Agrégateur de flux

Geneviève de Fontenay entonne "L'Internationale" avec Florian Philippot contre Macron

Le Huffington Post - il y a 9 heures 8 min
Geneviève de Fontenay entonne "L'Internationale" avec Florian Philippot contre Macron
Catégories: Actualités

HRW dénonce la politique des "hommes d'abord" des entreprises chinoises

France 24 - L'info en continu - il y a 9 heures 9 min

De grandes entreprises chinoises comme le géant de l'e-commerce Alibaba pratiquent la discrimination au bénéfice des hommes dans leur recrutement et les conditions de travail des Chinoises se détériorent, accuse lundi Human Rights Watch.

Dans ce rapport intitulé "Seuls les hommes sont priés d'être candidats: les discriminations entre les sexes dans les offres d'emploi en Chine", l'ONG dépeint des manquements dans le privé comme le public. Ceux-ci vont des annonces destinées aux "hommes uniquement" aux injonctions faites aux candidates d'être "plaisantes esthétiquement".

De telles discriminations sont illégales en Chine mais les règles sont rarement appliquées, dit HRW.

Alibaba, Tencent ou Baidu ont publié des annonces affichant clairement leur préférence pour les candidats masculins, selon l'ONG.

Alibaba est accusé en outre de se servir du physique de ses employées dans ses campagnes de recrutement, les présentant comme des "beautés Ali" et des "déesses".

"Ces entreprises se targuent d'être à la pointe de la modernité et du progrès mais elles se servent de stratégies de recrutement qui montrent combien la discrimination envers les femmes est profondément enracinée en Chine", dit à l'AFP Sophie Richardson, directrice de HRW pour le géant asiatique.

Tencent a présenté ses excuses après la publication du rapport, affirmant que l'entreprise enquêtait sur les cas cités et mettrait en oeuvre es "changements immédiats".

"Nous sommes désolés que cela ait pu se passer et allons prendre des mesures pour nous assurer que cela ne se reproduise pas", a déclaré à l'AFP un porte-parole du groupe.

Dans un communiqué à l'AFP, Alibaba se défend en soulignant que sa politique de recrutement fournit des opportunités égales à tous et que 47% de ses employés sont des femmes de même qu'un tiers de ses fondateurs et de ses cadres. Mais il "évaluera de plus près" ses annonces.

Un employé d'Alibaba a raconté à l'AFP que le rapport était fondé sur des annonces "dépassées" publiées entre 2012 et 2015 et que l'entreprise retirait immédiatement les offres non conformes.

Baidu a déclaré que les annonces en question avaient été retirées, regrettant toutes celles qui auraient pu contrevenir à ses valeurs.

"Ces offres d'emploi (...) sont des cas isolés qui ne reflètent pas l'engagement de notre compagnie à l'égalité au travail", a dit une porte-parole à l'AFP.

Huawei n'était pas disponible dans l'immédiat.

Le secteur public n'est pas exempt des critiques de l'ONG: près d'une offre d'emploi sur cinq pour les recrutements 2018 de la fonction publique stipule "hommes seulement" ou "hommes préférés".

Les annonces pour recruter des conductrices de train leur demandent d'être "minces", "à la mode" et "belles".

Le rapport est fondé sur l'analyse de plus de 36.000 offres d'emploi postées entre 2013 et 2018 sur des plateformes de recrutement chinoises, les sites des entreprises ou les réseaux sociaux.

Catégories: Actualités

Mi-séance Paris : le CAC40 résiste

Le Boursier - il y a 9 heures 9 min
Après 7 séances de hausse consécutives, la tendance est plus hésitante ce lundi
Catégories: Économie - Finances

Avengers Infinity War : notre interview de Pom Klementieff, alias Mantis !

A l’occasion de la sortie d’Avengers : Infinity War, nous avons rencontré la frenchie du film, Pom Klementieff qui incarne Mantis dans Les Gardiens de la Galaxie 2.

Catégories: High-Tech

Schneider : un analyste séduit

Le Boursier - il y a 9 heures 11 min
Consultez cet article sur Boursier.com
Catégories: Économie - Finances

Foot - ANG - Chelsea - N'Golo Kanté (Chelsea) : «Atteindre le Top 4 et gagner la Cup»

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - il y a 9 heures 12 min
N'Golo Kanté dresse les objectifs pour le sprint final des Blues de...
Catégories: Sport

Dordogne : une jeune femme de 19 ans décède dans un accident

L' Essentiel - SudOuest.fr - il y a 9 heures 12 min

L'accident s'est produit ce lundi à Saint-Martial-d'Artenset.
Une jeune femme de 19 ans est décédée ce lundi peu après 9 heures suite à un violent accident sur la route départementale 13 à Saint-Martial-d'Artenset, près de Montpon-Ménestérol (24). D'après les premiers éléments d'information, deux voitures sont entrées en... Lire la suite

Catégories: Actualités

Foot - CM 2018 - La CAF offre 400 000 euros aux équipes africaines participant au Mondial

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - il y a 9 heures 13 min
L'Egypte, le Maroc, le Nigeria, le Sénégal et la Tunisie vont...
Catégories: Sport

La dette publique de la zone euro a baissé en 2017

L’endettement public de la zone euro est tombé à 86,7 % du produit intérieur brut l’an passé, selon Eurostat, contre 89 % en 2016.
Catégories: Actualités

Air France prévoit d'assurer "près de 75%" des vols mardi

ladepeche.fr - il y a 9 heures 14 min
La direction d'Air France prévoit d'assurer "près de 75%" des vols mardi, onzième journée de grève pour les salaires, a-t-elle indiqué lundi dans un communiqué.Dans le détail, le groupe aérien anticipe le maintien de 70% des vols long-courriers, de 65% des moyen-courriers au départ et vers Roissy, et 80% des court-courriers à Orly et en régions.Le taux de grévistes estimé à partir des déclarations préalables en vertu de la loi Diard, est de...
Catégories: Actualités

Elles courent un marathon en sous-vêtements pour prouver que leur surpoids n'est pas un frein

Le Huffington Post - il y a 9 heures 14 min
Elles courent un marathon en sous-vêtements pour prouver que leur surpoids n'est pas un frein
Catégories: Actualités

Fed Cup: France: un avenir en pointillé

France 24 - L'info en continu - il y a 9 heures 15 min

Alors que l'équipe de France de Fed Cup, éliminée en demi-finale dimanche à Aix-en-Provence par les Etats-unis, cherche désormais un successeur à Yannick Noah, d'autres questions demeurent et risquent de rythmer la préparation de la campagne 2019.

- Amélie Mauresmo de retour? -

Quel meilleur profil que celui de l'ex-capitaine pour succéder à Noah? En quatre campagnes (2013-2016), Mauresmo avait réussi à hisser les Bleues de la deuxième division jusqu'à la finale, perdue en 2016 à Strasbourg face aux Tchèques. Alors enceinte de son deuxième enfant, elle avait quitté ses fonctions après la rencontre. Mais l'ex-N.1 mondiale, lauréate de la compétition en 2003, n'a pas pour autant coupé les ponts avec l'équipe de France. Ce week-end, elle était en tribunes comme lors du premier tour en Vendée en février, ou lors de la finale de la Coupe Davis en novembre. Son nom circule pour prendre aussi le capitanat avec les garçons, même si Mauresmo n'a pas dit si elle souhaitait reprendre le flambeau. Les joueuses ont déjà "commencé à réfléchir" à la succession de Noah, comme l'a affirmé dimanche Kristina Mladenovic sans souhaiter en dire davantage.

- Quelle réforme pour la Fed Cup? -

"Il y aura aussi une réforme de la Fed Cup l'année prochaine", en plus de celle de la Coupe Davis a annoncé le président de la Fédération française de tennis (FFT) Bernard Giudicelli, par ailleurs membre du conseil de la Fédération internationale (ITF), qui chapeaute les deux compétitions. Oui mais laquelle? Ce que l'on sait, c'est qu'il y aura "plus d'équipes" dans l'élite, sans plus de précision. Peut-être seize au lieu de huit pour harmoniser la compétition avec la Coupe Davis. Mais sur quelle durée? Une semaine sur terrain neutre comme le prévoit le projet controversé de refonte de la Coupe Davis? Ou bien le système actuel, avec des matches à l'extérieur ou à domicile répartis dans l'année, sera conservé? La prochaine réunion de la Fédération internationale, pendant le tournoi de Roland-Garros (27 mai - 10 juin), devrait permettre d'en savoir plus.

- Caroline Garcia reviendra-t-elle?-

Ce sera le plus gros chantier du futur capitaine: convaincre la meilleure joueuse française (N.7 mondiale) de revenir en équipe de France. Son dernier match remonte à la finale de 2016. Après, la Lyonnaise, 24 ans, a choisi de se concentrer sur sa carrière individuelle. Une décision qui a tendu les relations entre elles et ses partenaires de sélection en particulier Mladenovic, devenue par son engagement et ses performances la leader de l'équipe. Elle avait battu la Belgique presque à elle seule au premier tour. Mais en demi-finale, l'obstacle américain était trop haut, ce qui tend à penser que l'équipe de France ne pourra pas regagner la Coupe sans tous ses meilleurs éléments.

- Avec ou sans Alizé Cornet en 2019? -

Le renfort de la Niçoise, 35e mondiale et N.3 française, n'aurait pas été de trop face aux Etats-Unis. Mais la FFT l'a mise à l'écart en attendant de connaître la décision dans la procédure disciplinaire qui la concerne. La Fédération internationale lui reproche trois manquements à ses obligations de localisation pour permettre des contrôles antidopage inopinés. Cornet, 28 ans, risque une suspension allant de plusieurs mois jusqu'à deux ans. Elle plaidera sa cause devant un tribunal indépendant de l'ITF le 1er mai à Londres.

Catégories: Actualités

Rugby - Top 14 - Pau - Pau : fin de saison pour Steffon Armitage

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - il y a 9 heures 20 min
Pau devra se passer de Steffon Armitage pendant de longs mois....
Catégories: Sport

Foot - CM 2026 - Ahmad appelle l'Europe à voter pour le Maroc pour l'organisation de la Coupe du monde 2026

L'Equipe.fr Actu de tous les sports - il y a 9 heures 20 min
Le président de la Confédération africaine (CAF) Ahmad Ahmad a appelé...
Catégories: Sport

Gramat. Le centre national cynophile de la gendarmerie sera maintenu à Gramat

ladepeche.fr - il y a 9 heures 20 min
Un temps menacé de fermeture, le centre national d’instruction cynophile de la gendarmerie à Gramat sera finalement maintenu. La décision est officielle et le Ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb vient d’informer la députée Huguette Tiégna de cette mesure.Le 14 juillet 2017, de nombreux élus et le Colonel Dallier avaient interpellé la députée concernant les réflexions relatives à la mutualisation des centres de formation cynophile de la...
Catégories: Actualités

cap au sud

Le Boursier - il y a 9 heures 21 min
Consultez cet article sur Boursier.com
Catégories: Économie - Finances

Lyon va donner le nom d'Arnaud Beltrame à son futur lycée, la carte des villes qui lui ont rendu hommage

Le Huffington Post - il y a 9 heures 21 min
Lyon va donner le nom d'Arnaud Beltrame à son futur lycée, la carte des villes qui lui ont rendu hommage
Catégories: Actualités

Impasse chez Air France et à la SNCF, trafic perturbé lundi et mardi

France 24 - L'info en continu - il y a 9 heures 22 min
Sur les rails et dans les airs, le conflit social perdure avec deux nouvelles journées de grève, lundi et mardi. Les syndicats de la SNCF promettent de prolonger le mouvement cet été pour bloquer la réforme ou obtenir un maximum de garanties.
Catégories: Actualités

Thales : nouveau contrat de modernisation en Egypte

Le Boursier - il y a 9 heures 23 min
Entre Le Caire et Benha...
Catégories: Économie - Finances

Check Point : l'université accessible à tous, une exception française ?

LCP Assemblée nationale - il y a 9 heures 24 min
Check PointCoralie Dubost

"Passe ton bac d'abord". C'est l'ordre donné par un sergent instructeur au Grand Duduche de Cabu à l'aube des années 80, c'est aussi le titre d'un film de Maurice Pialat en 1978. C'est surtout l'injonction lancée depuis des décennies par des parents inquiets pour l'avenir de leurs enfants. Pendant longtemps, le diplôme du baccalauréat a été l'unique sésame pour accéder aux études supérieures. Comme une promesse d'avenir et d'insertion dans le marché de l'emploi.

Une sélection à la française

Mais dans la pratique, l'affirmation de Coralie Dubost ne tient pas compte de la situation des études supérieures en France : filières saturées, établissements moins bien cotés que d'autres... Sans compter que, à l'université et en dehors, les lycéens sont confrontés à des concours très sélectifs.

  • Pour intégrer une grande école telle que Polytechnique ou l'ENA, ce qui demande parfois de passer par des années de "prépa";
  • Pour les études dans le domaine médical. Dans ce cas, la sélection ne se fait pas à l'entrée de l'université. Elle intervient au terme de la première année commune aux études de santé (PACES). Celle-ci permet ensuite d'accéder, après réussite d'un concours, à des formations telles que médecine, dentisterie ou kinésithérapie. "Au total, seul 1 étudiant sur 3 passe en 2e année d’études de santé après 1 ou 2 années de PACES", détaille le site internet de l'Office national d'information sur les enseignements et les professions (ONISEP).
"Le scandale APB"

Face au manque de place dans les universités, le gouvernement n'a eu d'autre choix ces dernières années que de mettre en place une sélection qui ne dit pas son nom. Lors de l'année académique 2017-2018, le tri passait par la plate-forme "Admission post-bac" (APB). Les lycéens devaient y indiquer les facultés de leur choix. Et s'il y avait plus de candidats que de places disponibles ? Alors place au tirage au sort... avec des désillusions à la clef. "J'ai été déshumanisée par un ordinateur", expliquait en septembre 2017 au journal Le Monde une étudiante qui n'avait pas obtenu la faculté de son choix.

Une situation qui a poussé le gouvernement d'Edouard Philippe à mettre en place "Parcoursup", une nouvelle façon d'organiser l'entrée à l'université. "Il y a eu le scandale APB, le tirage au sort, ce qu’il a suscité comme angoisse, ce qu’il a révélé en absurdité et le nombre d’injustices qui en ont découlé", a reconnu le Premier ministre français le 30 octobre 2017.

L'objectif, ça n'est pas que l'université dise "non"Edouard Philippe, Premier ministre

Edouard Philippe ne s'en cache pas : "Je n'ai pas et je n'ai jamais eu peur du mot 'sélection'". Le but de Parcours Sup est de mieux orienter les lycéens après le bac pour lutter contre les 60% d'échec à l'université (un chiffre à nuancer, signale cependant Le Monde). "L'objectif, ça n'est pas que l'université dise 'non'. Dans la plupart des cas, elle dira 'oui' et dans certains cas, elle dira 'oui si'. Si quoi ? Si le candidat accepte un parcours adapté qui lui permet justement de réussir dans la filière qu'il a choisie."

Dans les universités, certains professeurs émettent des doutes. Ils sont 425 à dénoncer la réforme dans une tribune publiée en avril 2018 sur le site de France Info. "On nous demande de classer les candidatures de sorte qu'un couperet tombera une fois les capacités d'accueil des filières saturées, écrivent-il. Parcoursup est en effet conçu de telle façon qu'on ne peut y introduire des ex æquo, sauf à déployer des trésors d'ingéniosité informatique." Pour eux, "un mode de sélection se substitue à un autre".

En mars et avril, les étudiants français ont manifesté eux aussi pour dénoncer, entre autres, le système Parcoursup et la loi Orientation et Réussite des Étudiants (ORE). Des universités ont été bloquées ces dernières semaines et l'organisation des examens est compromise dans plusieurs établissements.

Des moyens supplémentaires ?

Quant à savoir si ce plan permettra de désengorger les formations les plus demandées, la réponse reste floue. Parmi ces filières dites "en tension" : Staps (éducation physique), droit, psychologie et la première année commune des études de santé. Verdict entre le 22 mai au 5 septembre, période pendant laquelle les établissements contacteront les étudiants admissibles. En attendant, Edouard Philippe l'a promis : "Nous allons investir pour construire de nouveaux locaux, pour ouvrir des places supplémentaires dans les filières en tension."

Et ailleurs en Europe, comment ça se passe ?

C'est une promesse lancée par l'Union en 2010 : "L'objectif de la stratégie Europe 2020 est qu'au moins 40% des 30-34 ans dans l'UE obtiennent, d'ici 2020, un diplôme d'enseignement supérieur". En 2016, ce chiffre était de 39%. C'est en Allemagne (pays le plus peuplé de l'Union) qu'on trouve le plus d'étudiants. En 2015, selon Eurostat, on dénombrait trois millions d'Allemands inscrits dans l'enseignement supérieur.

Dans tous les pays européens, une tendance se dégage : la sélection à l'entrée des études universitaires... voire plus tôt dans le parcours de formation.

  • Royaume-Uni : chaque université a ses critères. Les établissements se basent sur les résultats au A-Level (un examen passé pendant les deux dernières années d'école secondaire) et sur le dossier des candidats qui s'inscrivent sur la plate-forme UCAS.
  • Allemagne : l'Allemagne est un cas particulier en Europe. Environ la moitié des jeunes d'une classe d'âge obtiennent l'Abitur, le diplôme de fin d'études secondaires. Les autres ont été dirigés avant vers d'autres types de formations. Pour ceux qui s'orientent vers l'université, "les candidats sont acceptés en fonction de leur note jusqu'à épuisement des places", écrit Le Monde. Comme c'est le cas ailleurs, des procédures plus strictes sont mises en place pour l'accès aux études de médecine qui exigent d'excellentes notes à l'Abitur.
  • Espagne : l'accès à l'université est conditionné par un mélange de deux notes qui donnent un résultat sur 10. Les établissements prennent en compte le résultat au "bachillerato" passé par les élèves pendant les deux dernières années du secondaire (60%), ainsi qu'une série d'épreuves organisées par les universités. Le tout donne lieu à un calcul complexe dont le résultat est une note sur 10. Il faut un minimum de 5/10 pour être admissible dans les études supérieures.
  • Suède : les jeunes Suédois ne passent pas de diplôme d'études secondaires. Ils sont soumis à un contrôle continu et ont l'obligation de réussir certaines matières pour entrer à l'université.
  • Italie : l'esame di maturità, le diplôme de fin de secondaires, ouvre en théorie l'accès à l'université publique. Mais toutes les filières ne sont pas accessibles en un claquement de doigts. On trouve des examens d'entrée pour les formations de médecine, d'ingénieur et d'architecture par exemple. Les universités ont aussi le droit de faire passer leurs propres tests d'orientation. Si un étudiant n'a pas les prérequis nécessaires, il peut alors être obligé de suivre une remise à niveau.
Le coût des études, une autre forme de sélection

Quel que soit le pays, être un bon étudiant ne suffit pas. Une sélection s'opère aussi par l'argent. Là encore, on note des différences d'un pays à l'autre. La Suède, le Danemark et la Finlande par exemple offrent des études gratuites.

En France aussi, le coût d'une inscription à l'université n'est pas très élevé. Mais tout le monde n'a pas droit à une bourse. De nombreux étudiants exercent un emploi en dehors des cours, avec des conséquences sur leurs résultats comme le montre l'infographie ci-dessous.

Dans ce domaine, la palme du cursus le plus cher revient à un État sur le point de quitter l'Union. "Les frais les plus élevés (10.028 euros) sont demandés aux étudiants du Royaume-Uni (Angleterre)", explique Eurydice, le réseau européen d'information sur les systèmes d'enseignement.

Conclusion : plutôt vrai, mais avec de (sévères) nuances

Coralie Dubost a-t-elle raison de dire que l'accès aux études universitaires en France est "une exception en Europe" ? Oui... mais avec d'importantes nuances, à commencer par le coût des études parfois décourageant.

Le manque de places et de moyens est lui aussi pointé du doigt. C'est d'ailleurs l'un des arguments mis en avant par l'opposition : les gouvernements successifs sont accusés de ne pas avoir anticipé le boom démographique des années 2000.

Comme en France, les universités belges se veulent aussi ouvertes au plus grand nombre. Notre pays accueille d'ailleurs de nombreux étudiants français qui n'ont pas trouvé de place dans l'Hexagone. En Fédération Wallonie-Bruxelles, "un étudiant étranger sur deux est Français", d'après des chiffres de l'Académie de recherche et d'enseignement supérieur (ARES).

Ambroise Carton


Retrouvez le "Check Point" dans Europe Hebdo sur LCP et Public Sénat le jeudi à 14h10. Chaque semaine, une déclaration ou une idée reçue passera l'épreuve du "Check Point" une séquence de "fact checking" réalisée par la RTBF, avec le soutien du Parlement européen.

Catégories: Actualités

Pages

S'abonner à JO CASANOVA MUSIC agrégateur