France 24 - L'info en continu

S'abonner à flux France 24 - L'info en continu France 24 - L'info en continu
Mis à jour : il y a 53 min 36 sec

Notre-Dame-des-Landes, une victoire pour le ministre Nicolas Hulot

mer, 01/17/2018 - 15:02

Pour Nicolas Hulot, ministre de l'Ecologie écouté mais parfois aussi bousculé, l'abandon du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, est une victoire politique majeure.

M. Hulot était opposé de longue date à ce "projet du XXe siècle", "ruineux, inhumain et inutile". Et beaucoup avaient fait du sort du dossier, paralysé depuis plus de 40 ans, un marqueur de son influence réelle au sein du gouvernement, à même de le pousser à claquer la porte.

Au fil des années, Nicolas Hulot s'est rendu sur place plusieurs fois -- accueilli d'ailleurs en 2011, en pleine campagne de primaires écologistes pour la présidentielle, par un fameux jet d'épluchures de carottes venu d'un opposant énervé.

Notre-Dame-des-Landes, promesse de nouveaux sols bétonnés, est "un cas d'école de ce à quoi il va falloir renoncer", estimait-il dans un livre publié avant d'être ministre. Il questionnait aussi "la légitimité" du référendum de 2016 en faveur du nouvel aéroport, qui n'avait pas abordé les autres options.

- 'Pas de deal' -

Alors, a-t-il posé le dossier sur la table avant d'accepter d'entrer au gouvernement, en mai 2017 ? Début 2016, il avait décliné l'offre de ministère faite par François Hollande faute d'assurances notamment sur l'abandon du projet.

L'intéressé assure qu'"il n'y a jamais eu de deal" passé avec le Premier ministre Edouard Philippe. "J'ai dit à Edouard Philippe et Emmanuel Macron quelles étaient mes convictions profondes. Mon opposition à ce nouvel aéroport était donc connue de tous".

Nicolas Hulot "n'a pas fait de chantage sur ce sujet, ni à son entrée au gouvernement, ni ces derniers jours", assure le député LREM Matthieu Orphelin, un proche.

Le candidat Emmanuel Macron avait, dès février 2017, annoncé au WWF son intention de lancer une médiation, se montrant plus ouvert qu'auparavant à une modernisation de l'actuel aéroport Nantes-Atlantique.

"Vous n'imaginez pas une seconde qu'avec Nicolas Hulot entré au gouvernement, Notre-Dame-des-Landes puisse se faire!", avait jugé Pascal Canfin, directeur du WWF, au lendemain de la nomination du ministre.

Agiter une menace de démission, "ce n'est pas ma conception de la démocratie", a récemment assuré le populaire ministre. "Je ne veux rien obtenir par le chantage. Ce ne serait pas sain, ni durable".

Depuis des années, l'écologiste écouté de tous les présidents depuis Jacques Chirac, répète qu'il aime être "le brise-glace". "Convaincre les acteurs de tous bords, aller repérer ceux qui sont le plus éloignés", écrit-il dans "Plus haut que mes rêves" (2013): "je me sens comme un +pollinisateur+".

Les pro-NDDL n'ont pas manqué de l'accuser d'ingérence pendant les six mois de médiation, du fait notamment de la présence d'un proche parmi les médiateurs. Nicolas Hulot s'en est vigoureusement défendu, louant la vocation de cette mission "d'étudier en toute indépendance" les alternatives, annonçant une décision "impartiale".

Depuis la publication mi-décembre du rapport jugeant "raisonnablement envisageables" les deux options (NNDL ou extension de Nantes-Atlantique), il est revenu dans le jeu discrètement, au côté d'autres ministres, recevant les élus avec Edouard Philippe chargé de conduire le dossier.

- Utile -

"NDDL n'est pas l'alpha et l'oméga pour l'environnement en France, mais de fait, ce dossier était devenu emblématique," souligne Matthieu Orphelin.

Cette victoire de taille consolera peut-être Nicolas Hulot d'autres déconvenues.

En octobre il avait fallu un dîner avec Emmanuel Macron pour rassurer cet "inquiet" - comme le qualifie le président.

Au chapitre de ses déceptions, le premier bilan des Etats généraux de l'alimentation, jugés insuffisamment tournés vers l'agriculture durable et de qualité, et dont il bouda la clôture. Ou la mise en oeuvre de l'accord de libre-échange UE-Canada (Ceta).

Mais parmi les avancées saluées par les défenseurs de l'environnement, la décision de la France, contre Bruxelles, de limiter à trois ans la réautorisation du glyphosate, ou encore d'interdire la recherche d'hydrocarbures.

Et des sujets de plus grande ampleur que NDDL l'attendent encore: feuille de route énergétique et le sort du nucléaire, réforme fiscale... ainsi que l'avenir de projets d'infrastructures, en "pause" pour raisons financières.

Face à cet agenda, le ministre, poussé en politique par "l'urgence de la situation (écologique) et l'inquiétude", s'est donné "un an" pour mesurer son utilité, avait-il dit en octobre.

Catégories: Actualités

JO-2018: les deux Corées ensemble pour le défilé des sportifs et l'équipe de hockey dames

mer, 01/17/2018 - 15:00

Corée du Sud et du Nord sont d'accord pour ne former qu'une seule équipe féminine de hockey sur glace et défiler ensemble, sous une bannière favorable à leur réunification, lors de la cérémonie d'ouverture des jeux Olympiques de Pyeongchang, a annoncé mercredi l'agence sud-coréenne Yonhap.

Par ailleurs, la délégation nord-coréenne devrait se composer de 550 personnes.

Ces décisions ont été prises par trois officiels de chaque pays lors d'une réunion de travail tenue à Panmunjom, village frontalier où fut signé le cessez-le-feu, dans la zone démilitarisée (DMZ) qui divise la péninsule.

Une délégation nord-coréenne devrait visiter les installations olympiques la semaine prochaine dans la ville hôte des prochains Jeux (du 9 au 25 février) située à 80 km de la frontière inter-coréenne, tandis que des sportifs sud-coréens pourraient aller s'entraîner au Nord, dans la station de Masikryong.

La délégation nord-coréenne qui devrait compter 550 personnes - sportifs participant ou non, comme l'équipe de taekwondo, pom-pom girls, journalistes - se rendra à Pyeongchang par la route.

La Corée du Nord avait accepté la semaine dernière le principe d'envoyer des athlètes aux premiers Jeux d'hiver organisés par sa voisine du sud.

Le 10 janvier, la Corée du Sud avait proposé au Nord de faire défiler ensemble les deux délégations lors de la cérémonie d'ouverture des jeux Olympiques de Pyeongchang ainsi que d'aligner une équipe féminine unie dans le tournoi de hockey sur glace, propositions donc acceptées.

Samedi prochain, des représentants des deux pays doivent se retrouver à Lausanne, au siège du Comité international olympique (CIO), pour discuter des modalités de leur participation et faire valider leur accord.

Les deux Corées, qui sont officiellement toujours en guerre, ont déjà défilé ensemble lors des cérémonies d'ouverture des JO en 2000 à Sydney, en 2004 à Athènes et en 2006 à Turin.

Elles n'ont en revanche jamais fourni d'équipe commune lors de jeux internationaux pluridisciplinaires mais ont en revanche formé une sélection avec des sportifs des deux pays en 1991 lors des Championnats du monde de tennis de table.

Le Nord avait boycotté les JO d'été de Séoul en 1988, seuls jeux Olympiques organisés jusque-là en Corée du Sud.

Catégories: Actualités

Le pape dédie une messe aux victimes de la dictature Pinochet

mer, 01/17/2018 - 14:59

Le pape François, au c?ur du territoire des indigènes dans le sud du Chili, a dédié mercredi une messe aux victimes de la dictature d'Augusto Pinochet.

La messe est célébrée "sur cet aérodrome de Maquehue sur lequel eurent lieu de graves violations des droits de l'Homme", a précisé le pape argentin, ajoutant qu'elle était offerte "à tous ceux qui ont souffert et qui sont morts, et à ceux qui, chaque jour, portent sur les épaules le poids de nombreuses injustices".

Catégories: Actualités

Abandon de NDDL : un "déni de démocratie" pour la maire de Nantes

mer, 01/17/2018 - 14:57

L'annonce de l'abandon du projet de transfert de l'aéroport de Nantes à Notre-Dame-des-Landes par le Premier ministre mercredi est un "déni de démocratie", a considéré la maire de Nantes Johanna Rolland, favorable au projet, lors d'une conférence de presse.

"Cette décision est un mauvais coup porté au Grand Ouest et pour nous une trahison, un déni de démocratie. Cette décision bafoue l?expression démocratique qui s?est exprimée le 26 juin 2016", lors d'une consultation locale, a-t-elle réagi. "L'Etat dit +votre vote ne compte pas+, cette décision affaiblit cet Etat de droit", a affirmé la maire socialiste.

Catégories: Actualités

Dans l'est de l'Ukraine, retour à "l'âge de pierre" sans réseau mobile

mer, 01/17/2018 - 14:53

Des dizaines de personnes battent la semelle pendant des heures par -7 degrés Celsius: à Donetsk, fief séparatiste de l'est de l'Ukraine, s'abonner à un réseau de téléphonie mobile relève du parcours du combattant.

Une panne a privé près de deux millions de personnes de leur accès au réseau du dernier opérateur ukrainien fonctionnant en zone rebelle. Les habitants doivent se rabattre sur des compagnies locales au fonctionnement aléatoire, se retrouvant coupés de leurs proches de l'autre côté de la ligne de front.

"C'est comme si on était de nouveau à l'âge de pierre", s'insurge Alexandre, un ingénieur de 28 ans, fatigué et énervé, le visage rougi par le froid.

Depuis sept heures du matin, il fait la queue sous la neige pour acheter un forfait téléphonique à l'opérateur séparatiste Fenix, à Donetsk, "capitale" de l'une des deux républiques rebelles autoproclamées dans l'est ukrainien.

Jusqu'à présent, il était abonné de Vodafone Ukraine, le dernier opérateur ukrainien qui fonctionnait encore en zone échappant au contrôle de Kiev. Mais ce dernier n'émet plus en territoire rebelle depuis le 11 janvier à cause de la rupture de plusieurs "câbles de fibre optique" dans une zone qui échappe au contrôle de Kiev et des rebelles séparatistes.

Cette panne affecte jusqu'à deux millions de personnes privées de téléphone et d'internet mobile, selon l'entreprise.

Le conflit armé opposant dans l'est de l'Ukraine depuis quatre ans les séparatistes prorusses et l'armée ukrainienne a fait plus de 10.000 morts et chassé plus de 1,5 million d'Ukrainiens de la zone de conflit.

Ceux qui sont restés demeurent isolés et désormais, une simple conversation téléphonique avec des proches vivant de l'autre côté de la ligne de front relève du défi.

Selon Vodafone Ukraine, les travaux nécessaires à la reprise du service ne prendraient que quelques heures mais "aucune date n'a été fixée" pour les lancer, a précisé à l'AFP une porte-parole, Viktoria Rouban.

La société s'est adressée aux autorités ukrainiennes et à la mission de l'Organisation pour la sécurité et la coopération européenne (OSCE) déployée dans la zone de guerre.

Ces interlocuteurs sont eux-mêmes en contact avec les séparatistes de Donetsk et Lougansk pour assurer la sécurité des techniciens. Le groupe n'a pas tenu de discussions directes avec les séparatistes, selon Mme Rouban.

- Familles divisées -

Les séparatistes ont mis en cause les autorités ukrainiennes, accusant l'armée loyaliste d'avoir coupé le câble près d'Olenovka, une petite ville située à une quinzaine de kilomètres de Donetsk.

Privés du réseau mobile ukrainien, de nombreux habitants de l'est de l'Ukraine doivent opter pour l'un de deux opérateurs mobiles locaux lancés par les autorités séparatistes, dont Fenix.

Depuis jeudi dernier, cet opérateur local a ainsi gagné 80.000 abonnés, dont 30.000 lundi, selon les autorités séparatistes. Mais cet afflux d'abonnés semble provoquer des perturbations techniques.

"Plus il y a de personnes abonnées à Fenix, moins le réseau fonctionne correctement", déplore Viktoria, une étudiante à Donetsk, 19 ans, qui a passé plus de six heures pour s'abonner à l'opérateur local.

Les réseaux téléphoniques séparatistes permettent de téléphoner essentiellement au sein des deux républiques autoproclamées ou encore d'appeler, avec difficulté, des numéros russes.

Lundi, les autorités séparatistes de Donetsk ont annoncé que les abonnés de Fenix pouvaient désormais appeler les numéros ukrainiens. Une journaliste de l'AFP sur place a testé cette option, mais sur ses cinq tentatives, une seule a fonctionné, avec cependant beaucoup de friture sur la ligne.

"J'ai l'impression qu'on est coupé du monde", constate Viktoria. "Et cela a été fait à dessein."

Les personnes âgées et celles vivant dans de petites localités sont les plus durement frappées par l'isolement causé par cette panne.

"Avant, ma femme et moi, on appelait tous les jours nos parents à Donetsk. Maintenant on doit chercher d'autres moyens pour nous assurer qu'ils sont sains et saufs", soupire Danil, un informaticien, qui a déménagé de Donetsk à Kiev après le début des hostilités.

"Quand les gens habitent le même pays à 30 ou 40 kilomètres de distance et ne peuvent pas s'appeler, c'est complètement surréaliste", résume-t-il.

Catégories: Actualités

Notre-Dame-des-Landes : retour sur un feuilleton politique français

mer, 01/17/2018 - 14:29
Le Premier ministre français a annoncé l'abandon du projet de construction de l''aéroport du Grand Ouest de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes. Une décision qui met fin à un feuilleton qui empoisonnait le gouvernement depuis plusieurs années.
Catégories: Actualités

Cartographie de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes

mer, 01/17/2018 - 14:20

La "ZAD" de Notre-Dame-des-Landes, acronyme pour "zone d'aménagement différé" transformé par les opposants en "zone à défendre", est un site de 1.650 hectares dans le bocage nantais à la biodiversité riche, préservé depuis cinquante ans de l'intensification agricole du fait du projet d'aéroport, abandonné mercredi.

Le site, choisi en 1970 pour accueillir un nouvel aéroport du Grand Ouest, à une vingtaine de kilomètres au nord de Nantes et à environ 80 km au sud de Rennes, est principalement constitué de zones agricoles encore majoritairement cultivées et en faible partie de milieux forestiers.

Délimité à l'ouest par la route nationale 165 reliant Nantes à Vannes et à l'est par la RN137 Nantes-Rennes, le périmètre du projet est entouré de communes rurales, dont Notre-Dame-des-Landes, raccordées entre elles par de petites routes départementales traversant la zone du nord au sud.

L'une d'elles, la RD281, dite aussi "route des chicanes", est obstruée depuis cinq ans de divers obstacles à la libre circulation. Jonchée de pneus, d'épaves de véhicules et de barricades en tous genres, elle est "gardée" quasiment en permanence depuis des cabanes et miradors.

La création de la "ZAD" en 1974, pour permettre au conseil général de Loire-Atlantique de préempter au fur et à mesure les terres agricoles, protégeant ainsi ce territoire de tout remembrement, a de facto figé l'ensemble bocager, composé à 98% de zones humides - sortes d'éponges régulant inondations et sécheresses - et situé en amont de deux bassins versants.

Des cultures, prairies, forêts ou landes humides, mais aussi des sources, ruisseaux et mares abritent une centaine d'espèces protégées, floristiques ou faunistiques, des oiseaux aux chauve-souris.

Les habitats, fermes et maisons en dur comme squats de qualité inégale, sont présents sur les plus de 900 hectares dédiés à la réalisation de l'aéroport et à la desserte routière. Ils sont plus particulièrement concentrés à proximité des deux pistes dessinées dans le projet de nouvelle infrastructure, au nord-ouest et au sud-est, ainsi que près de la tour de contrôle, au coeur de la ZAD, et du futur barreau routier, au sud.

Catégories: Actualités

XV de France: Morgan Parra de retour plus de deux ans après sa dernière sélection (officiel)

mer, 01/17/2018 - 14:09

Le demi de mêlée Morgan Parra a été retenu par le nouveau sélectionneur du XV de France, Jacques Brunel, pour préparer le Tournoi des six nations, plus de deux ans après sa dernière sélection.

La dernière cape du joueur de Clermont (29 ans, 66 sél.) remonte au 17 octobre 2015 et la déroute des Bleus en quarts de finale de la Coupe du monde face à la Nouvelle-Zélande (13-62). Pour sa première liste depuis sa prise de fonctions le 27 décembre en remplacement de Guy Novès, Brunel a également retenu le jeune ouvreur de Bordeaux-Bègles Matthieu Jalibert (19 ans, 0 sél.), mais pas l'ouvreur François Trinh-Duc ni le numéro 8 Louis Picamoles.

Catégories: Actualités

JO-2024: Estanguet s'inquiète de l'impact en cas de retards sur le Grand Paris Express

mer, 01/17/2018 - 14:00

Le patron de l'organisation des jeux Olympiques de Paris 2024, Tony Estanguet, s'est inquiété mercredi au Sénat des retards possibles sur certaines portions du Grand Paris Express, qui pourraient poser "une difficulté forte".

Ce chantier, le plus grand d'Europe qui porte sur la création de 200 km de lignes et 68 gares autour de la capitale, pourrait être remis en cause dans son calendrier face à des risques de surcoût. Or, la candidature de Paris-2024 en avait fait un atout dans la course à l'obtention des jeux Olympiques.

"La question des transports, elle est la clé pour nous (...) on a 13,5 millions de spectateurs qui vont venir regarder les Jeux", a expliqué Tony Estanguet, auditionné mercredi matin par la commission de la culture, de l'éducation et de la communication au Sénat.

"Dans notre dossier de candidature, on a plutôt mis en avant l'excellent réseau de transports et un certain nombre de programmes qui étaient en cours et qui seraient livrés pour ces jeux Olympiques et Paralympiques, donc c'est sûr que pour nous ça va être une difficulté forte si certaines lignes ne sont pas livrées à temps", a-t-il poursuivi.

Il a évoqué "la ligne 17 qui va desservir le territoire du Bourget notamment, qui est vraiment pour nous un noyau très important de l'organisation de ces Jeux".

D'après le projet de candidature de Paris-2024, le centre principal des médias pour les JO doit être situé dans cette zone, ainsi que le village où seront logés les milliers de journalistes couvrant l'événement. D'où l'importance des lignes 16 et 17 du futur Grand Paris Express qui doivent passer par la gare du Bourget, actuellement desservie par le RER B.

Concédant avoir "peu d'influence", le triple champion olympique de canoë a indiqué qu'il avait écrit à Emmanuel Macron et Edouard Philippe, "pour dire combien ce réseau des transports était déterminant dans la réussite opérationnelle de ces jeux Olympiques et Paralympiques". Le gouvernement doit annoncer rapidement un nouveau calendrier sur le Grand Paris Express.

Tony Estanguet sera le président du Comité d'organisation des jeux Olympiques (Cojo), officiellement créé jeudi. Constitué sous forme d'association à but non lucratif, le Cojo doit gérer à terme un budget de 3,8 milliards d'euros pour l'organisation de l'événement. Une autre structure, la Solideo, dotée de 3 milliards d'euros, dont la moitié en investissements publics, doit assurer la livraison des infrastructures.

Catégories: Actualités

A Monaco, les animaux restent les rois du cirque malgré les polémiques

mer, 01/17/2018 - 13:58

Le Festival international du cirque de Monte-Carlo célèbre cette année les 250 ans du cirque traditionnel moderne et accueille à partir de jeudi caniches, chevaux, tigres, zèbres et girafes sous le chapiteau en dépit des campagnes visant à bannir les animaux sauvages de la piste.

En 2017 déjà, des fauves tenaient la vedette avec les meilleurs dompteurs du monde, les frères russes Zapashny, pour la première fois à l'étranger.

Trois lions et neuf tigres avaient fait le voyage, sans être importunés par la petite dizaine de manifestants qui se rassemblent chaque année à la frontière, à Cap d'Ail, pour protester contre ce qu'ils considèrent comme des pratiques cruelles d'un autre temps.

"Les clowns, les trapézistes, c'est très bien mais on n'est pas obligé de trimballer des animaux sauvages", estime Christian Razeau, co-fondateur du Collectif Animalier 06, qui organise deux nouvelles manifestations cette année, les 21 et 27 janvier: les numéros de caniches ou de chevaux, passe encore selon lui, "même s'il faut se méfier", mais "l'incarcération des animaux sauvages, ça doit cesser!".

Dans le monde, 41 pays, dont 19 en Europe, ont interdit les animaux sauvages, ou certains d'entre eux, dans les cirques. Mais à Monaco, ce jour n'est pas encore venu, au contraire.

La Principauté a lancé le festival à une époque où les cirques traditionnels battaient de l'aile et en a fait une référence mondiale, l'équivalent pour le cirque du Festival de Cannes pour le cinéma. La manifestation, qui dure cette année jusqu'au 28 janvier et dont les télévisions du monde entier diffusent les plus belles images, généralement au moment de Noël, se clôt sur une distribution de prix, des "Clowns" d'or, d'argent et de bronze.

- "Le cirque est né à cheval" -

Cette année, parmi les clous du spectacle auquel la famille princière ne manquera pas d'assister, notamment la princesse Stéphanie qui a hérité de la passion de son père Rainier III et adopté deux éléphants, figurent des numéros de tigres (Carmen Zander, Allemagne), de caniches (Evgeniy Komisarenko, Russie), de voltige à cheval, un pas de deux équestre et un grand caroussel de 32 animaux (Joszef Richter Junior et Merrylu, Hongrie).

"Le bouquet, c'est quand Joszef Richter présente le grand caroussel de 32 animaux, 5 éléphants, 8 chameaux, 6 zèbres, 4 lamas, des chevaux et pour la première fois, deux girafes. Il a un pied sur un éléphant et l'autre sur un autre éléphant, et il fait passer les animaux en dessous", s'enthousiasme Alain Frère, le maire de Tourette-Levens, présent dès les débuts du festival en 1974 et toujours conseiller technique à 83 ans: "C'est la première fois qu'on voit un numéro aussi important, avec trois groupes d'animaux tournant chacun dans un sens. Lui et Merrylu montent aussi des girafes grâce à une selle spéciale".

C'est à Londres en 1768 qu'un jeune militaire, Philip Astley a imaginé de regrouper un spectacle équestre avec des numéros de foire, notamment des singes et des chiens dressés. La période coloniale au XIXe siècle mettra ensuite les animaux exotiques à la mode, une tradition à laquelle Monaco n'entend pas déroger.

"Le cirque moderne est né à cheval (...) Autrefois, c'est vrai, les animaux étaient dans une cage réduite, mais c'est fini. Ils ont tous un espace de récréation et pour les éléphants qui avaient une chaîne à la patte en 1974, ils sont maintenant en liberté sous leur tente", assure M. Frère.

Ours Pilz, le directeur artistique du festival, ne comprend pas non plus la polémique: "Les animaux qui sont dans les cirques n'ont rien à voir avec leurs collègues dans la nature! Ils ont l'habitude d'avoir une communication avec les êtres humains et de travailler".

Pour les amoureux du genre, le programme de la 42e édition du festival accueille aussi des acrobates chinois ou russes, et des numéros plus modernes scénographiés comme la roue croisée aérienne du Duo 2-Zen-O (Canada) ou les contorsions du Duo Miracle (Ukraine), sans oublier le clown ukrainien Jigalov, surdoué de la grimace.

Catégories: Actualités

Le CSA lance une procédure pouvant conduire à l'éviction de Mathieu Gallet

mer, 01/17/2018 - 13:57

Le CSA, qui a le pouvoir de nommer et de révoquer les dirigeants de l'audiovisuel public, a annoncé mercredi qu'il engageait une "procédure" pouvant mener à l'éviction du PDG de Radio France Mathieu Gallet, condamné pour favoritisme lorsqu'il dirigeait l'INA.

Dans un communiqué, le Conseil supérieur de l'audiovisuel a indiqué avoir "décidé de mettre en ?uvre" un dispositif pouvant aboutir au retrait du mandat du patron de Radio France, ajoutant qu'au terme de cette démarche, "sa décision interviendra le plus rapidement possible dans le respect du contradictoire et notamment après la communication du jugement rendu à l?égard" de M. Gallet.

Catégories: Actualités

Open d'Australie: Dimitrov passe laborieusement au troisième tour

mer, 01/17/2018 - 13:52

Le Bulgare Grigor Dimitrov, 3e mondial, s'est laborieusement qualifié pour le troisième tour de l'Open d'Australie en battant l'Américain McKenzie McDonald , issu des qualifications, en cinq sets 4-6, 6-2, 6-4, 0-6, 8-6.

Le vainqueur du Masters, qui a joué un tennis très décevant, affrontera au prochain tour le Russe Andrey Rublev.

Catégories: Actualités

Emmanuel Macron reçoit Angela Merkel vendredi à l'Elysée

mer, 01/17/2018 - 13:52

Le président français Emmanuel Macron recevra vendredi au palais présidentiel de l'Elysée la chancelière allemande Angela Merkel pour discuter du "futur de l'Europe et des priorités à venir", a annoncé mercredi la présidence française.

Cette rencontre, programmée pour vendredi en fin d'après-midi, sera la première depuis la conclusion dimanche du projet d'accord gouvernemental entre les conservateurs de Mme Merkel et les sociaux-démocrates du SPD, qui ouvre la voie à la constitution d'une "grande coalition" vers la fin mars.

Le rendez-vous portera également sur le 55e anniversaire de la signature du Traité franco-allemand de l'Elysée, a indiqué à Berlin une porte-parole du gouvernement allemand, Ulrike Demmer, précisant que les deux dirigeants s'exprimeront devant la presse après la réunion prévue à 17H00 (16h00 GMT).

L'Assemblée nationale française et le Bundestag allemand devraient approuver le 22 janvier, le jour de ce 55e anniversaire, une résolution commune traçant des perspectives pour un nouveau traité, et renforçant la coopération entre les deux Parlements.

Emmanuel Macron avait indiqué le 28 septembre dernier son souhait de "réviser le traité de l'Elysée", conclu en 1963 par le président Charles de Gaulle et le chancelier allemand Konrad Adenauer.

M. Macron s'est dit vendredi dernier "heureux et satisfait" de l'accord de coalition trouvé en Allemagne, le jugeant "favorable au projet européen" qu'il porte.

Dans leur compromis d'alliance, chrétiens-démocrates et sociaux-démocrates prévoient de "renforcer" et "réformer" la zone euro avec la France pour la rendre plus résistante aux crises.

Cet accord sera soumis pour éventuelle approbation à la base du SPD lors d'un congrès extraordinaire le 21 janvier, à l'issue très incertaine.

Catégories: Actualités

Alarme dans les Territoires palestiniens après le gel de l'aide américaine

mer, 01/17/2018 - 13:48

L'annonce par les Etats-Unis d'un gel de leur aide aux réfugiés palestiniens a sonné l'alarme dans les Territoires, où des centaines de milliers de personnes dépendent de l'assistance internationale pour se soigner, apprendre ou travailler.

L'UNRWA, l'agence de l'ONU impactée, a indiqué mercredi faire face à sa "plus grave crise financière" depuis sa création il y a près de 70 ans.

Cet organisme onusien, établi en 1949, apporte son aide à une grande partie des plus de cinq millions de Palestiniens enregistrés comme réfugiés dans les Territoires, en Jordanie, au Liban ou en Syrie, survivants ou descendants des centaines de milliers de Palestiniens jetés sur les routes lors de la première guerre israélo-arabe en 1948.

Le département d'Etat américain a annoncé mardi retenir jusqu'à nouvel ordre le versement de 65 millions de dollars à l'UNRWA, sur les 125 millions de contribution volontaire américaine prévus.

L'administration Trump livre depuis des mois à l'ONU un bras de fer sur une bonne utilisation des contributions américaines. Elle réclame à ce titre une révision "en profondeur" du fonctionnement et du financement de l'UNRWA, dont elle a été de loin le principal bailleur de fonds en 2017, à hauteur de 350 millions de dollars.

Les Américains s'en prennent par ailleurs à l'UNRWA dans une période de grave détérioration des relations avec l'Autorité palestinienne: les dirigeants palestiniens ont dénoncé cette nouvelle mesure comme une concession supplémentaire aux Israéliens et une nouvelle hypothèque imposée en leur faveur sur un règlement de plus en plus incertain du conflit.

-'Paiements massifs'-

La question des réfugiés est l'une des plus épineuses en vue d'un tel règlement, les Palestiniens clamant leur droit au retour, ce qu'excluent les Israéliens.

Après une succession de camouflets, la direction palestinienne a gelé les contacts avec les officiels américains, alors que la Maison Blanche est supposée présenter à une échéance indéterminée un plan censé réaliser l'ambition de Donald Trump de présider à l'accord diplomatique "ultime".

M. Trump avait indigné les Palestiniens en tweetant le 2 janvier que les Etats-Unis leur versaient "DES CENTAINES DE MILLIONS DE DOLLARS par an sans obtenir reconnaissance ou respect". Pourquoi les Etats-Unis devraient-ils poursuivre leurs "paiements massifs" alors que les Palestiniens refusent de négocier?, avait-il demandé.

L'administration a contesté se servir de l'UNRWA pour faire pression sur le président palestinien Mahmoud Abbas.

Les 65 millions sont gelés à ce stade, ils n'ont pas été annulés", a assuré la porte-parole du département d'Etat, Heather Nauert.

La seconde tranche sera débloquée quand des réformes auront été engagées pour que l'argent soit "mieux dépensé", a-t-elle dit.

Les 125 millions de dollars en question sont supposés constituer le premier versement américain de l'année. Mais l'UNRWA elle-même a reconnu ne pas savoir ce qui l'attendait.

"Il n'y a pour l'instant aucune autre indication de financement possible" que les informations fournies par le département d'Etat, a dit à l'AFP Chris Gunness, le porte-parole de l'UNRWA, joint par téléphone.

- Un narratif 'perpétué' -

"La réduction drastique de cette contribution a pour effet la plus grave crise financière dans l'histoire de l'agence", a-t-il dit.

Le chef de l'agence onusienne, Pierre Krahenbuhl, a exprimé son inquiétude et appelé à l'aide les autres membres de l'ONU.

"Ce qui est en jeu, c'est l'accès de 525.000 garçons et filles à 700 écoles de l'UNRWA", ainsi que toutes les formes d'aide d'urgence octroyée à des millions de personnes, et leur accès aux soins, s'est-il ému.

Il a évoqué le respect de la "dignité" de ces réfugiés, mais aussi le risque sécuritaire potentiel de la décision américaine dans une région déjà en proie à la violence et à la radicalisation.

Hanane Achraoui, haute dirigeante de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), a dénoncé la "cruauté" affichée à l'égard d'une "population innocente et vulnérable".

Environ 500 personnes ont manifesté contre la décision américaine dans la bande de Gaza, territoire sous blocus qui a connu trois guerres avec Israël depuis 2008 et où plus des deux tiers de la population dépendent de l'assistance étrangère.

Ahmed Majdalani, un des dirigeants de l'OLP, a accusé l'administration Trump de tenter d'écarter la question des réfugiés de discussions en vue d'un hypothétique règlement du conflit, comme elle a cherché à le faire avec le statut de Jérusalem en reconnaissant cette dernière comme capitale d'Israël.

Le Premier ministre israélien a lui applaudi à ce nouveau coup d'éclat américain.

L'UNRWA "perpétue depuis 70 ans la situation des réfugiés palestiniens et le narratif en faveur de la disparition du sionisme", a-t-il déclaré en Inde selon les médias israéliens. "C'est la première fois que tout cela est remis en cause", a-t-il ajouté.

Catégories: Actualités

Le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes abandonné

mer, 01/17/2018 - 13:43
Édouard Philippe a annoncé l'abandon du projet de construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes. Le Premier ministre donne jusqu'au "printemps" aux occupants pour évacuer "d'eux-mêmes" les lieux.
Catégories: Actualités

Urvoas: l'enquête à la Cour de justice de la République est ouverte

mer, 01/17/2018 - 13:41

La Cour de justice de la République a été officiellement saisie mercredi de l'enquête sur l'ancien garde des Sceaux socialiste Jean-Jacques Urvoas, soupçonné d'avoir transmis au député Thierry Solère des informations sur une enquête pour fraude fiscale le concernant, a annoncé le parquet général de la Cour de cassation.

Dans un communiqué, le procureur général près la Cour de cassation a annoncé avoir "saisi aujourd'hui la commission d'instruction d'un réquisitoire introductif visant M. Jean-Jacques Urvoas en sa qualité à la date des faits de (...) ministre de la Justice, sous la qualification de violation du secret professionnel". Cette étape marque formellement le lancement des investigations, mais elles s'annoncent longues.

Le haut magistrat était tenu de saisir cette commission après l'avis favorable émis mardi par la commission des requêtes de la CJR.

Cette affaire a rebondi en plein débat sur le lien hiérarchique entre le garde des Sceaux et les procureurs, mais également au moment où le président Emmanuel Macron a réaffirmé lundi sa volonté de "supprimer" la CJR.

Selon les révélations du Canard enchaîné en décembre, Jean-Jacques Urvoas, alors au gouvernement, avait envoyé à M. Solère, député LR rallié depuis à LREM, une note de la Direction des affaires criminelles et des grâces (DACG) sur une enquête le concernant.

Cette synthèse, signée "Amitiés, Jean-Jacques Urvoas", aurait été demandée à ses services par le ministre, comme le lui permettait son statut de garde des Sceaux, puis transmise par messagerie cryptée au député entre les deux tours de la présidentielle, d'après l'hebdomadaire.

Depuis le 6 septembre 2016, M. Solère est en effet visé par une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Nanterre pour "fraude fiscale, blanchiment, corruption, trafic d'influence et recel d'abus de biens sociaux".

Dans le cadre de cette procédure, une perquisition au domicile du député, qui a dû renoncer fin 2017 à son poste de questeur de l'Assemblée nationale, avait été menée par les policiers de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), qui avaient alors trouvé le message de M. Urvoas.

La procureure de Nanterre avait confirmé que des éléments "susceptibles d'engager la responsabilité pénale de Jean-Jacques Urvoas" avaient été saisis lors d'une perquisition, puis transmis le 5 décembre au procureur général près la Cour de cassation.

Catégories: Actualités

Ski: Vonn, meilleur temps de la 1re descente d'entraînement de Cortina

mer, 01/17/2018 - 13:40

L'Américaine Lindsey Vonn a réalisé mercredi le meilleur temps du premier entraînement des descentes de Cortina d'Ampezzo (Italie), comptant pour la Coupe du monde de ski alpin et programmées vendredi et samedi.

Vonn a bouclé son passage en 1 min 37 sec 99/100e, soit près d'une seconde de mieux que l'Italienne Sofia Goggia (+0.95), deuxième temps mercredi.

Après une semaine de pause, Mikaela Shiffrin, leader de la Coupe du monde avec plus de 800 points d'avance, est de retour et a réalisé le 13e temps de l'entraînement, à plus de trois secondes de sa compatriote (+3.27).

La Tofane, dans la station des Dolomites, est l'une des pistes préférées de Vonn, puisqu'elle y a décroché onze de ses 78 succès en Coupe du monde. Seule la station canadienne de Lake Louise lui a plus souri (18 victoires).

Cortina d'Ampezzo a récupéré la descente de Val-d'Isère (France), annulée mi-décembre en raison des trop fortes chutes de neige. Trois courses sont ainsi programmées en Italie: deux descentes vendredi et samedi, et un super-G dimanche.

Catégories: Actualités

L'exécutif choisit d'abandonner l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes

mer, 01/17/2018 - 13:20

Après six mois de médiation et une ultime consultation, l'exécutif a choisi d'abandonner le projet controversé d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, malgré des décisions de justice et un référendum local favorables.

Matignon a informé des élus locaux, peu avant une déclaration du Premier ministre Edouard Philippe à la sortie du Conseil des ministres à l'Elysée.

"C'est officiel. C'est abandonné", a déclaré à l'AFP Philippe Grosvalet, président du syndicat mixte aéroportuaire du Grand Ouest et président du conseil départemental de Loire-Atlantique.

Prévenu par un conseiller de Matignon, il a fustigé "un véritable reniement" et "une très très mauvaise décision du président de la République".

L'alternative devrait être d'aménager l'actuel aéroport Nantes-Atlantique, comme l'envisageaient des médiateurs dans leur rapport remis le 13 décembre.

Malgré les multiples rejets des recours en justice des anti-aéroport, le soutien au projet d'une majorité des élus de Bretagne et des Pays-de-la-Loire, et un référendum consultatif local favorable (55,17%) en Loire-Atlantique en juin 2016, l'exécutif a préféré lâcher "NDDL".

Né dans les années 60, relancé en 2000, attribué à Vinci par appel d'offres en 2010, l'aéroport "du Grand Ouest" a traversé un demi-siècle pour finalement devenir le symbole des atermoiements du quinquennat Hollande et le conflit environnemental le plus emblématique du pays.

Edouard Philippe, qui a rencontré plus de 100 élus de l'Ouest depuis début janvier et s'est rendu discrètement samedi à la mairie de Notre-Dame-des-Landes, avait reconnu mardi, devant les députés LREM, la difficulté de trancher.

"Quelle que soit la réponse, elle sera mauvaise" car elle fera des mécontents, a-t-il admis.

Malgré l'abandon, l'exécutif s'est engagé à évacuer la ZAD.

Des renforts de sept escadrons de gendarmerie mobile, soit plus de 500 hommes, sont attendus mercredi sur place, selon une source proche du dossier, avec pour objectif de quadriller la zone et procéder à des contrôles afin d'éviter l'arrivée de civils dans la Zad.

Plusieurs compagnies de CRS seront elles à Nantes et Rennes afin d'assurer le maintien de l'ordre en cas de manifestations.

- "On repart pour dix ans" -

Le mouvement anti-aéroport, qui prévoit une conférence de presse deux heures après l'annonce de M. Philippe, s'est donné rendez-vous mercredi à 18H à "La Vache Rit", une grange servant de lieu de rassemblement en plein coeur de la ZAD.

Pour ses partisans, le nouvel aéroport devait permettre d'assurer le développement attendu du trafic aérien depuis Nantes, une des villes françaises à la plus forte croissance, face à la saturation attendue de Nantes-Atlantique dans sa version actuelle. Et ainsi améliorer la desserte de toute la Bretagne.

"Il faudra gérer la déception des partisans de l'aéroport, c'est une désillusion pour eux c'est certain", reconnaît un parlementaire. "Mais ce sont principalement des élus, il n'y a pas de mouvement citoyen de masse pour l'aéroport", juge le même.

Pour ses opposants, Notre-Dame-des-Landes était devenu un de ces "grands projets inutiles", condamnant un beau bout de bocage au nom du développement d'un mode de transport contradictoire avec les objectifs de la France de réduire ses émissions de gaz à effet de serre.

L'agrandissement de Nantes-Atlantique, une option longtemps écartée par les pouvoirs publics en raison notamment de la présence d'une zone naturelle protégée à proximité et de la problématique du survol de Nantes, reste toutefois entouré d'incertitudes.

"Il s'agit de rallonger la piste vers le sud, l'extension des terminaux, l'aménagement des pistes de circulation pour les avions et changer la pente de la piste pour réduire les nuisances sonores", explique un des élus partisans de cette option.

"Rallonger la piste en tant que tel prendrait six semaines. Au total, je pense qu'en deux ans tout peut être réglé", juge le même.

Une version vivement contestée par les élus partisans de Notre-Dame-des-Landes, comme l'ex-président LR de la région Pays de la Loire, Bruno Retailleau ou la maire PS de Nantes Johanna Rolland, selon qui "on repart pour dix ans".

Un éventuel abandon du projet soulève aussi la question de l'indemnisation prévue pour Vinci qui, selon le rapport remis à Edouard Philippe, pourrait aller jusqu'à 350 millions d'euros.

Le PDG de Vinci Xavier Huillard a évoqué mardi un contrat "béton" après des rumeurs démenties de contestation de certaines clauses du contrat par l'État.

Certains élus suggèrent une négociation avec le géant du BTP, également exploitant de Nantes-Atlantique et qui se place en vue de la possible privatisation d'Aéroports de Paris (ADP).

Catégories: Actualités

L'impact du gel partiel de l'aide américaine aux Palestiniens

mer, 01/17/2018 - 13:02

L'UNRWA se présente comme un intervenant essentiel auprès de millions de Palestiniens des Territoires et dans le monde, tandis qu'Israël voit en elle une aberration. En quoi consiste cette agence onusienne, et quelle est la portée du gel partiel de l'aide annoncée par Washington?

Qu'est-ce que l'UNRWA?

L'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) a été établi après la guerre ayant abouti à la création de l'Etat d'Israël en 1948 et à la fuite de 700.000 Palestiniens, pour la plupart vers des pays voisins.

Cet organisme créé en 1949 fournit une aide à une grande partie des Palestiniens et leurs descendants, soit plus de cinq millions de personnes vivant essentiellement dans la bande de Gaza, en Cisjordanie, en Jordanie et au Liban.

L'éducation est le principal domaine de ses activités avec des effectifs de 20.000 enseignants. L'UNRWA fournit également un soutien sanitaire et financier.

En quoi consiste le gel américain?

Les Etats-Unis sont les principaux contributeurs de l'UNRWA, avec 350 millions de dollars versés l'an dernier. L'Union européenne arrive ensuite avec la moitié de cette somme.

Mardi, le département d'Etat américain a annoncé le gel de 65 millions de dollars, seuls 60 millions étant décaissé, afin d'assurer le fonctionnement de l'agence à court terme.

A la suite de cette première tranche d'aide prévue, il n'a pas été précisé si les autres versements dans les prochains mois seraient également réduits.

Le département d'Etat a souligné que la décision n'avait pas été prise en vue d'exercer des pressions sur les dirigeants palestiniens, mais parce que les Etats-Unis veulent que d'autres pays contribuent davantage et aident à réformer l'agence.

Les dirigeants israéliens estiment que l'existence de l'UNRWA pérennise le conflit et que les réfugiés devraient être intégrés dans les pays voisins où ils sont installés.

Les Palestiniens estiment que l'agence est vitale jusqu'à ce que soit trouvée une solution définitive au conflit israélo-palestinien. Ils soulignent également que les Etats-Unis versent plus de trois milliards de dollars d'aide militaire annuelle à Israël.

Pourquoi maintenant?

Les relations entre l'administration américaine et les dirigeant palestiniens sont au bord de la rupture depuis la décision controversée du président américain Donald Trump, le 6 décembre, de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël.

Les Palestiniens considèrent Jérusalem-Est occupée et annexée par Israël comme la capitale du futur Etat auquel ils aspirent. Ils ont réagi avec colère et décidé de rompre les ponts avec l'administration américaine en proclamant que les Etats-Unis ne pouvaient plus jouer un rôle de médiateur dans les négociations de paix avec Israël.

Le président palestinien Mahmoud Abbas devrait ainsi boycotter le vice-président américain Mike Pence attendu dans la région la semaine prochaine.

Le 2 janvier, le président Trump a accusé les Palestiniens de refuser de négocier avec Israël.

"Nous payons les Palestiniens DES CENTAINES DE MILLIONS DE DOLLARS par an sans reconnaissance ou respect" de leur part, a tweeté Donald Trump.

Le président Abbas a répliqué dimanche en affirmant: "Quand avons-nous refusé? (de négocier) Que Dieu détruise votre maison", a-t-il lâché à l'adresse de M. Trump, employant un juron arabe courant.

Bien que le département d?Etat ait nié que le gel visait à forcer les dirigeants palestiniens à revenir à la table des négociations, cette mesure a été interprétée comme une menace adressée par Donald Trump.

Que va-t-il se passer concrètement?

L'UNRWA se débattait déjà dans une situation financière très difficile.

En 2015, l'agence avait failli fermer ses écoles alors que le déficit de ses comptes se chiffrait à plusieurs dizaines de millions de dollars l'an dernier.

Les craintes portent désormais sur de possibles fermetures à terme d'écoles voire même d'hôpitaux. Le patron de l'UNRWA Pierre Krahenbuhl a toutefois estimé que les 60 millions de dollars versés devraient permettre d'assurer leur fonctionnement, à court terme au moins.

Le porte-parole de l'UNRWA Chris Gunness a affirmé mercredi que "la réduction drastique de la contribution (américaine) a pour effet la plus grave crise financière dans l'histoire de l'agence".

Le président palestinien doit se rendre prochainement à Bruxelles et pourrait à cette occasion demander une augmentation de l'aide européenne.

Selon des diplomates européens, ses chances d'obtenir une telle hausse sont limitées tandis que les pays du Golfe constituent une possible alternative.

Catégories: Actualités

Le Liban autorise finalement le nouveau film de Spielberg

mer, 01/17/2018 - 13:01

Le Liban va finalement autoriser la diffusion du dernier film de l'Américain Steven Spielberg, "The Post", a-t-on appris mercredi de sources concordantes, deux jours après l'annonce de son interdiction en accord avec le boycott par Beyrouth de tout produit lié à Israël.

Un responsable de la Sûreté générale, chargé de la censure des oeuvres artistiques, avait assuré lundi que le film serait interdit car son réalisateur figure sur une liste noire de la Ligue arabe concernant le boycott des partisans d'Israël.

M. Spielberg est sur cette liste pour avoir donné un million de dollars à Israël pendant la guerre de 2006 entre Israël et le Hezbollah au Liban.

Mais le ministère de l'Intérieur, qui habituellement valide quasi-automatiquement les décisions de la Sûreté générale, se dirige en fait vers une autorisation du film.

"Le ministre de l'Intérieur Nouhad Machnouk va autoriser la diffusion du film The Post", a ainsi indiqué mercredi un responsable du ministère.

Le distributeur du film au Liban a lui indiqué que le long-métrage serait dans les salles dès jeudi.

The Post, avec les acteurs américains Meryl Streep et Tom Hanks, revient sur la publication en 1971 par le Washington Post de documents du Pentagone exposant les mensonges des Etats-Unis en lien avec la guerre du Vietnam.

La production australienne Jungle, qui raconte le périple tragique de l'aventurier israélien Yossi Ghinsberg, égaré dans la forêt amazonienne en Bolivie en 1981, avait par ailleurs vu sa licence retirée lundi après deux semaines de diffusion dans les salles libanaises.

L'opinion publique est divisée au Liban sur cette censure: certains y voient une atteinte aux libertés publiques, d'autres refusent ce qu'ils considèrent comme une "normalisation" ou une acceptation d'Israël.

Catégories: Actualités

Pages