de jeu avait connu une première saison sans accroc couronnée par une qualification en Europa League.

Sa direction lui avait en outre donné quasiment les pleins pouvoirs en matière de recrutement pour renouveler son effectif, en le suivant dans tous ses choix, notamment celui de l'attaquant lillois Nicolas de Préville (1 but en 16 matches !).

Au coeur de leur bon début de saison (3e en septembre), l'élimination précoce des Bordelais en C3 par les modestes Hongrois de Videoton semblait n'être qu'un accident. C'était en réalité un signe annonciateur.

Fin septembre, la visite au Parc des Princes en tant qu'autre équipe invaincue en L1 vira au cauchemar pour les Girondins (2-6).

- Le problème Malcom -

Marquée mentalement, en panne de confiance, l'équipe n'a jamais semblé capable de se remettre de cette déroute. Et Gourvennec, pourtant très à l'aise dans sa communication, n'a visiblement pas su trouver les mots ni les ressorts pour faire repartir un groupe trop souvent dépendant de Malcom, son faiseur de miracles, lui aussi en baisse de régime.

Le Brésilien, lui aussi, est devenu un problème. Après le naufrage contre le PSG, il avait pris un selfie, tout sourire, avec son compatriote Neymar. Et après la désillusion contre Caen, il a remis ça avec une vidéo perso où on le voit rigoler avec les autres Brésiliens de l'effectif. Le voilà convoqué pour un entretien disciplinaire au club. Le joueur a présenté ses excuses, mais le mal est fait. Le tout dans une période où Malcom est convoité en Angleterre...

A Bedouet de gérer l'urgence à Nantes. Le fidèle technicien du club, qu'il a rejoint en 1998, spécialiste de la préparation physique (63 ans), a déjà joué le pompiers de service à deux reprises, en 2005 en remplacement de Michel Pavon, puis en 2011 en succédant à Jean Tigana.

Catégories: Actualités

L'aéroport de Bâle-Mulhouse frôle les 8 millions de passagers, un nouveau record

France 24 - L'info en continu - il y a 3 heures 58 min

L'aéroport "EuroAirport" franco-suisse de Bâle-Mulhouse a vu passer l'an dernier 7,9 millions de passagers, un niveau inégalé dans son histoire, grâce à une croissance de 7,9%, selon les statistiques communiquées jeudi par la direction aéroportuaire.

Il s'agit de la huitième progression consécutive, si bien que le trafic a doublé depuis 2009, selon la direction.

La croissance de l'an dernier s'explique par de nouvelles destinations et la meilleure conjoncture économique qui a favorisé les voyages d'affaires, a-t-elle ajouté dans un communiqué.

Le nombre de mouvements d'avions a progressé dans une moindre mesure (+2,8% pour les vols commerciaux) à la fois grâce à l'utilisation d'appareils plus grands et à la hausse des taux de remplissage, a relevé Matthias Suhr, directeur de l'EuroAirport.

Londres est resté l'an dernier la première destination depuis EuroAirport avec 733.000 passagers, devant Berlin et Amsterdam. Palma de Majorque enregistre la progression la plus significative (+16,4 %), se classant 4e. Cette destination a bénéficié de reports de séjours vacances au détriment de la Turquie et du Maghreb, exposés au terrorisme, a expliqué M. Suhr au cours d'un point de presse.

Au palmarès des compagnies actives à Bâle-Mulhouse, la compagnie à bas coût Easyjet reste nettement première, bien que sa part de marché ait légèrement diminué, à 59%, a poursuivi M. Suhr.

Pour 2018, le directeur de l'EuroAirport a annoncé une prévision "prudente" de progression d'environ 3%.

Le fret (transport de marchandises) a également augmenté l'an dernier de près de 11% pour atteindre 112.000 tonnes, selon les statistiques.

L'aéroport est, en importance, le 5e de province en France et le 3e de Suisse.

Sa direction a rappelé et salué jeudi la signature, en décembre, de l'accord franco-suisse sur le statut fiscal des entreprises helvétiques installées sur son territoire, entièrement situé en France. "Ce sujet qui empêchait ou retardait +leurs+ projets de développement est désormais levé", a souligné M. Suhr.

Selon une enquête présentée jeudi, 6.400 personnes travaillent à l'EuroAirport. "Cela fait désormais de notre plate-forme le premier employeur privé du Haut-Rhin devant l'usine PSA de Mulhouse", a dit M. Suhr. L'aéroport génère également quelque 18.000 emplois indirects dans son territoire proche à la frontière entre France, Suisse et Allemagne.

Catégories: Actualités

Girondins : Gourvennec hors-jeu, Toulalan quitte le club

L' Essentiel - SudOuest.fr - il y a 3 heures 59 min

Après l'annonce de la mise à l'écart de Jocelyn Gourvennec, le capitaine bordelais a demandé à être libéré de ses six derniers mois de contrat. Le club a accepté.
Le départ de Jocelyn Gourvennec, officiellement écarté de la direction de l'équipe professionnelle des Girondins ce jeudi, ne sera donc pas le seul. A lire... Lire la suite

Catégories: Actualités

Electronic Arts : avis positif de broker

Le Boursier - il y a 3 heures 59 min
Consultez cet article sur Boursier.com

Après l'aéroport de NDDL, d'autres projets contestés

France 24 - L'info en continu - il y a 4 heures 40 sec

Après l'abandon mercredi par le gouvernement du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, des opposants à d'autres chantiers continuent à se mobiliser en France au nom de l'environnement, de façon contrastée.

Center Parcs de Roybon

Ce projet de complexe de vacances du groupe Pierre&Vacances dans la forêt de Chambaran (Isère), est à l'arrêt depuis 2014 à la suite de l'interruption du défrichement par des zadistes. La justice administrative, saisie par des associations écologistes, a retoqué ce projet d'un montant de 390 millions d'euros en 2015. Pierre&Vacances a saisi le Conseil d'Etat.

Deux autres projets de Center Parcs, au Rousset (Saône-et-Loire) et à Poligny (Jura) sont contestés localement.

LGV Lyon-Turin

Emmanuel Macron a assuré fin septembre que la France et l'Italie restaient "pleinement engagées" dans la réalisation de la ligne ferroviaire à grande vitesse Lyon-Turin prévue pour 2030 (coût total prévu de 18,3 milliards d'euros, dont 8,4 pour la France). Le tunnel de 57 km entre la vallée de la Maurienne (Savoie) et le Val de Suse pose cependant des difficultés techniques côté français. Les opposants se font encore entendre mais interviennent moins sur le terrain.

A45

Cette liaison d?environ 50 km doit doubler l'autoroute A47, saturée, entre Lyon et Saint-Étienne, pour un coût de 1,2 milliard d'euros. Le gouvernement doit donner son feu vert pour une ouverture fin 2022. Des associations et des riverains dénoncent une réalisation "climaticide". Ils ont édifié une "tour de veille" au milieu de vergers menacés.

Eco-vallée du Var

Le projet d'éco-vallée de la plaine du Var, lancé il y a 10 ans et qui prévoit notamment le transfert du marché d'intérêt national (marché de gros) sur des terres agricoles, est contesté par des associations. Deux recours en justice contraignent la préfecture à de nouveaux arrêtés d'autorisation et études environnementales.

Gaz dans le Finistère

La centrale au gaz de 400 mégawatts à Landivisiau (Finistère) qui devait démarrer fin 2016 pour sécuriser l'approvisionnement en électricité de la Bretagne n'est toujours pas opérationnelle à la suite de recours d'associations écologistes. La Compagnie électrique de Bretagne (CEB) espère poser la première pierre en 2018.

Bure

A Bure (Meuse), une "maison de la résistance" a été érigée en 2004 contre le projet de centre d?enfouissement de déchets nucléaires (CIGEO), considéré par Nicolas Hulot comme la "moins mauvaise solution". La construction ne pourra démarrer avant 2022.

Contournement autoroutier de Strasbourg

Nicolas Hulot a exigé que le projet de contournement autoroutier (GCO) de Strasbourg, relancé à la fin des années 1990, soit "sérieusement retravaillé". La mise en service est prévue en 2020, mais cette rocade de 24 km qui doit délester l'autoroute A35 menace l?habitat du grand hamster d'Alsace, espèce protégée. La dernière manifestation avait mobilisé 2 à 3.000 personnes en septembre 2017.

Parc éolien dans l'Aude

Le projet de parc éolien à Bouriège et Toureilles (Aude), porté par la société Valeco, a débuté à l'hiver 2016-17 et a déjà entraîné la destruction du village médiéval de Saint-Pierre-le-Clair. Un collectif a créé une ZAD qui organise régulièrement des rassemblements pour empêcher la poursuite du chantier.

Europa city dans le Val d'Oise

Le projet Europa city, un centre commercial et de loisirs prévu à Gonesse (Val d'Oise), est contesté par 150 personnalités, de l'altermondialiste canadienne Naomi Klein à la présidente de la FNSEA Christiane Lambert. Ce "mastodonte" de 3,1 milliards d'euros porté par Immochan, filiale du groupe Auchan, cofinancé par le chinois Wanda, "engloutirait sous le béton 80 ha de terres agricoles, parmi les plus fertiles d'Europe", dénoncent-elles. Un collectif local demande aussi l'abandon du projet prévu pour 2024.

Sivens

Le projet de barrage à Sivens (Tarn) a été avorté dans sa version initiale à la suite du décès de Rémi Fraisse en 2014. Un projet de retenue d'eau, réduit de moitié, demeure en discussion. Peu de zadistes restent sur zone mais la tension reste vive.

Catégories: Actualités

A l’église, la quête en paiement sans contact

Un panier en osier connecté permettra aux fidèles de l’église Saint-François de Molitor, à Paris, de faire des dons avec leur carte bancaire dès dimanche.
Catégories: Actualités

Lait contaminé: fin des perquisitions sur les sites de Lactalis

France 24 - L'info en continu - il y a 4 heures 1 min

Les perquisitions menées sur cinq sites du groupe Lactalis dans le cadre de l'enquête sur la contamination de lait infantile aux salmonelles se sont achevées mercredi soir, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

Mecredi matin, les enquêteurs avaient lancé des perquisitions au siège social du géant français à Laval ainsi qu'à l'usine Celia de Craon (Mayenne) d'où sont sortis des lots à l'origine de la contamination à la salmonellose de 37 bébés en France.

Ces investigations ont eu lieu dans le cadre de l'enquête préliminaire ouverte à Paris le 22 décembre pour "tromperie aggravée par le danger pour la santé humaine" et "inexécution d'une procédure de retrait ou de rappel d'un produit" préjudiciable à la santé.

Jusqu'à présent, 37 bébés ont été atteints de salmonellose en France après avoir consommé un produit d'alimentation infantile Lactalis infecté, selon un bilan au 11 janvier.

Numéro un mondial du lait, Lactalis est accusé d'avoir manqué de transparence et d'avoir tardé à réagir après la détection de salmonelle dans son usine de Craon, lors de contrôles internes réalisés en août et novembre.

C'est ensuite le rappel des lots de lait infantile en décembre qui a été pointé du doigt. Le retrait s'est révélé incomplet, certains distributeurs ayant continué à vendre des produits potentiellement contaminés pendant plusieurs semaines.

Le rappel a été élargi le 12 janvier à tous les lots de lait infantile produits à Craon.

A ce jour, six plaintes ont été enregistrées au pôle santé publique du parquet de Paris, chargé de les centraliser, selon la source judiciaire.

Catégories: Actualités

Biathlon: Eckhoff remporte le sprint d'Anterselva, Bescond 5e

France 24 - L'info en continu - il y a 4 heures 2 min

La Norvégienne Tiril Eckhoff a remporté jeudi le sprint d'Anterselva, comptant pour la Coupe du monde de biathlon, Anaïs Bescond ayant été la meilleure Française (5e).

Eckhoff, auteure d'un 10/10 à la carabine, s'est offert le luxe de devancer de 12 secondes la tenante du Gros Globe de cristal l'Allemande Laura Dahlmeier, qui retrouve la forme au bon moment à un peu plus de trois semaines du début des JO d'hiver (9-25 février à Pyeongchang), et de 20,6 secondes la Tchèque Veronika Vitkova pour signer sa première victoire de la saison, la 5e de sa carrière.

Malgré sa contre-performance (3 erreurs au tir) et une piètre 26e position, la Finlandaise Kaisa Makarainen conserve la tête du classement général de la Coupe du monde.

Le clan français a lui pu compter sur Anaïs Bescond (5e) alors que Justine Braisaz, la N.1 des Bleues cet hiver, est passée à côté de sa course (24e).

- 'Casse-tête' -

La quintuple championne du monde Marie Dorin, auteure d'un démarrage très compliqué cette saison et dispensée des épreuves individuelles de Ruhpolding la semaine dernière, a elle rassuré le staff (17e) et marqué des points précieux pour une sélection aux Jeux, malgré un bâton cassé dès le départ.

"Je ne suis pas partie du bon pied, ça a fait monter le stress d'un coup, a déclaré sur la Chaîne L'Equipe la Française qui a effectué un beau sans-faute au tir, son premier de l'exercice 2017-2018. En plus, j'ai raté la canne (tendue par l'entraîneur de l'équipe de France, ndlr). Donc je me suis arrêtée, j'ai fait demi-tour, puis j'ai vu un Norvégien qui agitait une canne et je suis repartie. Donc j'ai perdu un petit peu de temps sur le premier tour, sans compter le stress. Mais je suis très contente du tir. C'était un peu lent mais c'était propre. J'ai un petit regret parce que j'ai complètement explosé en fin de course. C'est dommage mais j'ai fait ce que j'ai pu aujourd'hui. C'était une course importante pour moi et je suis contente d'avoir été au rendez-vous et su tirer mon épingle du jeu."

La belle 12e place de la jeune Julia Simon (21 ans) va cependant compliquer un peu plus la tâche de l'encadrement pour composer l'équipe de France pour les JO, alors que cette étape d'Anterselva est la dernière avant le grand rendez-vous olympique.

"C'est un bon casse-tête même si c'est compliqué, a expliqué Julien Robert, l'entraîneur des Bleues. Il y a l'avènement de Julia, Marie qui revient dans le match. Ce sont des problèmes mais de bons problèmes. Marie est très expérimentée, pour un relais c'est vraiment bien. Mais pilier ou pas pilier, on va laisser passer la poursuite (samedi, ndlr) pour voir ce qui s'y passe. Mais c'est difficile."

Catégories: Actualités

Semiconducteurs : feu vert au rachat du néerlandais NXP par Qualcomm

France 24 - L'info en continu - il y a 4 heures 2 min

La Commission européenne a autorisé jeudi le rachat par le fabricant américain de semi-conducteurs Qualcomm, spécialisé dans la téléphonie, de son concurrent néerlandais NXP, une opération valorisant ce dernier à 47 milliards de dollars, a-t-elle annoncé dans un communiqué.

La Commission précise que Qualcomm a pris une série "d'engagements" permettant d'éviter, selon elle, que cette fusion ne pose des "problèmes de concurrence" dans l'UE.

L'exécutif européen, gardien de la concurrence dans l'Union européenne, avait ouvert une "enquête approfondie" en juin pour s'assurer que la création d'un mastodonte des semi-conducteurs ne pénalise pas les fabricants de smartphones et de voitures, principaux clients de Qualcomm et NXP.

"Nous utilisons nos téléphones intelligents pour des usages très divers et aussi de plus en plus aujourd'hui en tant que portefeuilles mobiles pour payer des tickets de transport ou réaliser d'autres paiements sécurisés. Grâce à cette décision, nous faisons en sorte que, malgré le rachat de NXP par Qualcomm, les consommateurs continuent à profiter des avantages de ces technologies innovantes à des prix compétitifs", a assuré la commissaire à la Concurrence, Margrethe Vestager, citée dans le communiqué.

Qualcomm s'est félicité du feu vert de Bruxelles, précisant que l'opération avait reçu l'autorisation de huit des neuf autorités de la concurrence concernées, seule la Chine manquant. "Nous sommes optimistes que la Chine accordera prestement son feu vert", a commenté son directeur général, Steve Mollenkopf, jeudi dans un communiqué.

Le groupe avait annoncé en octobre 2016 le rachat de NXP afin d'accélérer sa diversification et d'étendre ses activités aux marchés porteurs de l'automobile et de l'internet des objets. Cette acquisition a pour but de renforcer Qualcomm face au ralentissement des ventes de téléphones portables.

Selon les termes de l'accord, Qualcomm a proposé à NXP, basé aux Pays-Bas mais coté à la Bourse électronique new-yorkaise Nasdaq, un prix de 110 dollars par action en espèce, ce qui valorise le groupe à 47 milliards de dollars (42 milliards d'euros).

Les deux sociétés "occupent des positions fortes ou dominantes", a souligné la Commission européenne.

Elle rappelle que NXP fournit les puces utilisées pour le paiement NFC (en approchant un smartphone d'un terminal de paiement) mais aussi la technologie MIFARE, utilisée dans les titres de transport en commun de nombreuses villes dans le monde.

Catégories: Actualités

Notre-Dame-des-Landes : 76% des Français approuvent l'abandon de l'aéroport

L' Essentiel - SudOuest.fr - il y a 4 heures 4 min

Une enquête Odoxa pour Le Figaro et franceinfo révèle que trois-quarts des Français soutiennent la décision du gouvernement d'enterrer le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes.
La décision du gouvernement d'abandonner le projet de Notre-Dame-des-Landes, annoncée par Edouard Philippe mercredi, a... Lire la suite

Catégories: Actualités

Alcoa chute après ses comptes

Le Boursier - il y a 4 heures 7 min
Résultats trimestriels...

Vélib' à Paris: opération "explication" technique chez Smovengo

France 24 - L'info en continu - il y a 4 heures 8 min

"Electrification et qualité de la terre": l'opérateur Smovengo qui gère à Paris le nouveau Vélib', au démarrage difficile, a lancé jeudi une opération d'"explication" technique pour justifier les retards du service de vélo en libre-service.

L'opérateur continue à promettre un déploiement quasi complet fin mars.

"Le sous-sol parisien, c'est 150 ans d'électrification", a affirmé Jorge Azevedo, directeur général du groupement, après avoir convié la presse à une opération "explication" sur une station en chantier dans le VIIIe arrondissement de Paris.

Les "accrocs auxquels nous avons eu à faire face sont principalement l'électrification et la qualité de la terre", a assuré le responsable en affirmant qu'"aucun constructeur ne pouvait envisager qu'on allait rencontrer autant de problèmes".

En bref, après pose de gabarit, coulage de béton et réfection de la voirie, chaque bornette accueillant un vélo dans les 1.400 stations prévues, doit être électrifiée. "Une seule défectueuse invalide toute la station", a ajouté le responsable.

A cela s'ajoute un sous-sol souvent différent selon les emplacements, fruit de la longue histoire des travaux dans la capitale.

Sans difficulté de dernière minute, la pose d'une station prend trois semaines, a-t-il dit.

Smovengo, qui assure avoir dorénavant une solution technique à chaque type de problème, a affirmé que les quelque 1.000 stations dont l'emplacement est connu seraient montées fin mars et les 1.400, à Paris et banlieue, au printemps.

Mercredi soir, 107 étaient actives et le groupement prévoit une "montée en charge" d'installation de 60 à 80 stations par semaine après avoir demandé à ses partenaires, Colas et Bouygues Energies Services, de "mettre le personnel nécessaire", soit plusieurs centaines de personnes, pour atteindre cette cadence.

Smovengo reprend le service assuré depuis 2007 par JCDecaux. Le consortium - Smoove, une PME de Montpellier, Mobivia (Norauto, Midas), l'Espagnol Moventia et les parkings Indigo - devait avoir installé au 1er janvier 600 stations, un nombre ensuite ramené à 300, avant un déploiement total de 1.400 fin mars.

Par ailleurs, selon le responsable, "nous sommes toujours en discussions" sur les pénalités évoquées par le syndicat Velib' Autolib' Metropole qui rassemble les communes partenaires dont Paris, qui selon un élu pourraient aller jusqu'au million d'euros.

Catégories: Actualités

La créatrice de #BalanceTonPorc poursuivie pour diffamation

L' Essentiel - SudOuest.fr - il y a 4 heures 11 min

Le journaliste Sandra Muller, à l’origine du mouvement #BalanceTonPorc, est poursuivie pour diffamation par celui qu’elle dénonçait, Eric Brion.
Elle a crée le hashtag #balancetonporc dans le sillage de l’affaire Harvey Weinstein. Sandra Muller dénonçait dans un tweet, le 13 octobre 2017, le comportement et les propos... Lire la suite

Catégories: Actualités

Gestion : une sélection de titres aux dividendes élevés...

Le Boursier - il y a 4 heures 11 min
L'objectif du fonds CPR Euro High Dividend consiste à rechercher une performance supérieure à celle de l'indice MSCI EMU sur une durée supérieure à 8...

Cryptomonnaies : le Ripple a pratiquement doublé en 24 heures !

Le Boursier - il y a 4 heures 11 min
Le rebond des cryptomonnaies est aussi brutal que le krach qui l'avait précédé

LR: Copé ne fera pas à Wauquiez le "cadeau" de son départ du parti

France 24 - L'info en continu - il y a 4 heures 12 min

Jean-François Copé a critiqué jeudi une "machine à exclure" au sein de LR depuis l'élection de Laurent Wauquiez et s'est dit "inquiet" des départs successifs de ténors, refusant toutefois de "faire le cadeau" de son propre départ au nouveau président des Républicains.

"Quand on a subi la défaite désastreuse qui a été celle de la droite française" en 2017, "le moins qu'on puisse faire", c'est faire preuve "d'un peu de résilience et de cohérence", a déclaré l'ancien président de l'UMP lors de l'émission "Questions d'Info" LCP-Le Point-AFP.

"Il y a des gens (...) qui n'ont pas compris qu'il s'est passé un big bang considérable en mai" avec l'élection d'Emmanuel Macron et continuent de "refaire comme avant (...) la petite élection à l'ancienne" en cherchant "vite à se positionner pour 2022", a déploré le maire de Meaux, candidat malheureux à la primaire de la droite (0,3%).

"Bien entendu, la machine à exclure se met en marche tout de suite. Sarkozy avait viré les non-sarkozystes, Fillon les non-fillonistes, Wauquiez est en train de virer les +non-wauquiezistes+", a-t-il lancé.

M. Copé s'est dit "inquiet" des départs ou prises de distance de Xavier Bertrand, Luc Chatel, Alain Juppé, Dominique Bussereau, Jean-Pierre Raffarin ou encore François Baroin. "Si la stratégie consiste à dire +surtout, on vire tous les gens qui brillent un peu+ (...) j'ai peur qu'à un moment donné, l'addition soit salée".

Pourrait-il lui-même quitter le parti ? "Je ne vois vraiment pas pourquoi j'offrirais le cadeau" de ce départ, a-t-il dit, assurant rester "dans ce parti".

"Je mets en garde ceux qui dirigent" LR, car "leur légitimité n'est pas liée a une élection majeure" et "il faut rassembler", a-t-il tancé.

Selon M. Copé, "l'objectif" de Laurent Wauquiez, est "qu'il dégage tout le monde, qu'il supprime la primaire, et qu'il (soit) candidat du parti". Ensuite, "il supprime les primaires, comme ça il n'a pas de concurrent à l'intérieur du parti" mais "ce n'est pas parce qu'il supprime les primaires qu'il supprimera les candidats à la présidentielle".

A l'approche des européennes de 2019, "si le match doit être entre, d'un côté, les pro-européens avec Macron, Juppé et, de l'autre, les anti-européens avec Wauquiez, Le Pen, Mélenchon, alors là, on est mal barrés", a-t-il estimé dans une autre critique de Laurent Wauquiez et de son euroscepticisme.

Il a aussi regretté ses "postures" anti-Macron alors que le chef de l'Etat "mène une politique (économique) qui correspond à ce qu'on n'a pas eu le courage de faire nous".

Est-il donc donc devenu macroniste ? "Non, je dois être un des derniers copéistes, peut-être... Il y en a encore un ou deux, en dehors bien sûr de ma famille adorée et de mes amis", a éludé M. Copé en souriant.

Catégories: Actualités

LR: Copé ne fera pas à Wauquiez le "cadeau" de son départ du parti

LCP Assemblée nationale - il y a 4 heures 12 min

Jean-François Copé a critiqué jeudi une "machine à exclure" au sein de LR depuis l'élection de Laurent Wauquiez et s'est dit "inquiet" des départs successifs de ténors, refusant toutefois de "faire le cadeau" de son propre départ au nouveau président des Républicains.

"Quand on a subi la défaite désastreuse qui a été celle de la droite française" en 2017, "le moins qu'on puisse faire", c'est faire preuve "d'un peu de résilience et de cohérence", a déclaré l'ancien président de l'UMP lors de l'émission "Questions d'Info" LCP-Le Point-AFP.

"Il y a des gens (...) qui n'ont pas compris qu'il s'est passé un big bang considérable en mai" avec l'élection d'Emmanuel Macron et continuent de "refaire comme avant (...) la petite élection à l'ancienne" en cherchant "vite à se positionner pour 2022", a déploré le maire de Meaux, candidat malheureux à la primaire de la droite (0,3%).

"Bien entendu, la machine à exclure se met en marche tout de suite. Sarkozy avait viré les non-sarkozystes, Fillon les non-fillonistes, Wauquiez est en train de virer les +non-wauquiezistes+", a-t-il lancé.

M. Copé s'est dit "inquiet" des départs ou prises de distance de Xavier Bertrand, Luc Chatel, Alain Juppé, Dominique Bussereau, Jean-Pierre Raffarin ou encore François Baroin. "Si la stratégie consiste à dire +surtout, on vire tous les gens qui brillent un peu+ (...) j'ai peur qu'à un moment donné, l'addition soit salée".

Pourrait-il lui-même quitter le parti ? "Je ne vois vraiment pas pourquoi j'offrirais le cadeau" de ce départ, a-t-il dit, assurant rester "dans ce parti".

"Je mets en garde ceux qui dirigent" LR, car "leur légitimité n'est pas liée a une élection majeure" et "il faut rassembler", a-t-il tancé.

Selon M. Copé, "l'objectif" de Laurent Wauquiez, est "qu'il dégage tout le monde, qu'il supprime la primaire, et qu'il (soit) candidat du parti". Ensuite, "il supprime les primaires, comme ça il n'a pas de concurrent à l'intérieur du parti" mais "ce n'est pas parce qu'il supprime les primaires qu'il supprimera les candidats à la présidentielle".

A l'approche des européennes de 2019, "si le match doit être entre, d'un côté, les pro-européens avec Macron, Juppé et, de l'autre, les anti-européens avec Wauquiez, Le Pen, Mélenchon, alors là, on est mal barrés", a-t-il estimé dans une autre critique de Laurent Wauquiez et de son euroscepticisme.

Il a aussi regretté ses "postures" anti-Macron alors que le chef de l'Etat "mène une politique (économique) qui correspond à ce qu'on n'a pas eu le courage de faire nous".

Est-il donc donc devenu macroniste ? "Non, je dois être un des derniers copéistes, peut-être... Il y en a encore un ou deux, en dehors bien sûr de ma famille adorée et de mes amis", a éludé M. Copé en souriant.

Catégories: Actualités

Wall Street ouvre sans direction, ballotée par plusieurs indicateurs

France 24 - L'info en continu - il y a 4 heures 12 min

Wall Street a ouvert sans direction jeudi au lendemain de records, ballotée par plusieurs indicateurs économiques partagés, alors que la saison des résultats se poursuit: le Dow Jones reculait de 0,02% et le Nasdaq prenait 0,03%.

Vers 14H45 GMT, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average perdait 5,07 points à 26.110,58 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, gagnait 1,84 point, à 7.300,12 points.

L'indice élargi S&P 500 avançait de 0,04%, ou 1,22 point, à 2.803,78 points.

La Bourse de New York avait repris sa course aux sommets mercredi, le Dow Jones terminant pour la première fois au-dessus des 26.000 points (+1,26%), soutenu par le cours de Boeing et l'envolée des valeurs technologiques, le Nasdaq (+1,03%) et le S&P 500 (+0,94%) affichant également des records.

A cette occasion, le Dow Jones et le S&P 500 ont affiché leur plus forte progression en une séance depuis la fin novembre 2017.

"Les indices américains sont partagés et le marché évalue les statistiques mitigées dans l'immobilier, l'emploi et l'industrie manufacturière régionale", ont commenté les analystes de Schwab.

Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont atteint un plus bas depuis 45 ans tandis que les statistiques de mises en chantier en décembre et l'activité économique dans la région de Philadelphie ont déçu.

Les résultats trimestriels d'entreprises continuaient par ailleurs à capter l'attention des marchés, Morgan Stanley avançant (+0,51% à 55,63 dollars) grâce à un bénéfice net à 516 millions de dollars très affecté toutefois par la réforme fiscale.

Le producteur d'aluminium et de bauxite américain Alcoa chutait quant à lui (-7,50% à 52,72 dollars) après avoir annoncé une perte nette et des résultats ajustés inférieurs aux attentes.

Les résultats d'American Express et IBM étaient attendus après la séance.

Le marché obligataire reculait: le rendement des bons du Trésor à 10 ans se tendait et passait le cap des 2,60% pour la première fois depuis mars 2017 à 2,6010% contre 2,590% mercredi soir, et celui des bons à 30 ans avançait à 2,876% contre 2,857% la veille.

Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur - Actualités