France 24 - L'info en continu

S'abonner à flux France 24 - L'info en continu France 24 - L'info en continu
Mis à jour : il y a 34 min 49 sec

Brésil: Sept morts lors d'opérations policières à Rio

il y a 3 heures 44 min
Sept personnes, dont un adolescent de 14 ans, ont été tuées par balle à Rio de Janeiro, lors de fusillades entre narcotrafiquants et policiers qui mènent des opérations d'envergure avec le soutien logistique de l'armée. Jeudi matin, le commandement militaire de Rio a annoncé que plus de 1.800 soldats et 50 policiers avaient été déployés dans deux favelas nichées sur des collines surplombant la célèbre plage de Copacabana. Ils ont pour objectif de dégager des voies de circulation obstruées par les trafiquants et de rechercher des suspects après avoir reçu "des dénonciations d'activité criminelle". Cette opération a causé des embouteillages importants à l'heure de pointe le long de Copacabana, quartier aisé du sud de la ville. Mercredi, une autre opération a été menée dans le complexe de favelas de Maré, dans le nord de Rio, les forces de l'ordre utilisant des hélicoptères et des blindés pour traquer des narcotrafiquants. Selon le site G1, six personnes qui portaient des armes, des munitions et des drogues ont été tuées. Un adolescent de 14 ans a été touché à l'abdomen par une balle perdue et est mort dans la nuit à l'hôpital. "Il était en retard pour son cours et il se rendait à l'école quand il a été fauché par une balle", a expliqué Fatima Barros, responsable des écoles municipales du quartier, à TV Globo. Deux ans après avoir accueilli les Jeux Olympiques, Rio est plongée dans une grave crise d'insécurité. En février, le président Michel Temer a confié à l'armée le commandement des opération de maintien de l'ordre de Rio, sans réellement freiner la vague de violences sur la "Ville merveilleuse".
Catégories: Actualités

Mondial-2018: "Neymar, je ne vais pas lui enlever la possibilité d'être un génie", dit Tite

il y a 3 heures 47 min
Le sélectionneur du Brésil Tite a balayé jeudi les critiques sur l'individualisme de Neymar, avant d'affronter le Costa Rica dans le groupe E du Mondial-2018: "Je ne vais pas lui enlever la possibilité d'être un génie dans les 30 derniers mètres." . Match à enjeux Tite: "Nous arrivons motivés car ce match sera décisif après le résultat du premier match (1-1 contre la Suisse). Nous devons nous montrer plus efficaces en attaque et garder notre efficacité défensive. Il faut réussir à marquer les buts, transformer les occasions, nous allons ajuster les postes, faire quelques changements tactique." Thiago Silva (défenseur et capitaine du Brésil): "Ce sera difficile après la défaite du premier match... même si c'était un match nul. Nous devons livrer une bonne performance, car si nous performons bien nous serons proche de la victoire. Evidemment, étant donné le match nul (contre la Suisse), nous avons une grande responsabilité: gagner ce match. On est conscient de la pression, mais nous sommes prêts à performer demain." . Le onze Tite: "C'est la même équipe qui va débuter. Il y a besoin de cohérence." . "Ney" handicapé? Tite: "Non, il n'a pas de handicap physique. Il a pris un coup, il a joué 90 minutes. Un joueur a besoin de cinq matches pour être en pleine forme, dans un processus normal. Il a accéléré ce processus. Il ne faut pas s'inquiéter. Oui, il jouerait dans un match normal. Ce n'est pas un sacrifice. Oui, il jouerait si ce n'était pas la Coupe du monde. L'entraîneur ne va pas être malhonnête et jouer avec la santé de ses joueurs." . Neymar trop perso? Tite: "Non, absolument pas (il n'a jamais discuté de ça avec Neymar, NDLR). Cela n'est pas arrivé. Tous les athlètes ont cette responsabilité de jouer pour le collectif et d'être aussi (bons) individuellement. Neymar, je ne vais pas lui enlever la possibilité d'être un génie dans les 30 derniers mètres. Cela s'applique aussi à Coutinho, Jesus, Willian et Firmino. Il faut renforcer l'équipe, mais je ne vais pas enlever aux joueurs leurs principales caractéristiques." . A propos de la VAR? Tite: "Je ne veux pas faire de commentaire sur la VAR, car cela serait perçu comme une tentative d'obtenir un avantage demain. Nous ne voulons pas d'avantage, nous n'avons pas besoin d'un avantage." . Thiago Silva capitaine Tite: "Si on enlève tous ceux qui ont été critiqués lors de la dernière Coupe du monde, on n'aurait plus d'équipe nationale. Il faut des joueurs avec de l'expérience et de la maturité pour être capitaine, et Thiago (Silva) fait partie de ces joueurs-là. Il a assez de maturité." Thiago Silva: "C'est super de revenir à mon meilleur niveau avec le Brésil. J'ai travaillé dur pour ça. Le plus important est de donner son meilleur, que l'on soit capitaine ou non. On partage la tâche entre les joueurs, on est tous prêts à prendre le brassard." . Le Costa Rica Thiago Silva: "L'équipe sait ce que nous allons affronter demain. Le Costa Rica n'a pas bien débuté, mais ils ont bien joué au Brésil (lors de la Coupe du monde 2014, le Costa Rica avait atteint les quarts de finale, NLDR). On les a bien étudiés." Propos recueillis en conférence de presse.
Catégories: Actualités

Mondial-2018: Danemark-Australie, un nul qui peut sourire aux Bleus

il y a 3 heures 51 min
Le champ est libre pour les Bleus! Une Australie coriace a tenu en échec le Danemark (1-1), ce qui laisse la possibilité à la France de de se qualifier s'ils battent le Pérou (17h00). Et ces "Socceroos" bondissants auraient pu revenir encore plus près dans la course à la qualification s'ils avaient concrétisé leur domination. Côté danois, la star Christian Eriksen s'est encore contenté d'un seul éclair, un joli but (7) après sa passe décisive contre le Pérou, mais cette fois cela n'a pas suffi. Yussuf Poulsen, buteur contre le Pérou (1-0), a encore coûté un penalty vidéo, mais cette fois Mile Jedinak l'a marqué (38). L'éclair d'Eriksen était pourtant délicieux: sur une remise "crème" de Nicolai Jørgensen, il a fouetté son extérieur du gauche en demi-volée. Mais l'Australie a joué, comme le veut son entraîneur, Bert van Marwijk, de l'école néerlandaise, et la grosse pression a fini par faire craquer le Danemark, qui avait déjà concédé beaucoup d'occasions contre le Pérou. Yussuf Poulsen, le roi malheureux de la VAR, a provoqué un second penalty en deux matches, en touchant le ballon de la main, bras écarté, sur une tête de Mathew Leckie. D'abord réticent, l'Espagnol Antonio Mateu Lahoz a consulté l'arbitrage vidéo et sifflé la sanction. - Encore un penalty VAR pour Poulsen! - Malheureusement pour Poulsen, si le Péruvien Christian Cueva avait envoyé le sien dans les nuages, le barbu Jedinak est un redoutable spécialiste. Il a transformé son troisième penalty en Coupe du monde, après ceux de 2014 contre les Pays-Bas (défaite 3-2) et du premier match contre la France. Cette fois la VAR a souri aux "Socceroos", qui l'avaient maudite après la défaite contre les Bleus (2-1) et le penalty pour Antoine Griezmann. Et Poulsen, qui avait eu peur de finir "méchant du film" contre le Pérou avant de devenir le sauveur, est cette fois bel et bien passé du côté obscur. Après son carton jaune reçu pour ce penalty, il sera suspendu contre la France car il avait déjà été averti à la toute fin du premier match. Kasper Schmeichel a encaissé là son premier but depuis 538 minutes et le 5-1 contre l'Irlande du Nord en barrages, car sa défense perd de sa solidité. Comme contre le Pérou, elle a concédé trop d'occasions. Une sortie manquée de Schmeichel (68) ou une frappe puissante du toujours épatant Aaron Mooy de peu à côté de la lucarne (71) ont encore menacé le Danemark, qui ne répondait que par Pione Sisto, légèrement imprécis à chaque fois (51, 72). Daniel Arzani ou Mathew Leckie ont encore raté une balle de match, sur la même action (88), mais cette Australie joueuse peut toujours y croire.
Catégories: Actualités

Faouiza Charfi : "Il est important que nos enfants aient une autre vision de l'islam"

il y a 3 heures 55 min
La physicienne tunisienne et auteure de "Sacrées questions... Pour un islam d'aujourd'hui" (Ed. Odile Jacob) Faouiza Charfi revient sur l’importance d'une "lecture scientifique des textes, condamnée par les promoteurs de l'islam politique" en alliant grands penseurs de l'islam à acquis modernes égalitaires. Elle pointe du doigt la nécessité de dissocier le texte coranique de la loi islamique, de séculariser les pensées et "d’aller jusqu'à l'égalité entre les hommes et les femmes".
Catégories: Actualités

ENTRETIEN ISLAM

il y a 4 heures 1 min
2018-06-21 15:44 ENTRETIEN ISLAM
Catégories: Actualités

FR NW GRAB CEDRIC HERROU MIGRANTS 14H

il y a 4 heures 7 min
2018-06-21 16:05 FR NW GRAB CEDRIC HERROU MIGRANTS 14H
Catégories: Actualités

Mondial-2018: nul entre le Danemark et l'Australie, champ libre à la France

il y a 4 heures 11 min
Le Danemark et l'Australie ont fait match nul 1-1, jeudi à Samara pour leur deuxième match du Mondial-2018, et laissent ainsi le champ libre à la France, qui sera qualifiée pour les 8es en cas de victoire contre le Pérou en soirée, dans le groupe C. Christian Eriksen a ouvert le score pour le Danemark dès la septième minute d'une superbe volée sous la barre. Le capitaine australien Mile Jedinak, déjà buteur contre la France, a égalisé sur un penalty accordé après un recours à la VAR (38e).
Catégories: Actualités

France : le fléau des déchetteries sauvages

il y a 4 heures 13 min
Notre reporter Julien Sauvaget a enquêté sur une incivilité qui défigure les campagnes françaises : le dépôt de déchets dans la nature. Alors qu’il existe des déchetteries sur tout le territoire national, ces incivilités restent nombreuses.
Catégories: Actualités

Institutions: l'UDI pose ses conditions pour voter la réforme

il y a 4 heures 13 min
Le président de l'UDI, Jean-Christophe Lagarde, a indiqué jeudi qu'il ne voterait pas la réforme institutionnelle si elle n'évoluait pas, notamment sur la réduction du nombre de parlementaires et la dose de proportionnelle aux législatives. "La réduction de 30% du nombre de parlementaires nous paraît excessive: ça signifie que dix-huit départements n'auraient qu'un seul député, et trente départements qu'un seul sénateur", a fait valoir le leader centriste, qui prône une réduction d'un quart seulement. "C'est pour nous central pour savoir si on votera ou non cette réforme", a-t-il précisé jeudi, à l'issue d'un séminaire avec les parlementaires UDI à l'Assemblée nationale. A propos de l'introduction de la proportionnelle aux législatives, pour l'instant arrêtée à 15%, Jean-Christophe Lagarde a dit en souhaiter 20%, "sinon quoi le jeu n'en vaut pas la chandelle". "A 25%, il y a un risque de ne pas trouver une majorité, mais à 20%, ça n'est pas le cas", a-t-il encore estimé. "Nous avons encore la volonté de faire que cette réforme puisse aboutir", a-t-il toutefois assuré, en approuvant par ailleurs la suppression de la Cour de justice de la République, la nomination des procureurs sur avis conforme du Conseil supérieur de la magistrature ou la fin de la présence de droit des anciens présidents de la République au Conseil constitutionnel. Le président du groupe centriste au Sénat, Hervé Marseille, a par ailleurs fustigé le projet de renouvellement intégral de la Chambre haute en 2021, jusqu'alors renouvelée partiellement, qui s'apparente selon lui "à une dissolution", "ni possible, ni souhaitable". "S'ils maintiennent cette idée de renouvellement unique, à ce moment-là, il n'y aura pas de discussion", a prévenu Jean-Christophe Lagarde, "on votera contre les trois textes, parce qu'il faut que ce soit traité globalement et non par séquence". Le projet de loi constitutionnelle sera débattu à l'Assemblée nationale les deuxième et troisième semaines de juillet, puis au Sénat à la rentrée. Les autres volets (traités par une loi organique et une loi ordinaire), contenant proportionnelle, non-cumul et réduction des parlementaires, arriveront à la rentrée à l'Assemblée.
Catégories: Actualités

Le Conseil d'Etat rend à l'Etat une statuette médiévale détenue par une famille depuis 1813

il y a 4 heures 13 min
Elle décorait l'un des plus beaux monuments funéraires du Moyen-Age mais était depuis 1813 entre les mains d'une famille qui revendiquait sa propriété: le Conseil d'État a jugé jeudi que "le pleurant" du tombeau des ducs de Bourgogne "n'a jamais cessé d'appartenir à l'État". La statuette en albâtre de 42 centimètres, représentant un moine en pleurs et estimée à plus de 2 millions d'euros, avait été au centre des débats de l'audience tenue le 6 juin dernier devant la plus haute juridiction administrative. Mais au-delà de ce "pleurant", c'est la question de la propriété des ?uvres d'églises ou de châteaux passées entre les mains de particuliers après la Révolution française qui était posée. Pour l'avocat des trois s?urs qui avaient hérité du "pleurant", la statuette était sortie du domaine public pour devenir un bien négociable sous la Révolution, et n'appartenait donc plus à l'État. Le ministère de la Culture affirmait quant à lui avoir la preuve de la volonté du pouvoir révolutionnaire de préserver cette ?uvre dans le cadre national, y compris lorsque la Convention avait ordonné en 1793 la destruction des effigies royales et que le conseil général de Dijon a ordonné celle des tombeaux des ducs de Bourgogne, dont 82 pleurants ornaient les socles. Dans sa décision, le Conseil d'État rappelle que la statuette a été incorporée, comme tous les biens ecclésiastiques, au domaine national au moment de la Révolution française. Il souligne qu'aux termes de l'article 8 d'un décret de l'Assemblée constituante des 22 novembre et 1er décembre 1790, certains de ces biens pouvaient être "vendus et aliénés à titre perpétuels", à des particuliers, qui pouvaient en devenir propriétaires au bout de 40 ans de jouissance. Les avocats de la famille détentrice de la statuette avait revendiqué à l'audience le bénéfice de cette "prescription acquisitive". Mais la haute assemblée a constaté que ce coup de canif donné par les révolutionnaires à la règle d'inaliénabilité du domaine national n'était possible que sous réserve que le bien cédé ait fait préalablement l'objet "d'un décret formel du corps législatif, sanctionné par le Roi". Or, dit le Conseil, "tel n'est pas le cas de la statuette" dont l'État est donc "demeuré propriétaire". Le Conseil d'État a également rejeté l'argument des requérants qui se prévalaient du "droit au respect des biens", estimant que malgré la durée de détention de la statuette, "l'intérêt patrimonial (...) justifiait qu'elle soit rendue à son propriétaire, c'est-à-dire à l'État".
Catégories: Actualités

Intel: démission du PDG, après une liaison au sein de l'entreprise

il y a 4 heures 14 min
Le groupe informatique Intel a annoncé jeudi la démission de son PDG, Brian Krzanich, 58 ans, à la suite d'une liaison "consentie" au sein de l'entreprise avec un membre du personnel. "Intel a été informé récemment que M. Krzanich avait eu par le passé une relation consentie avec un(e) employé(e). Une enquête en cours, menée par des conseils interne et externe, a confirmé la violation de notre politique qui proscrit les relations personnelles (au sein de l'entreprise) pour les dirigeants", explique le groupe dans un communiqué. "Etant donné que tous les employés doivent respecter les valeurs d'Intel et adhèrer au code de conduite de l'entreprise, le conseil d'administration a accepté la démission de M. Krzanich", poursuit Intel. En attendant la nomination d'un nouveau PDG, le géant américain des microprocesseurs a promu Robert Swan, l'actuel directeur financier, patron par intérim, avec effet immédiat. A Wall Street, le titre perdait 0,43% dans les premiers échanges. Brian Krzanich, ingénieur de formation, marié et père de deux enfants, a fait quasiment toute sa carrière chez Intel où il est entré en 1982. Il en était PDG depuis le 16 mai 2013. Intel a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 62,8 milliards de dollars et dégagé un bénéfice net de 9,6 milliards. Le groupe employait 102.700 personnes au 31 décembre dernier. Si le groupe est en bonne santé financière, il a toutefois été secoué en fin d'année 2017 par la révélation de failles de sécurité dans ses micro-processeurs et a promis de fabriquer de nouvelles puces invulnérables. Intel essaie par ailleurs d'étendre ses activités dans les objets connectés, les véhicules autonomes et l'intelligence artificielle.
Catégories: Actualités

Mondial-2018: Giroud et Matuidi titulaires contre le Pérou

il y a 4 heures 14 min
L'attaquant Olivier Giroud et le milieu Blaise Matuidi sont titulaires avec l'équipe de France pour le deuxième match de poule (groupe C) du Mondial-2018 contre le Pérou jeudi à Ekaterinbourg, selon la Fifa. Le gardien et capitaine Hugo Lloris fête pour sa part sa 100e sélection en Bleu. L'équipe de France contre le Pérou: Lloris (cap.) - Pavard, Varane, Umtiti, Lucas Hernandez - Pogba, Kanté, Matuidi - Griezmann - Mbappé, Giroud.
Catégories: Actualités

Wall Street, sur ses gardes, en ordre dispersé à l'ouverture

il y a 4 heures 19 min
La Bourse de New York faisait preuve de prudence jeudi à l'ouverture sur fond d'interrogations persistantes sur les tensions commerciales et d'indicateurs américains mitigés: le Dow Jones cédait 0,25% tandis que le Nasdaq prenait 0,24%. Wall Street avait terminé déjà en ordre dispersé mercredi, le Nasdaq (+0,72%) atteignant un niveau inédit à la faveur de la bonne tenue de quelques valeurs technologiques tandis que le Dow Jones (-0,17%) enregistrait sa septième séance de baisse de suite. Il s'affiche en repli de 0,25% depuis le début de l'année.
Catégories: Actualités

Universités françaises : la compétition internationale "pas forcément négative"

il y a 4 heures 21 min
Le classement de Shanghai a fait émerger de nouvelles problématiques au sein des systèmes d'enseignement supérieur dans le monde. En tentant de mettre derrière elle les clivages entre universités et grandes écoles, la France se dirige-t-elle vers un modèle reflétant mieux ses capacités, notamment dans le secteur de la recherche, dans le classement de Shanghai ? Christophe Strassel, enseignant à l’Université, est notre invité.
Catégories: Actualités

Fête de la musique : Arat Kilo, au carrefour des influences

il y a 4 heures 24 min
A l’occasion de la fête de la musique ce jeudi, Mamani Keïta, Mike Ladd et Fabien Girard du groupe Arat Kilo sont nos invités. Ensemble, ils signent l'album "Visions of Selam" (chez Accords Croisés), un croisement entre l’Ethiojazz, les accents d’Afrique de l’Ouest et le rap.
Catégories: Actualités

FR NW PKG LE DOUDOU CINEMA

il y a 4 heures 28 min
2018-06-21 15:46 FR NW PKG LE DOUDOU CINEMA
Catégories: Actualités

FR NW SOT PAULINE TRICOT

il y a 4 heures 30 min
2018-06-21 15:40 FR NW SOT PAULINE TRICOT
Catégories: Actualités

FR NW GRAB ALEXIA KEFALAS GRECE EUROGROUPE 15H

il y a 4 heures 31 min
2018-06-21 15:41 FR NW GRAB ALEXIA KEFALAS GRECE EUROGROUPE 15H
Catégories: Actualités

Les Saoudiennes au volant: un aspect économique, aussi

il y a 4 heures 47 min
La fin de l'interdiction de conduire pour les femmes, dimanche en Arabie saoudite, est susceptible d'ouvrir le marché de l'emploi à des millions de Saoudiennes, de quoi renforcer leur rôle économique, selon des analystes. Les Saoudiennes sont fortement sous-représentées sur le marché du travail, avec un taux de chômage de 31%, et leur rôle économique est limité, principalement en raison de leur mobilité restreinte. Elles comptent actuellement pour un peu moins de 23% de la main-d'?uvre nationale, qui compte six millions d'employés, selon l'Autorité générale saoudienne des statistiques. Et elles représentent moins de 10% de la main-d'?uvre totale du royaume si l'on inclut les 10 millions de travailleurs expatriés, selon l'Autorité. Une étude récente de la Chambre de commerce de Jeddah (ouest) a montré que le transport était considéré comme l'un des principaux obstacles empêchant les Saoudiennes d'entrer sur le marché du travail. Selon l'étude, la levée de l'interdiction de conduire contribuera non seulement à augmenter le nombre de femmes actives mais aussi à créer de nouveaux emplois. "Je crois que la décision ne se limite pas à proposer plus de possibilités d'emploi aux femmes", affirme à l'AFP Ihsan Bu-Hulaiga, chef de Joatha Business Development Consultants, basé à Ryad. - 'Réduire le chômage' - "Elle permettra également d'augmenter le taux de participation des femmes à l'économie et réduira le taux de chômage, car la plupart des chômeurs sont des femmes", ajoute-t-il. Le programme de réforme "Vision 2030" du prince héritier Mohammed ben Salmane visant à réduire la dépendance du royaume envers le pétrole entend porter à 30% la part de la main-d'?uvre féminine dans la force générale de travail d'ici 2030. Ce qui requiert de doubler le nombre de femmes actives, qui sont 1,37 million actuellement. Selon Fadhl al-Buainain, consultant financier et bancaire saoudien, la décision réduira en outre le nombre de chauffeurs privés familiaux expatriés, "ce qui aura un impact positif sur les budgets familiaux des Saoudiens en ce qui concerne les salaires des chauffeurs, le logement et l'assurance-maladie". Pour Taghreed Ghazala, propriétaire d'une chaîne de salons de beauté à Dammam et Khobar (est), cette mesure ne peut être que bonne pour les affaires. "J'ai de nombreux chauffeurs que je paie pour transporter mes employées", affirme la femme d'affaires à l'AFP. "Maintenant, je n'en ai plus besoin. On va économiser de l'argent, des efforts et du temps que je peux investir pour développer plus vite mes affaires", explique-t-elle. "Cela va probablement me faire économiser quelque 3.000 riyals (800 dollars par mois) par mois", estime pour sa part Raghda Bakhorji, qui avait recours jusqu'à présent à un chauffeur pour se rendre au travail. L'Arabie saoudite, qui compte 32 millions d'habitants dont 12 millions d'expatriés, dépense plus de 25 milliards de riyals (6,7 milliards USD) en salaires annuels pour quelque 1,38 million de chauffeurs privés étrangers, en plus des dépenses supplémentaires pour leurs permis d'entrée et de séjour, de logement et de soins de santé, selon les chiffres officiels. Permettre aux Saoudiennes de conduire devrait également stimuler les ventes de voitures et renforcer le secteur de l'assurance, selon des analystes. PWC Middle East Consultancy, basée à Dubaï, estime que, d'ici 2020, le nombre de conductrices saoudiennes atteindra trois millions contre 9,5 millions de conducteurs. Les ventes de voitures devraient augmenter de 9% par an jusqu'en 2025, stimulées par le segment des nouvelles clientes, contre une croissance moyenne de 3% ces quatre dernières années, selon PWC. - Embouteillages - Le centre de recherches Capital Economics estime que l'augmentation de la main-d'?uvre féminine stimulera aussi la croissance du PIB du royaume, qui s'est contractée en 2017. Mais l'augmentation du nombre de véhicules entraînera aussi des embouteillages, ce qui ralentira le mouvement et aura un impact négatif sur la productivité, selon M. Buainain. Le développement du travail des femmes a été encouragé avec d'autres mesures. En février, le royaume a permis aux femmes d'ouvrir leur propre entreprise sans l'accord du mari ou d'un parent masculin, dans le but de développer le secteur privé. Le bureau du procureur général a annoncé en mars qu'il commencerait à recruter des femmes pour les enquêtes judiciaires. Le royaume a également ouvert 140 postes pour les femmes dans les aéroports et aux postes frontaliers, une première historique qui, selon le gouvernement, a attiré 107.000 candidates.
Catégories: Actualités

Pages