Actualité

Voies sur berge parisiennes : la saga d’un dossier sensible

En 1967, Georges Pompidou inaugure une voie express sur la rive droite de la Seine. Désormais fermée à la circulation, elle est devenue un symbole de la politique écologiste d’Anne Hidalgo.
Catégories: Actualités

Au Danemark, l’affaire du « Nautilus » résolue grâce à un chien suédois

Dressé pour pister les traces de cadavres sous l’eau, le chien-renifleur Ben a permis de retrouver le corps de la journaliste suédoise Kim Wall, disparue en 2017 à bord d’un sous-marin. Et d’inculper son meurtrier.
Catégories: Actualités

A Saint-Pétersbourg, les entrées d'immeuble d'époque font la joie des curieux

France 24 - L'info en continu - ven, 04/20/2018 - 14:20

Richement décorées ou délaissées par le temps, souvenir d'une époque révolue et parfois idéalisée, de nombreuses entrées d'immeuble de Saint-Pétersbourg, l'ancienne capitale des tsars de Russie, suscitent aujourd'hui l'intérêt de plus en plus de curieux.

Des visites guidées organisées par un groupe d'amateurs font découvrir tous les weekends ce patrimoine architectural resté longtemps ignoré du temps de l'Union soviétique.

"C'est très insolite qu'une visite comme celle-ci vous plonge dans une ambiance d'une autre époque", explique Natalia Gavrilova, venue avec une amie admirer le vaste hall d'un immeuble de rapport qui appartenait à un marchand au début du 20e siècle.

"Regardez ces carreaux de céramique, ils ont l'air tout neufs", s'enthousiasme le guide, Kirill Polejaïev, entouré de moulures et de médaillons d'époque, qui ornent les murs de l'entrée du bâtiment, situé non loin de la célèbre Perspective Nevski.

Une autre entrée, celle d'un sombre immeuble de la rue Sovietskaïa, frappe par sa lumineuse décoration de style moderne: des carreaux de céramique aux couleurs azurs, portes en bois sculptées, et dessins de fleurs ornant les murs et le plancher.

Dans un autre immeuble, peu de traces ont été conservées du faste d'antan. Les lambris en chêne ne recouvrent plus qu'une partie des murs: ceux qui ont survécu au siège de Leningrad, lorsque la deuxième ville de Russie était encerclée par les Allemands et que les habitants brûlaient tout ce qu'ils trouvaient pour se réchauffer.

"Il faut faire preuve d'imagination pour se rendre compte à quel point cette entrée était riche et luxueuse", regrette Kirill Polejaïev.

Saint-Petersbourg, surnommée la "Venise du nord" grâce à ses nombreux canaux, affiche un patrimoine architectural divers, allant du baroque au néoclassicisme le plus pur.

Catégories: Actualités

Cyclisme: Armstrong ou le dopage tous azimuts

France 24 - L'info en continu - ven, 04/20/2018 - 14:19

Symbole des années de plomb du cyclisme, Lance Armstrong, qui en a fini jeudi avec la justice américaine en payant 5 millions de dollars, a utilisé toute une panoplie de produits dopants.

. Dopage en stock

EPO, transfusions sanguines, hormones de croissance, testostérone, corticoïdes: l'éventail des substances utilisées par le Texan pour assurer son emprise sur le peloton lui a valu d'être accusé par l'agence antidopage de son pays (USADA), à l'origine de sa chute en 2012, d'avoir utilisé "le système de dopage le plus sophistiqué, le plus efficace et le plus professionnel que le sport a jamais connu".

Un excès d'"honneur" ? A l'époque de sa toute-puissance, l'équipe de l'US Postal dirigée par Johan Bruyneel, l'acolyte belge qui l'a accompagné dans sa carrière à partir de 1999, impose l'image du "train bleu" (de la couleur de leurs maillots), sept années durant. Dans les ascensions, Armstrong reste dans le sillage de ses coéquipiers qui s'effacent à tour de rôle avant que le Texan procède à l'élimination de ses adversaires. A sa façon, aussi tranchante que son caractère.

. Proximité avec les puissants

En coulisses, l'autorité du "Boss" opère de la même manière. Il est "à tu et à toi" avec le président de l'Union cycliste internationale (UCI) d'alors, l'homme d'affaires néerlandais Hein Verbruggen, décédé l'an passé. Face aux soupçons qui ont commencé à fleurir dès sa première victoire dans le Tour (1999), Armstrong nie tout. Combatif, il contre-attaque.

Il assure n'avoir recours au sulfureux préparateur italien Michele Ferrari que pour ses programmes d'entraînement. Il va jusqu'à financer l'achat de matériel antidopage à destination des jeunes par la fédération internationale. On apprendra ensuite qu'il a dénoncé à l'UCI tel ou tel rival (Iban Mayo notamment), suspecté de dopage.

Est-il protégé ? Dans son rapport publié en 2015, la Commission indépendante de réforme du cyclisme (CIRC), qui a enquêté sur les pratiques dopantes du peloton depuis 1998 et la gestion du problème par l'UCI, n'a pas relevé de corruption. Mais elle a souligné la proximité entre Armstrong et Verbruggen.

Le président de l'UCI, à l'époque l'un des hommes forts du Comité international olympique (CIO), est régulièrement monté en première ligne pour défendre le coureur américain.

. L'hypothèse du moteur

Comment donc expliquer l'écrasante supériorité d'Armstrong face à des adversaires dont la plupart sont soupçonnés d'avoir eu recours aux mêmes produits dopants ? Début 2017, la chaîne américaine CBS a enquêté sur l'utilisation du vélo à moteur dans le peloton et a instillé le doute autour du Texan. Un livre paru en France à la fin de la même année ("Rouler plus vite que la mort", par Philippe Brunel) a enfoncé le clou.

L'ingénieur hongrois Istvan Varjas, à l'origine de la trouvaille du moteur miniaturisé, raconte avoir mis au point cette arme absolue à la fin de l'année 1998. Il affirme que l'invention lui a alors été achetée, par un intermédiaire, avec une clause de "non-concurrence" portant sur dix ans, une sorte de contrat d'exclusivité.

Dès l'automne 2016, Armstrong a été interrogé par une radio irlandaise sur le sujet, l'utilisation d'un tel vélo motorisé dans le Tour. "Mais vous êtes fou !", a répondu le Texan. Par avocats interposés, il s'est défendu ensuite d'avoir jamais utilisé un tel système. Sans lever pour autant les doutes chez ses contempteurs, quant à ce qui serait une imposture suprême.

Catégories: Actualités

Réforme de la justice : à quoi faut-il s'attendre ?

L' Essentiel - SudOuest.fr - ven, 04/20/2018 - 14:19

Avocats et magistrats sont vent debout contre la réforme qui limite selon eux l'accès au juge, notamment en cas de divorce. .
Naissance du tribunal criminel, réforme des peines, simplification de la procédure civile, fusion de tribunaux. La garde des Sceaux Nicole Belloubet présentait vendredi en Conseil des ministres son... Lire la suite

Catégories: Actualités

Uber facture désormais les clients qui feront attendre trop longtemps leur chauffeur

Le Huffington Post - ven, 04/20/2018 - 14:15
Uber facture désormais les clients qui feront attendre trop longtemps leur chauffeur
Catégories: Actualités

Huit chiffres sur la fin de l’ère Arsène Wenger, entraîneur du club anglais Arsenal

EN UN GRAPHIQUE – Le Français, ancien joueur et ex-entraîneur de Monaco, aura passé vingt-deux saisons sur le banc des « Gunners ».
Catégories: Actualités

Et si Macron et Trump avaient plus en commun qu'il n'y paraît? / Que peut espérer Macron de sa rencontre avec Trump à Washington?

Slate.fr - ven, 04/20/2018 - 14:09
Ils ne se ressemblent pas, pourtant tous les deux sont sortis de nulle part. L’un a été amené par la détestation de l’ancien monde politique, l'autre par le vent du populisme. L’un cultive la solennité, l’autre l’a détruite. Emmanuel Macron et Donald Trump n'étaient pas attendus, ils sont entrés sans frapper.  ... Lire la suite
Catégories: Actualités

A Saint-Pétersbourg, les entrées d'immeuble d'époque font la joie des curieux

ladepeche.fr - ven, 04/20/2018 - 14:06
Richement décorées ou délaissées par le temps, souvenir d'une époque révolue et parfois idéalisée, de nombreuses entrées d'immeuble de Saint-Pétersbourg, l'ancienne capitale des tsars de Russie, suscitent aujourd'hui l'intérêt de plus en plus de curieux. Des visites guidées organisées par un groupe d'amateurs font découvrir tous les weekends ce patrimoine architectural resté longtemps ignoré du temps de l'Union soviétique. "C'est très...
Catégories: Actualités

Immigration-asile: le PS dénonce "l'alignement" historique de LREM avec le FN et l'aile droite de LR

France 24 - L'info en continu - ven, 04/20/2018 - 14:03

Le Parti socialiste a dénoncé vendredi un "tournant" historique, "l'alignement" entre la majorité parlementaire, le Front national et l'aile droite des Républicains, après le vote d'un article de loi réduisant le délai de première demande d'asile.

"Pour la première fois dans notre histoire, le Front national vient, sur un texte qui concerne l'asile et l'immigration, apporter sa caution à un gouvernement", a déclaré le premier secrétaire du parti, Olivier Faure, dans les couloirs de l'Assemblée.

"Une très grande majorité de La République En Marche se déporte vers la droite et accepte un alignement avec le Front national et la partie la plus à droite du groupe Les Républicains", un "tournant dans notre histoire politique", a souligné Valérie Rabault, présidente du groupe Nouvelle Gauche, lors d'une conférence de presse.

L'Assemblée a donné jeudi soir son feu vert à l'article 5 du projet de loi asile et immigration, réduisant de 120 à 90 jours le délai de dépôt de première demande d'asile.

Cet article controversé a été adopté par 92 voix, dont 14 de LR et 4 du FN, face à 31 voix contre et 13 abstentions.

Les deux responsables socialistes ont également invoqué l'atteinte au droit constitutionnel que constitue selon eux l'article 5.

"Nous avons un président qui est non seulement le président des riches, mais qui tourne le dos à des principes fondamentaux pour notre République", a jugé M. Faure. "Pour le premier anniversaire de ce gouvernement, c'est assez significatif pour qu'on le souligne ce matin", a-t-il ajouté.

Le projet de loi ne garantit, selon les deux députés, ni une instruction correcte des dossiers de demande d'asile, ni des moyens matériels et financiers suffisants.

Mme Rabault et M. Faure ont de plus réaffirmé leur inquiétude sur la qualité du débat parlementaire.

"Le président du groupe LREM Richard Ferrand a refusé toute demande de la part de l'ensemble des parlementaires pour qu'il y ait un vote solennel de ce texte à l'issue d'une séance de questions au gouvernement, comme cela se fait à chaque fois", a déploré Mme Rabault. Et "personne ne sait quand le vote va intervenir. Le groupe LREM veut un vote en catimini".

Catégories: Actualités

Immigration-asile: le PS dénonce "l'alignement" historique de LREM avec le FN et l'aile droite de LR

LCP Assemblée nationale - ven, 04/20/2018 - 14:03

Le Parti socialiste a dénoncé vendredi un "tournant" historique, "l'alignement" entre la majorité parlementaire, le Front national et l'aile droite des Républicains, après le vote d'un article de loi réduisant le délai de première demande d'asile.

"Pour la première fois dans notre histoire, le Front national vient, sur un texte qui concerne l'asile et l'immigration, apporter sa caution à un gouvernement", a déclaré le premier secrétaire du parti, Olivier Faure, dans les couloirs de l'Assemblée.

"Une très grande majorité de La République En Marche se déporte vers la droite et accepte un alignement avec le Front national et la partie la plus à droite du groupe Les Républicains", un "tournant dans notre histoire politique", a souligné Valérie Rabault, présidente du groupe Nouvelle Gauche, lors d'une conférence de presse. 

L'Assemblée a donné jeudi soir son feu vert à l'article 5 du projet de loi asile et immigration, réduisant de 120 à 90 jours le délai de dépôt de première demande d'asile.

Cet article controversé a été adopté par 92 voix, dont 14 de LR et 4 du FN, face à 31 voix contre et 13 abstentions. 

Les deux responsables socialistes ont également invoqué l'atteinte au droit constitutionnel que constitue selon eux l'article 5. 

"Nous avons un président qui est non seulement le président des riches, mais qui tourne le dos à des principes fondamentaux pour notre République", a jugé M. Faure. "Pour le premier anniversaire de ce gouvernement, c'est assez significatif pour qu'on le souligne ce matin", a-t-il ajouté.

Le projet de loi ne garantit, selon les deux députés, ni une instruction correcte des dossiers de demande d'asile, ni des moyens matériels et financiers suffisants.

Mme Rabault et M. Faure ont de plus réaffirmé leur inquiétude sur la qualité du débat parlementaire. 

"Le président du groupe LREM Richard Ferrand a refusé toute demande de la part de l'ensemble des parlementaires pour qu'il y ait un vote solennel de ce texte à l'issue d'une séance de questions au gouvernement, comme cela se fait à chaque fois", a déploré Mme Rabault. Et "personne ne sait quand le vote va intervenir. Le groupe LREM veut un vote en catimini".

Catégories: Actualités

Filières courtes

Slate.fr - ven, 04/20/2018 - 14:02
Catégories: Actualités

Manuel Valls étudie une candidature à la mairie de Barcelone

France 24 - L'info en continu - ven, 04/20/2018 - 14:00

L'ancien Premier ministre français Manuel Valls a annoncé vendredi qu'il envisageait d'être candidat à la mairie de Barcelone lors des élections de 2019 pour le parti de centre droit Ciudadanos.

"Je vais y réfléchir", a déclaré Manuel Valls sur la chaîne de télévision publique TVE où un journaliste catalan l'interrogeait sur cette possibilité.

Evoquant son engagement contre le séparatisme en Catalogne il a assuré en espagnol s'être impliqué dans ce débat "en tant qu'enfant de Catalan, né à Barcelone parce que je veux aussi donner à la Catalogne et à l'Espagne ce qu'elles m'ont offert: mes origines, c'est aussi une forme de générosité".

"Je me suis impliqué dans ce débat en tant qu'Européen, parce que les conséquences pour l'Europe (du séparatisme catalan ndlr) étaient très importantes", a-t-il ajouté.

"Continuer dans ce débat, oui cela m'intéresserait, rester dans ce débat politique et intellectuel. Puis-je aller plus loin? Je vais y réfléchir".

"Ciudadanos est ouvert à la présence de personnes comme M. Valls dans nos listes", a déclaré un peu plus tard Albert Rivera, chef de Ciudadanos, principale force d'opposition aux indépendantistes en Catalogne, qui a aussi le vent en poupe dans les sondages au niveau national.

"Il y a des primaires", a-t-il cependant ajouté avec prudence.

"J'espère que cela pourra se concrétiser mais pour le moment j'avoue que c'est une porte ouverte et il manque encore du temps", a encore déclaré M. Rivera en soulignant que son parti est "ouvert au talent" et que M. Valls serait bien meilleur maire que l'actuelle maire de Barcelone, Ada Colau, ancienne militante du droit au logement.

L'ancien chef du gouvernement (2014-2016), né espagnol mais naturalisé français, aime rappeler qu'il a grandi à Barcelone. Depuis l'automne il multiplie les voyages en Espagne et a participé à de nombreux débats et manifestations politiques pour dénoncer le séparatisme.

En France, Manuel Valls avait annoncé en juin 2017 qu'il quittait le Parti socialiste. Il siège comme député apparenté du groupe La République en marche (LREM), du président Emmanuel Macron.

Contacté par l'AFP M. Valls n'a pas souhaité faire d'autres commentaires.

Catégories: Actualités

Angleterre: Wenger, l'orgueilleux révolutionnaire

France 24 - L'info en continu - ven, 04/20/2018 - 13:55

De "Wenger Who?" à "Wenger Out" en passant par "Wenger Knows": inconnu à son arrivée en 1996, l'altier Arsène Wenger (68 ans) a révolutionné Arsenal, le conduisant vers les sommets au début des années 2000, avant de stagner puis dévisser ces deux dernières saisons. Sans jamais se départir de sa classe.

A son arrivée, les tabloïds prédisaient au Français quelques semaines d'enfer seulement, une saison tout au plus, avant de rentrer chez lui. Mais l'inconnu d'alors, fraîchement débarqué de Nagoya après tout de même un titre de champion de France avec Monaco en 1988, a su gagner les coeurs, au moins jusqu'à ces dernières années.

Le chic et austère Wenger a apporté son style à Arsenal, son sens quasi scientifique du détail, et sa façon de mettre son nez partout, du recrutement jusqu'à la modernisation des infrastructures en passant par la santé des joueurs.

Il a introduit le concept de nutrition dans un football anglais des années 1990 qui se nourrissait au "fish and chips" et s'hydratait à la bière. Il a aussi mis fin au dilettantisme aux entraînements: avec Wenger, chaque session est pensée, planifiée et chronométrée. On ne rigole plus.

En recrutant des joueurs étrangers (notamment des "Frenchies"), il ouvre les yeux à toute la Premier League: les talents européens peuvent s'adapter au physique jeu anglais et même s'y épanouir.

Bref, Wenger modernise la Premier League toute entière.

- Age d'or -

Les résultats suivent, ouvrant une décennie fantastique pour Arsenal. Le fils d'Alphonse et Louise, restaurateurs à Duttlenheim (Bas-Rhin), mènent alors ses "Gunners" à trois titres en 1998, 2002 et à la saison invaincue des "Invincibles" de 2004. L'armoire à trophées se remplit encore avec quatre Cups jusqu'en 2006, année où il a perdu la finale de la Ligue des champions contre Barcelone.

"C'est un faiseur de miracle qui a révolutionné le club", assure l'ex-vice président David Dein.

Mais ce conte de fée dérape après 2006, tout doucement d'abord, avant de sortir complètement de la route ces dernières saisons. Le club est rattrapé par la réalité économique, puis, semble-t-il par les recrutements contestés de Wenger.

A la différence de ses rivaux, Wenger diplômé d'économie-gestion, n'a jamais cédé à la course à l'armement et a toujours préféré construire un club sain financièrement, privilégiant la qualité de jeu et le recrutement malin.

Obligé de vendre régulièrement ses pépites (Van Persie, Fabregas, Nasri, etc.) pour équilibrer les comptes et financer la construction de l'Emirates Stadium, Arsenal s'est laissé peu à peu distancer, en assurant toujours toutefois sa place dans la très lucrative Ligue des champions.

Mais les impatients supporters attendent un titre de champion. Alors le public demande régulièrement son départ et a protesté ces dernières semaines en ne se rendant même plus au stade.

Le double naufrage la saison passée contre le Bayern Munich en C1 (5-1; 5-1) a fait basculer les sceptiques. L'humiliation bavaroise étant celle de trop pour une équipe incapable de passer le cap des huitièmes de finale depuis 2010.

"Souffrances après souffrances après souffrances: c'est l'histoire récente de Wenger, seulement soulagée par un roman domestique à peine plus réjouissant", avait écrit le Mirror.

"Bien plus qu'une défaite, l'impression est celle d'une *fin de siècle*", avait lancé le Times, alors que toute la presse pointent depuis plusieurs saisons maintenant le manque de caractère des joueurs, toujours fins techniquement, mais pas toujours des guerriers dans les moments durs (à l'image des Xhaka, Özil, etc.).

D'une certaine manière, Wenger, qui n'a jamais perdu sa dignité, n'y a pas survécu.

- Electrochoc -

Après cette saison en enfer, sans qualification pour la C1 après pourtant 19 participations consécutives, il a toutefois été prolongé jusqu'en 2019.

Sans plus de succès cette saison: Arsenal végète à la 6e place, à 14 points des places qualificatives pour la compétition reine et croupit à 33 longueurs du champion Manchester City.

Sa seule option pour atteindre la C1 reste un sacre en Europa League, où l'Atletico Madrid se dresse sur sa route en demi-finale.

En mars, l'Arsenal Supporters Trust, la plus grande association de supporters, avait rendu public un sondage auprès de plus de 1000 membres: 88% exigeaient un départ de l'Alsacien à la fin de la saison.

Ils l'ont obtenu. Mais, le toujours digne technicien l'a fait à sa façon, choisissant la manière et le meilleur moment. Et on ne peut s'empêcher de penser qu'il espère un électrochoc à quelques jours d'affronter l'ogre madrilène, histoire d'aller en finale et quitter "son" Arsenal par la grande porte.

La saison passée, Wenger, sur le gril, n'avait pas participé au tour d'honneur de son équipe lors du dernier match de la saison, histoire de ne pas gâcher le moment. Nul doute que cette fois, ce sera lui qui sera applaudi.

Catégories: Actualités

Groenland, en attendant l’indépendance

Les élections législatives du 24 avril, dans ce territoire de seulement 55 800 habitants, devraient donner le tempo d’un calendrier menant à une souveraineté vis-à-vis du Danemark.
Catégories: Actualités

"Transit": un film envoûtant entre passé et présent sur les réfugiés

France 24 - L'info en continu - ven, 04/20/2018 - 13:49

Dans la ville française de Marseille (sud-est) aujourd'hui, des réfugiés allemands tentent de fuir le Vieux continent pour l'Amérique. En télescopant passé et présent, le cinéaste allemand Christian Petzold signe, avec "Transit", en salles mercredi, un film envoûtant sur l'exil.

"Je ne voulais pas reconstituer une époque. Nous avons des réfugiés partout dans le monde, nous vivons dans une Europe où les nationalismes resurgissent et je ne veux pas revenir en arrière, vers une zone plus sûre, avec un film historique", indique le réalisateur dans les notes d'intention du film.

Avec "Transit", tourné à Marseille, il a porté à l'écran le roman éponyme d'Anna Seghers, publié en 1944. C'est "la première fois que je transcris un roman que j'aime vraiment", a-t-il expliqué au festival de Berlin, où le film était en compétition.

"Transit" suit les pas de Georg, un homme taiseux incarné par Franz Rogowski, une valeur montante du cinéma allemand (vu dans "Happy end" de Michael Haneke), aux faux airs de Joaquin Phoenix.

A la faveur d'un quiproquo, il prend l'identité d'un écrivain qui s'est suicidé pour échapper à ses persécuteurs, et tente de fuir au Mexique.

Seul dans une ville qu'il ne connaît pas, il va se lier à Driss, un jeune garçon élevé par sa mère, avant de tomber amoureux de Marie (Paula Beer, la révélation de "Frantz" de François Ozon). Elle aussi réfugiée allemande, elle est à la recherche de son mari disparu.

Sur cette trame très romanesque, Petzold brode un film à la dimension kafkaïenne avec des individus ballotés d'administration en administration pour obtenir leur visa de "transit". "Je peux rester ici seulement si je peux prouver que je ne veux pas rester", lance dans une scène le personnage principal.

Mais l'originalité du film réside dans sa façon d'entremêler deux époques: le spectateur reconnaît le Marseille de nos jours, avec le Mucem (Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée) et son architecture en dentelle mais voit des policiers débarqués dans des hôtels miteux pour procéder à des rafles qui évoquent l'Occupation.

Un télescopage qui ne cherche pas à être démonstratif, même s'il fait écho à la situation actuelle des migrants. "Il faut être très prudent", insiste le réalisateur.

Catégories: Actualités

Lili Reinhart de "Riverdale" s'est longtemps maquillée dans le noir pour ne pas voir son acné

Le Huffington Post - ven, 04/20/2018 - 13:44
Lili Reinhart de "Riverdale" s'est longtemps maquillée dans le noir pour ne pas voir son acné
Catégories: Actualités

Manuel Valls étudie une candidature à la mairie de Barcelone

LCP Assemblée nationale - ven, 04/20/2018 - 13:43

L'ancien Premier ministre français Manuel Valls a annoncé vendredi qu'il envisageait d'être candidat à la mairie de Barcelone lors des élections de 2019 pour le parti de centre droit Ciudadanos.

"Je vais y réfléchir", a déclaré Manuel Valls sur la chaîne de télévision publique TVE où un journaliste catalan l'interrogeait sur cette possibilité.

Evoquant son engagement contre le séparatisme en Catalogne il a assuré en espagnol s'être impliqué dans ce débat "en tant qu'enfant de Catalan, né à Barcelone parce que je veux aussi donner à la Catalogne et à l'Espagne ce qu'elles m'ont offert: mes origines, c'est aussi une forme de générosité".

"Je me suis impliqué dans ce débat en tant qu'Européen, parce que les conséquences pour l'Europe (du séparatisme catalan ndlr) étaient très importantes", a-t-il ajouté. 

"Continuer dans ce débat, oui cela m'intéresserait, rester dans ce débat politique et intellectuel. Puis-je aller plus loin? Je vais y réfléchir".

"Ciudadanos est ouvert à la présence de personnes comme M. Valls dans nos listes", a déclaré un peu plus tard Albert Rivera, chef de Ciudadanos, principale force d'opposition aux indépendantistes en Catalogne, qui a aussi le vent en poupe dans les sondages au niveau national.

"Il y a des primaires", a-t-il cependant ajouté avec prudence. 

"J'espère que cela pourra se concrétiser mais pour le moment j'avoue que c'est une porte ouverte et il manque encore du temps", a encore déclaré M. Rivera en soulignant que son parti est "ouvert au talent" et que M. Valls serait bien meilleur maire que l'actuelle maire de Barcelone, Ada Colau, ancienne militante du droit au logement.

L'ancien chef du gouvernement (2014-2016), né espagnol mais naturalisé français, aime rappeler qu'il a grandi à Barcelone. Depuis l'automne il multiplie les voyages en Espagne et a participé à de nombreux débats et manifestations politiques pour dénoncer le séparatisme.

En France, Manuel Valls avait annoncé en juin 2017 qu'il quittait le Parti socialiste. Il siège comme député apparenté du groupe La République en marche (LREM), du président Emmanuel Macron.

Contacté par l'AFP M. Valls n'a pas souhaité faire d'autres commentaires.

Catégories: Actualités

"L'Eveil du printemps", pièce avant-gardiste sur le désir adolescent

France 24 - L'info en continu - ven, 04/20/2018 - 13:42

C'est une pièce qui avait été interdite pour pornographie à sa publication en 1891 et explorait le désir adolescent bien avant Freud.

Présentée pour la première fois dans son intégralité en France, "L'Eveil du printemps", du dramaturge allemand Frank Wedekind, entre au répertoire de la Comédie-Française, avec la mise en scène de l'un de ses prodiges, Clément Hervieu-Léger.

Le texte écrit à la fin du 19e siècle est d'une audace frappante. C'est la pièce de tous les tabous: on y parle des pulsions sexuelles des adolescents, d'avortement, d'amour homosexuel, de suicide, de viol et de mauvais traitements.

"Wedekind était avant-gardiste. Aujourd'hui encore, ce n'est pas facile de parler de la sexualité des adolescents au théâtre", affirme à l'AFP le metteur en scène et acteur de 41 ans.

Révolté contre le puritanisme de son époque, Wedekind --"l'un des plus grands éducateurs de l'Allemagne moderne" pour Bertolt Brecht-- a écrit une oeuvre qui peut interpeller les adolescents d'aujourd'hui.

"Les jeunes ont accès à la pornographie via internet mais le vrai questionnement intime de l'adolescent face à sa propre sexualité reste un mystère", souligne Clément Hervieu-Léger, qui a monté notamment "Le Petit maître corrigé" de Marivaux.

- Identification -

Avant la première de la pièce, il a invité des lycéens à assister à une répétition.

"On entendait des rires gênés, des émotions, des larmes", se souvient-il. "Face à des acteurs incarnant des personnages de leur âge, il y a eu un processus d'identification très fort... ça les mettait face à eux-mêmes".

Clément Hervieu-Léger met en scène une simulation de masturbation, solo et collective, une scène de sadisme ou encore un baiser entre adolescents homosexuels.

"On croirait que le monde entier tourne autour de deux choses: le pénis et le vagin", "la fille jouit comme les dieux bienheureux", "Les as-tu déjà ressenties? ... les excitations mâles?", sont des phrases sorties de la bouche des personnages.

Les "juniors" de la Comédie-Française (22-30 ans) ont dû se mettre dans la peau de jeunes de 14 ans.

"Je leur ai dit +vous allez repasser par vos propres souvenirs+ car c'est difficile d'interpréter ces préoccupations avec la maturité qu'on a à 30 ans", dit-il.

Ecrasés par l'oppression sexuelle de l'époque, les personnages sont confrontés la réalité de grandir sans y être préparés.

Melchior (Sébastien Pouderoux) donne à son ami Moritz (Christophe Montenez), traumatisé par sa puberté, un essai illustré sur les relations sexuelles.

Il est chassé de l'école après le suicide son ami et ses parents l'envoient dans une maison de correction après avoir découvert qu'il a violé Wendla, qui tombe enceinte puis meurt à la suite d'un avortement.

Interdite, la pièce --dont le sous-titre est "Tragédie enfantine"--ne fut jouée pour la première fois qu'en 1906 à Berlin grâce au grand metteur en scène Max Reinhardt. Plus tard, elle attira l'oeil de Sigmund Freud qui l'étudia.

Wedekind a parlé d'adolescence alors que le concept n'a été défini vraiment qu'au 20e siècle.

- "Pris au piège" -

Considéré comme le précurseur de l?expressionnisme allemand, Wedekind a rompu dans son texte avec la structure classique, présentant l'histoire comme une succession de tableaux.

La pièce de trois heures est montrée dans son intégralité --24 acteurs au total--alors que d'autres versions avaient effacé les personnages adultes.

L'entrée brutale dans le monde des grands et le désarroi de ces jeunes sont puissamment mis en relief par la scénographie de Richard Peduzzi, collaborateur fétiche de Patrice Chéreau: des colonnes qui se rapprochent tels des murs qui écrasent les jeunes ou qui s'espacent pour leur offrir un espace de liberté et de rencontre, la forêt...

"Il fallait inventer un lieu unique (...) une citadelle qui s'ouvre et se resserre dans laquelle des enfants seraient maintenus, pris au piège", selon M. Peduzzi, dont c'est la première collaboration avec la Comédie-Française.

Catégories: Actualités

Nicole Belloubet présente la réforme de la justice en Conseil des ministres

France 24 - L'info en continu - ven, 04/20/2018 - 13:40

Naissance du tribunal criminel, réforme des peines, simplification de la procédure civile, fusion de tribunaux: la garde des Sceaux Nicole Belloubet présentait vendredi en Conseil des ministres son vaste projet de réforme de la justice, très contesté.

"L'état de nos juridictions et de nos prisons ne répond pas aux attentes des citoyens", constate la garde des Sceaux dans l'exposé des motifs du projet de loi de programmation pour la justice 2018-2022. Il faut donc "rétablir la confiance de nos concitoyens dans notre justice", "rendre plus effectives les décisions des magistrats".

Le budget de la justice devrait considérablement augmenter, pour passer de 6,7 milliards d'euros en 2017 à 8,3 milliards en 2022, dont une grande partie sera destinée aux prisons.

Il y aura au total 6.500 créations d'emplois en cinq ans. Mais selon l'Union syndicale des magistrats (USM, majoritaire), ce chiffre inclut la création de "seulement" 400 postes de magistrats et environ 180 fonctionnaires de greffe.

La mobilisation contre ce projet de réforme n'a pas faibli depuis février.

L'USM et le Syndicat de la magistrature (SM, gauche) ont manifesté côte à côte, ce qu'ils n'avaient pas fait depuis 2011, sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Des milliers d'avocats ont participé à une manifestation nationale à Paris le 11 avril; les fonctionnaires de greffe étaient eux aussi mobilisés.

Dans un communiqué commun, l'USM et le SM, l'Unsa Services judiciaires, la CGT Chancellerie ont dénoncé un "démantèlement de la justice au bénéfice d'économies de bouts de chandelle". "Tout est fait pour le parquet et la police", dénonce la bâtonnière de Paris, Marie-Aimée Peyron.

La garde des Sceaux et le Premier ministre Edouard Philippe avaient ouvert en octobre cinq grands chantiers: la simplification des procédures pénale et civile, l'organisation territoriale, la numérisation, le sens des peines et son efficacité.

- De l'antiterrorisme aux stupéfiants -

En mars, Emmanuel Macron a annoncé une profonde réforme du système des peines, pour tenter de répondre à une surpopulation carcérale chronique. Le nombre de détenus a atteint au 1er avril un nouveau record (70.367 personnes incarcérées).

Le projet proscrit les détentions courtes mais assurera l'application de celles de plus d'un an, tout en multipliant les alternatives en milieu ouvert. L'objectif n'est plus de 15.000 nouvelles places de prison comme promis pendant la campagne électorale, mais de 7.000 places d'ici 2022.

Autre grande annonce: l'expérimentation d'un tribunal criminel départemental. A mi-chemin entre cour d'assises et tribunal correctionnel, il jugera des crimes allant jusqu'à 20 ans de réclusion. Il sera composé de magistrats uniquement et non de jurés populaires. Environ 57% des affaires actuellement jugées aux assises (sur un total de 2.000) seront concernées.

La création d'un parquet national antiterroriste, dans un pays sous constante menace jihadiste, est également prévue.

Le projet le plus contesté est la fusion des tribunaux d'instance (TI) et de grande instance (TGI). Les TI sont des lieux de justice de proximité, où sont jugées les affaires civiles (surendettement, loyers impayés, tutelles, etc.) pour lesquelles la demande porte sur des sommes inférieures à 10.000 euros.

La ministre a affirmé vendredi que cette fusion "ne changera rien" pour le justiciable et a répété qu'aucun tribunal ne serait fermé. Des arguments qui n'ont pas convaincu les opposants au projet de loi.

Au-delà de ces mesures phare, le projet de réforme comprend moult dispositions.

Pour Céline Parisot, de l'USM, "on écarte les justiciables des tribunaux. Un des gros points noirs de la réforme est l'accès au juge".

Pour les divorces par exemple, la phase de conciliation obligatoire devant le juge aux affaires familiales est supprimée. Quant à la révision des pensions alimentaires, elle sera réalisée par les directeurs des CAF et non par un juge.

Au civil encore: une procédure entièrement dématérialisée sans audience pourra se tenir pour certains litiges.

Au pénal, l'usage de stupéfiants pourra être puni d'une amende forfaitaire de 300 euros.

Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur - Actualités